société

La vidéo du jour

“Les survivants”, un nouveau mouvement de jeunes anti-avortement bien flippant

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle tournée par une équipe du Petit Journal le week-end dernier lors d’une manif’ de jeunes anti-avortement qui se surnomment “les survivants”.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”


Samedi 4 juin, près du centre Pompidou à Paris, un nouveau mouvement de jeunes contre l’avortement a manifesté pour la première fois. Ils ont une vingtaine d’années et se surnomment “les survivants”, car, explique le journaliste du Petit Journal qui leur consacre ce reportage, “ils considèrent qu’avec 220 000 avortements par an en France, tous les enfants qui naissent auraient pu être avortés et [que ceux qui sont nés] sont des rescapés de l’avortement”. Tout simplement.

Pour ce mouvement créé “spontanément avec des jeunes autour d’un café”, “un embryon est un enfant” selon leur porte-parole, Émile Duport. “On a tous été des embryons avant d’être un enfant et certains de nos frères ont été des embryons et parce qu’ils avaient pas de projet parental, eh ben ils ont pas été acceptés”, continue-t-il. Au journaliste du Petit Journal qui lui demande ce qu’ils disent aux femmes qui tombent enceinte sans le vouloir et qui souhaitent avorter, il répond à côté: “Vouloir ou pas vouloir un enfant, c’est plus compliqué que ça. Ça se voit que tu n’es pas une femme non plus.

Le mouvement estime également qu’il existe un “syndrome du survivant”. L’une des manifestantes tente d’expliquer -avec une grande difficulté quand même- l’idée: “Ça concerne celui qui va avoir un frère ou une soeur qu’il n’aura jamais connu et qui va passer sa vie à se demander pourquoi est-ce que moi je suis là et pourquoi mon petit frère ou ma petite soeur, on ne lui a pas laissé le choix d’exister.” 

Officiellement, “les survivants” ne sont affiliés à aucun parti politique ni à aucune mouvance idéologique mais, explique le journaliste du Petit Journal, “beaucoup viennent de la droite conservatrice, de la manif pour tous” mais aussi de “l’extrême droite dure”; leur service d’ordre vient d’ailleurs du groupuscule d’extrême droite royaliste Action française. Flippant. 

 

 

Julia Tissier


2. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

3. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

4. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

5. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”