société

La vidéo du jour

“Les survivants”, un nouveau mouvement de jeunes anti-avortement bien flippant

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle tournée par une équipe du Petit Journal le week-end dernier lors d’une manif’ de jeunes anti-avortement qui se surnomment “les survivants”.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”


Samedi 4 juin, près du centre Pompidou à Paris, un nouveau mouvement de jeunes contre l’avortement a manifesté pour la première fois. Ils ont une vingtaine d’années et se surnomment “les survivants”, car, explique le journaliste du Petit Journal qui leur consacre ce reportage, “ils considèrent qu’avec 220 000 avortements par an en France, tous les enfants qui naissent auraient pu être avortés et [que ceux qui sont nés] sont des rescapés de l’avortement”. Tout simplement.

Pour ce mouvement créé “spontanément avec des jeunes autour d’un café”, “un embryon est un enfant” selon leur porte-parole, Émile Duport. “On a tous été des embryons avant d’être un enfant et certains de nos frères ont été des embryons et parce qu’ils avaient pas de projet parental, eh ben ils ont pas été acceptés”, continue-t-il. Au journaliste du Petit Journal qui lui demande ce qu’ils disent aux femmes qui tombent enceinte sans le vouloir et qui souhaitent avorter, il répond à côté: “Vouloir ou pas vouloir un enfant, c’est plus compliqué que ça. Ça se voit que tu n’es pas une femme non plus.

Le mouvement estime également qu’il existe un “syndrome du survivant”. L’une des manifestantes tente d’expliquer -avec une grande difficulté quand même- l’idée: “Ça concerne celui qui va avoir un frère ou une soeur qu’il n’aura jamais connu et qui va passer sa vie à se demander pourquoi est-ce que moi je suis là et pourquoi mon petit frère ou ma petite soeur, on ne lui a pas laissé le choix d’exister.” 

Officiellement, “les survivants” ne sont affiliés à aucun parti politique ni à aucune mouvance idéologique mais, explique le journaliste du Petit Journal, “beaucoup viennent de la droite conservatrice, de la manif pour tous” mais aussi de “l’extrême droite dure”; leur service d’ordre vient d’ailleurs du groupuscule d’extrême droite royaliste Action française. Flippant. 

 

 

Julia Tissier


1. Podcast et librairie jeunesse: ces deux amies déconstruisent le racisme à l’école

“Les Enfants du Bruit et de l’Odeur”, c’est un extrait du discours tristement célèbre prononcé par Jacques Chirac en 1991. Désormais, c’est surtout un podcast militant et une librairie jeunesse anti-raciste, lancées par Prisca Ratovonasy et Ulriche Alé, amies depuis vingt ans et toutes les deux mamans. Interview.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

2. Alyssa Carson, la jeune fille qui voulait aller sur Mars 

L’Américaine Alyssa Carson rêve d’aller sur Mars depuis toujours, et travaille d’arrache-pied pour y parvenir. Rencontre avec une apprentie astronaute passionnée. 
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

3. Trois cheffes nous offrent une recette pour cuisiner confinée

Marre de la routine dans votre assiette? On vous souffle des inspirations d’ici et d’ailleurs, mitonnées par des cheffes de talent.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

4. Comment Kamala Harris révolutionne les représentations du couple et de la famille

Depuis la victoire de Joe Biden à l’élection américaine, on ne cesse de répéter à quel point la future vice-présidente démocrate Kamala Harris est une pionnière. C’est aussi vrai dans sa vie privée et elle le prouve en accédant à la Maison Blanche en étant restée célibataire très longtemps et sans avoir eu d’enfants. Décryptage.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

5. Chez Désirée, elles remettent la fleur française au cœur du bouquet

À la tête de Désirée, premier café-fleuriste de Paris à ne travailler que des fleurs françaises et de saison, Mathilde Bignon et Audrey Venant, 33 et 34 ans, prônent une vision de la fleur libre et engagée. Rencontre avec ces deux jeunes femmes qui veulent faire bouger les lignes de l’horticulture française et racontent leur aventure dans un livre, co-écrit avec l’horticultrice urbaine Masami Charlotte Lavault.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

6. Face à la crise du Covid, les jeunes femmes se politisent

Alors que le Covid-19 et ses effets sur la vie sociale ou économique ont bouleversé leur quotidien, ces étudiantes sont plus que jamais décidées à changer le monde.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

7. Sarah Frikh, la lanceuse d’alerte pour les femmes SDF

Initiatrice du mouvement Réchauffons Nos SDF, aujourd’hui constitué en association, et autrice de la pétition Des centres d’hébergement pour les femmes SDF, Sarah Frikh, ancienne enquêtrice et négociatrice dans une grande radio nationale, mobilise aujourd’hui plus de 400 000 personnes autour d’une même cause: la mise à l’abri de femmes et d’enfants vivant dans la rue.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”