société

L'appareil génital féminin enfin présenté correctement en cours de SVT?

La nouvelle édition du livre de SVT de Magnard représente enfin correctement le clitoris, généralement oublié des représentations de l’appareil génital féminin dans les manuels de l’enseignement secondaire.
© Vincent Guili
© Vincent Guili

© Vincent Guili


Ça y est, un manuel de SVT représente enfin correctement le clitoris, son gland, sa paire de corps caverneux et les bulbes qui enserrent en partie le vagin. Il n’est jamais trop tard. Rappelez-vous lorsque, au début de l’année scolaire, on se réjouissait d’enfin disposer d’une représentation 3D du clitoris pour faire comprendre son fonctionnement aux élèves en deuxième cycle. À peu près au même moment, on réalisait qu’aucun livre de SVT ne représentait correctement cet organe féminin.

Dans son édition publiée pour la rentrée 2017, le livre de SVT édité par Magnard remédie enfin à cette lacune fondamentale. Une avancée que salue dans un long post Facebook le collectif SVT égalité. Ce collectif de professeurs et d’éditeurs vise à promouvoir une éducation “qui défende réellement les valeurs universelles que nous avons pour mission de transmettre”, et cesse, à ce titre, de véhiculer des stéréotypes sexistes, racistes, homophobes, etc.

 

Du côté de Belin, Bordas, Didier, Nathan, Hachette et Lelivrescolaire, pas encore d’amendement. Les schémas incorrects subsistent, ne représentant que le gland du clitoris -autant dire un point en haut de la vulve-, quand ils ne le font pas carrément disparaître. Heureusement, il existe d’autres outils pour que les professeurs de SVT puissent enseigner la réalité à leurs élèves. La représentation du clitoris en 3D mise au point par Odile Fillod, ou bien les illustrations mises à disposition par SVT Egalité. Vincent Guili, professeur de SVT à Lyon et membre de ce collectif, a dessiné des schémas complets des organes génitaux masculins et féminins, au repos et en excitation.

Des outils nécessaires quand on sait qu’un quart des filles de 15 ans ne savent pas qu’elles possèdent un clitoris, et que 83% des collégiennes de 4ème et de 3ème en ignorent la fonction.

Mathilde Saliou


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
© Vincent Guili  - Cheek Magazine
© Vincent Guili