société

La vidéo du jour

“Les survivants”, un nouveau mouvement de jeunes anti-avortement bien flippant

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle tournée par une équipe du Petit Journal le week-end dernier lors d’une manif’ de jeunes anti-avortement qui se surnomment “les survivants”.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”


Samedi 4 juin, près du centre Pompidou à Paris, un nouveau mouvement de jeunes contre l’avortement a manifesté pour la première fois. Ils ont une vingtaine d’années et se surnomment “les survivants”, car, explique le journaliste du Petit Journal qui leur consacre ce reportage, “ils considèrent qu’avec 220 000 avortements par an en France, tous les enfants qui naissent auraient pu être avortés et [que ceux qui sont nés] sont des rescapés de l’avortement”. Tout simplement.

Pour ce mouvement créé “spontanément avec des jeunes autour d’un café”, “un embryon est un enfant” selon leur porte-parole, Émile Duport. “On a tous été des embryons avant d’être un enfant et certains de nos frères ont été des embryons et parce qu’ils avaient pas de projet parental, eh ben ils ont pas été acceptés”, continue-t-il. Au journaliste du Petit Journal qui lui demande ce qu’ils disent aux femmes qui tombent enceinte sans le vouloir et qui souhaitent avorter, il répond à côté: “Vouloir ou pas vouloir un enfant, c’est plus compliqué que ça. Ça se voit que tu n’es pas une femme non plus.

Le mouvement estime également qu’il existe un “syndrome du survivant”. L’une des manifestantes tente d’expliquer -avec une grande difficulté quand même- l’idée: “Ça concerne celui qui va avoir un frère ou une soeur qu’il n’aura jamais connu et qui va passer sa vie à se demander pourquoi est-ce que moi je suis là et pourquoi mon petit frère ou ma petite soeur, on ne lui a pas laissé le choix d’exister.” 

Officiellement, “les survivants” ne sont affiliés à aucun parti politique ni à aucune mouvance idéologique mais, explique le journaliste du Petit Journal, “beaucoup viennent de la droite conservatrice, de la manif pour tous” mais aussi de “l’extrême droite dure”; leur service d’ordre vient d’ailleurs du groupuscule d’extrême droite royaliste Action française. Flippant. 

 

 

Julia Tissier


1. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

2. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

3. Avec “Ta Mère Nature”, Ophélie Damblé nous initie à l'agriculture urbaine

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de Ta Mère Nature, dans lequel Ophélie Damblé nous fait découvrir la Prairie, une friche urbaine implantée à Pantin.
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

5. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”

7. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal” - Cheek Magazine
Capture d'écran du reportage du “Petit Journal”