société

Annulation des concerts de Bertrand Cantat: Osez le Féminisme célèbre une “première victoire”

Dans un communiqué, l’association Osez le Féminisme se félicite de l’annulation de plusieurs dates de la tournée de Bertrand Cantat et rappelle que “le droit à la réinsertion n’est pas le droit à être célébré.”
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”

Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”


Suite à la décision de Bertrand Cantat, lundi 12 mars, d’annuler ses concerts programmés en festivals cet été, l’association Osez le Féminisme a publié un communiqué de presse ce mardi 13 mars pour célébrer une “vraie victoire pour le combat féministe”

“La tournée de Cantat, comble de l’indécence, a commencé à Strasbourg le 7 mars, veille de la Journée internationale des droits des femmes”, commence le communiqué. Le texte évoque ensuite le retrait du chanteur, et précise que sa décision n’est “nullement l’expression de sa grandeur d’âme”, mais bien liée aux pressions exercée par les militant·e·s féministes et les organisations de défense des droits des femmes telles qu’Osez le Féminisme, qui avait appelé à la mobilisation lors d’un premier communiqué diffusé le 5 mars.  

“Le droit à la réinsertion n’est pas le droit à être célébré. C’est bien la présence publique d’un homme qui a assassiné une femme qu’Osez Le Féminisme! interroge et dénonce: le fait de programmer un concert de Cantat et d’aller l’applaudir n’a rien d’anodin, et révèle l’amnésie sociétale face aux violences contre les femmes. Ce mépris des femmes victimes de violences masculines doit déranger et faire réagir. Le temps n’est plus celui de la justice, passé, mais bien celui des choix moraux et politiques”, répond l’organisation à celles et ceux qui défendent le meurtrier de Marie Trintignant en arguant que ce dernier a “purgé sa peine”

Pour finir, Osez le Féminisme appelle à rester mobilisé·e·s et à participer à ses rassemblements et actions militantes organisées dans plusieurs villes de France dans lesquelles passera le chanteur, qui a pour l’heure maintenu ses dates hors festivals. “Cette mobilisation doit faire comprendre au public comme aux responsables de cette tournée, que la célébration d’un criminel ne peut plus être au programme”, conclut le communiqué. 


2. Turquie: Sule Çet, le visage des violences faites aux femmes

En Turquie s’est achevé le premier procès dans l’affaire du probable meurtre de Sule Çet, 23 ans, étudiante à Ankara. La jeune femme aurait été jetée du 20ème étage d’un immeuble de bureaux. Son cas, ultra-médiatisé, est en passe de devenir le symbole contre les violences faites aux femmes dans le pays.
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”  - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”

3. Alice Coffin: La Ligue du LOL “renvoie à l'élimination de toute une partie des journalistes”

Horrifiée mais “pas étonnée” par les révélations concernant la Ligue du LOL, la journaliste engagée Alice Coffin a accepté de se prêter au jeu des 3 questions et de nous livrer son point de vue sur l’affaire. On a parlé discrimination, journalisme et féminisme.  
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”  - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”

4. Houda Benyamina, réalisatrice engagée qui veut démocratiser le cinéma

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente la réalisatrice Houda Benyamina, prix de la création.
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”  - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”

7. TPMP: Quand Jean-Marie Bigard mime et banalise le viol en direct

Lundi 11 février, dans Touche pas à mon poste, Jean-Marie Bigard a mimé une scène de viol. Ce n’est pas la première fois que l’émission de Cyril Hanouna banalise les violences sexistes et sexuelles. 
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”  - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip d'“Amor Fati”