cheek_societe_habillage_desktop

société

Le Cheek Point

“Pas de ‘génération Bataclan’, peut-être des générations Bataclan”

On a lu ça pour vous et on vous le conseille. 
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine


Il existe en effet une jeunesse étudiante, traditionnellement à gauche, qui n’a pas l’habitude de se référer à la symbolique de la nation. Le nationalisme n’est pas sa marque de fabrique. Au contraire d’une autre jeunesse, moins diplômée, moins urbaine, salariée, qui, elle, vote plus à droite, est sensible aux sirènes du Front national et ne boude ni La Marseillaise ni les couleurs du drapeau. Aujourd’hui, ces deux jeunesses s’emparent des mêmes symboles, mais dans un sens différent. C’est positif dans la mesure où tous font l’expérience commune de référents partagés. Ces deux jeunesses se retrouvent sur les symboles de la République, mais en font une lecture opposée.

Les uns risquent de se refermer autour d’une identité nationalo-centrée, de rejeter encore plus la mondialisation et l’immigration. Les autres sont désarmés, déboussolés. Ils manifestent traditionnellement une grande défiance vis-à-vis des institutions et de la politique. Il n’est donc pas sûr qu’ils perçoivent l’engagement politique comme un moyen de résoudre les questions qu’ils se posent. Cependant, ils considéreront sans doute que l’ouverture aux autres est plus que jamais nécessaire, comme peut l’être la nécessité de soutenir les autorités régaliennes dans ce moment de crise.

Ces attentats peuvent donc accroître les clivages qui séparent ces deux jeunesses en renforçant leur vision antagoniste de la société. En tout cas, il n’y aura pas de ‘génération Bataclan’, peut-être des générations Bataclan.

Dans cette interview donnée au journal Le Monde, la sociologue Anne Muxel évoque les conséquences politiques éventuelles des attentats terroristes de Paris et Saint-Denis du 13 novembre sur l’engagement politique des jeunes Français. 

À lire le plus vite possible sur le site du Monde.


1. Dans cette vidéo, des femmes sourdes racontent comment elles vivent avec l’endométriose

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette émission de L’Œil et la main, diffusée sur France 5, sur les difficultés rencontrées par les femmes sourdes victimes de cette maladie, et leur manque d’accès à l’information.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

3. Féminicide: pourquoi la France a-t-elle tant de mal à reconnaître ce terme?

Chaque année, plus d’une centaine de femmes sont assassinées par leur conjoint ou ex-conjoint en France. Ces crimes sont des féminicides, à savoir des meurtres de femmes parce qu’elles sont des femmes. Inscrit dans le droit de nombreux pays latino-américains, la France commence seulement à intégrer le féminicide à son vocabulaire. Un lent processus de reconnaissance qui permet une meilleure visibilité de ces crimes sexistes.  
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

4. Au Chili, son film sur l'avortement a créé le scandale

À la veille de l’élection présidentielle au Chili, un pays très conservateur en matière de droits des femmes, on a rencontré Constanza Figari, la réalisatrice d’un film coup de poing sur l’avortement.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

5. “Tu m’aimes tu me respectes”: une campagne pour lutter contre le sexisme chez les ados

La campagne “Tu m’aimes tu me respectes” a été lancée lundi dernier par le centre Hubertine Auclert, dans le but de prévenir les violences sexistes dans les relations amoureuses des 15-18 ans.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

6. L'égalité hommes-femmes vue par Françoise Héritier dans une vidéo

Si vous ne deviez regarder qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette capsule de Brut dans laquelle Françoise Héritier parle d’égalité hommes-femmes.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

7. La success story de la Zumba en France, c’est à elle qu’on la doit

Alix Pfrunder a contribué à populariser la Zumba en France en montant sa propre école de danse. Elle nous raconte cette aventure entrepreneuriale teintée de musiques latines dans une interview “Workaholic”.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine