société

Le Cheek Point

“Pas de ‘génération Bataclan’, peut-être des générations Bataclan”

On a lu ça pour vous et on vous le conseille. 
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine


Il existe en effet une jeunesse étudiante, traditionnellement à gauche, qui n’a pas l’habitude de se référer à la symbolique de la nation. Le nationalisme n’est pas sa marque de fabrique. Au contraire d’une autre jeunesse, moins diplômée, moins urbaine, salariée, qui, elle, vote plus à droite, est sensible aux sirènes du Front national et ne boude ni La Marseillaise ni les couleurs du drapeau. Aujourd’hui, ces deux jeunesses s’emparent des mêmes symboles, mais dans un sens différent. C’est positif dans la mesure où tous font l’expérience commune de référents partagés. Ces deux jeunesses se retrouvent sur les symboles de la République, mais en font une lecture opposée.

Les uns risquent de se refermer autour d’une identité nationalo-centrée, de rejeter encore plus la mondialisation et l’immigration. Les autres sont désarmés, déboussolés. Ils manifestent traditionnellement une grande défiance vis-à-vis des institutions et de la politique. Il n’est donc pas sûr qu’ils perçoivent l’engagement politique comme un moyen de résoudre les questions qu’ils se posent. Cependant, ils considéreront sans doute que l’ouverture aux autres est plus que jamais nécessaire, comme peut l’être la nécessité de soutenir les autorités régaliennes dans ce moment de crise.

Ces attentats peuvent donc accroître les clivages qui séparent ces deux jeunesses en renforçant leur vision antagoniste de la société. En tout cas, il n’y aura pas de ‘génération Bataclan’, peut-être des générations Bataclan.

Dans cette interview donnée au journal Le Monde, la sociologue Anne Muxel évoque les conséquences politiques éventuelles des attentats terroristes de Paris et Saint-Denis du 13 novembre sur l’engagement politique des jeunes Français. 

À lire le plus vite possible sur le site du Monde.


1. Ces ados qui affichent leur acné pour dénoncer le diktat de la peau lisse

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle publiée par Brut sur les ados qui affichent leur acné sur Instagram.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

2. Coupe du Monde: 5 phrases sexistes qu'on aimerait ne plus entendre

On a sélectionné pour vous les 5 pires phrases sexistes auxquelles les femmes qui aiment le football n’échappent pas pendant la Coupe du monde.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

3. Sexe et nourriture: l'appétit vient en mangeant

On a écouté pour vous ce podcast consacré à deux activités essentielles de la vie et on vous le recommande. 
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

4. Elle raconte pourquoi elle a choisi de se faire ligaturer les trompes à 28 ans

On a lu pour vous cet article de Madmoizelle sur le parcours d’une jeune femme pour se faire ligaturer les trompes et on vous le conseille fortement.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

5. Coupe du monde: Une journaliste agressée sexuellement en plein direct

Envoyée spéciale à Moscou pour la chaîne Deutsch Welle, cette journaliste colombienne a été agressée sexuellement en direct par un supporter. 
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine

6. Une présentatrice américaine en larmes à l'annonce de l'enfermement d'enfants

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de la journaliste Rachel Maddow sur MSNBC, bouleversée à la lecture d’une info sur les camps pour les enfants d’immigrés clandestins aux États-Unis.
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine  - Cheek Magazine
Devant Le Bataclan à Paris, le 15 novembre © Julia Tissier pour Cheek Magazine