société

L'appareil génital féminin enfin présenté correctement en cours de SVT?

La nouvelle édition du livre de SVT de Magnard représente enfin correctement le clitoris, généralement oublié des représentations de l’appareil génital féminin dans les manuels de l’enseignement secondaire.
© Vincent Guili
© Vincent Guili

© Vincent Guili


Ça y est, un manuel de SVT représente enfin correctement le clitoris, son gland, sa paire de corps caverneux et les bulbes qui enserrent en partie le vagin. Il n’est jamais trop tard. Rappelez-vous lorsque, au début de l’année scolaire, on se réjouissait d’enfin disposer d’une représentation 3D du clitoris pour faire comprendre son fonctionnement aux élèves en deuxième cycle. À peu près au même moment, on réalisait qu’aucun livre de SVT ne représentait correctement cet organe féminin.

Dans son édition publiée pour la rentrée 2017, le livre de SVT édité par Magnard remédie enfin à cette lacune fondamentale. Une avancée que salue dans un long post Facebook le collectif SVT égalité. Ce collectif de professeurs et d’éditeurs vise à promouvoir une éducation “qui défende réellement les valeurs universelles que nous avons pour mission de transmettre”, et cesse, à ce titre, de véhiculer des stéréotypes sexistes, racistes, homophobes, etc.

 

Du côté de Belin, Bordas, Didier, Nathan, Hachette et Lelivrescolaire, pas encore d’amendement. Les schémas incorrects subsistent, ne représentant que le gland du clitoris -autant dire un point en haut de la vulve-, quand ils ne le font pas carrément disparaître. Heureusement, il existe d’autres outils pour que les professeurs de SVT puissent enseigner la réalité à leurs élèves. La représentation du clitoris en 3D mise au point par Odile Fillod, ou bien les illustrations mises à disposition par SVT Egalité. Vincent Guili, professeur de SVT à Lyon et membre de ce collectif, a dessiné des schémas complets des organes génitaux masculins et féminins, au repos et en excitation.

Des outils nécessaires quand on sait qu’un quart des filles de 15 ans ne savent pas qu’elles possèdent un clitoris, et que 83% des collégiennes de 4ème et de 3ème en ignorent la fonction.

Mathilde Saliou


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili