société

Réduire le temps de travail pour l'égalité femmes-hommes? C'est le pari d'une asso belge

En Belgique, l’association féministe Femma va passer à la semaine de quatre jours afin d’offrir à ses employé·e·s plus de temps libre. Objectif? Donner l’occasion aux hommes de se charger davantage des tâches ménagères, un domaine encore et toujours largement pris en charge par les femmes.
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures

Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures


Trente heures de travail par semaine au lieu de 36, c’est l’expérience que va tenter en début d’année prochaine Femma, une association belge de femmes qui se bat pour l’égalité et le bonheur des femmes et des hommes en organisant divers ateliers et activités. À en croire cette dernière, trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée passerait nécessairement par la réduction du temps de travail. Ce changement d’emploi du temps permettrait selon l’association belge de sortir de la pression du temps et de mieux combiner travail, vie de famille, temps libre et tâches domestiques. Ces dernières étant encore largement effectuées par les femmes, Femma espère qu’en laissant plus de place à la vie privée, celles-ci seront mieux réparties et que les hommes s’empareront de ces tâches plus facilement. Afin de ne pas impacter les travailleur·se·s, le salaire au sein de l’association restera le même et cinq nouvelles personnes seront embauchées à temps plein pour compenser la baisse du temps de travail. La quarantaine d’employé.e.s sera alors suivie par des chercheurs de l’université bruxelloise VUB durant la première année afin d’analyser les effets de ce changement d’emploi du temps et d’établir un bilan.

Entre déposer et aller chercher les enfants à l’école, se rendre au travail, suivre les réunions tardives ou matinales, faire les courses, le ménage, la cuisine… le temps semble souvent manquer. Selon l’index européen de l’égalité de genre de 2017, les inégalités liées au temps persistent et augmentent. Le rapport précise que seul trois hommes sur dix s’occupent quotidiennement des tâches ménagères contre 79% des femmes. L’index note également que les hommes disposent de plus de temps pour les activités sportives, culturelles et les loisirs. “Le temps est source d’inégalité massive entre les femmes et les hommes. Les femmes ont une double, voire une triple journée. En France, elles assurent encore entre 75 et 82% des tâches domestiquessouligne Marie Allibert, coordinatrice générale de la branche française de l’association pour l’égalité Jump et ancienne porte-parole du mouvement Osez le féminisme.

Lorsqu’il y a un couple et de jeunes enfants, il faudrait que les hommes et les femmes travaillent autour d’une trentaine d’heures pour pouvoir partager équitablement le temps domestique et familial.

Pour Brenda Deny, porte-parole de Femma, la semaine des 30 heures devrait “devenir la norme”. Elle espère qu’une réduction du temps de travail, aussi bien pour les femmes que pour les hommes, permettra un rééquilibre dans le partage des tâches domestiques. De plus, elle assure que, dans les ménages, ce sont les hommes qui généralement gagnent davantage et de ce fait, “ils décident de continuer à travailler à plein temps, tandis que les femmes vont alors prendre un mi-temps pour s’occuper des enfants et des tâches domestiques. Cela a notamment des implications sur la pension et les droits sociaux”. Réduire de quelques heures un temps plein pourrait ainsi offrir une meilleure qualité de travail, sans avoir à faire de concession.

 

Une réorganisation structurelle et un investissement financier

Un changement soutenu par Dominique Méda, sociologue, directrice de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales et autrice de nombreux ouvrages sur le travail et les politiques sociales. “Il faut réduire le temps de travail et mieux l’organiser précisément pour permettre cette conciliation des temps. Dans mon schéma idéal et lorsqu’il y a un couple et de jeunes enfants, il faudrait que les hommes et les femmes travaillent autour d’une trentaine d’heures pour pouvoir partager équitablement le temps domestique et familial”, affirme-t-elle. Sinon, ce temps repose principalement sur les femmes et “pèse sur leur carrière ou plus simplement leur choix d’emploi, leur possibilité de prendre des responsabilités. Le temps du travail domestique et familial est très lourd”.

Culturellement, le temps libre gagné par les hommes peut être passé à tout à fait autre chose qu’à mieux partager les tâches avec les femmes.

L’association féministe belge Femma ne cache pas qu’un bon nombre d’expert·e·s critiquent leur initiative et certifient que ce modèle n’est pas viable économiquement. “Cela demande bien sûr un investissement, reconnaît Brenda Deny. Nous allons engager cinq personnes pour compenser les heures que nous n’allons plus faire, on a effectué une grande réorganisation pour travailler de manière plus productive. Il faut voir les choses sur le long terme et observer toutes les choses positives que cela peut apporter pour la société. Par exemple dans mon cas, je vais pouvoir m’occuper davantage de ma mère qui a un certain âge.” Un partage des tâches plus égalitaire veut aussi dire davantage de temps libre pour les femmes, un temps passé avec les proches ou dédié aux loisirs. D’ailleurs, les femmes pourraient aussi regagner du terrain dans des domaines qu’elles ont désinvesti par manque de temps, à l’instar des terrains militants, associatifs ou politiques…

 

Un changement culturel de fond est nécessaire 

Cependant, “si la question du temps de travail est évidemment importante, elle ne résout pas tout”, regrette Marie Allibert, qui pointe du doigt l’impact des 35 heures en France, une réduction du temps de travail mise en place en 2000, qui n’a malheureusement pas eu beaucoup d’effets sur le partage des tâches et qui a plutôt permis aux hommes d’avoir davantage de temps libre. “Culturellement, le temps libre gagné par les hommes peut être passé à tout à fait autre chose qu’à mieux partager les tâches avec les femmes. Un changement culturel de fond sur la prise en charge du soin, de sa famille, de son domicile est indispensable si l’on veut que ça se rééquilibre”, insiste la spécialiste. Elle soutient d’ailleurs qu’“il n’existe pas de corrélation entre la réduction du temps de travail et le fait que les hommes s’impliquent davantage”.

Ces initiatives doivent donc être accompagnées d’un discours de fond sur la répartition et l’articulation des temps de vie.

Afin que le temps gagné soit favorable à l’égalité femmes-hommes, un grand travail de sensibilisation doit donc être engagé. “L’idée est de faire comprendre aux hommes ce qu’est cette double journée, de quoi on parle quand on dit que les femmes assurent encore 80% des tâches ménagères. Très souvent, même chez des hommes de relativement bonne volonté, il existe un manque de visibilité sur ce dont on parle, continue Marie Allibert. La charge mentale est par exemple difficile à concevoir car portée de manière invisible par les femmes et ne peut pas être calculée de manière temporelle. “Vu comment la société est construite, il y a des chances qu’un modèle comme celui proposé par Femma, quand il n’est pas accompagné, fait que les femmes ne gagnent rien en temps de loisirs et que les hommes en gagnent plus, estime l’experte. Ces initiatives doivent donc être accompagnées d’un discours de fond sur la répartition et l’articulation des temps de vie.

Louise Hermant


1. 40 degrés le jour, ville fantôme le soir: Sophie raconte sa quarantaine à Ouagadougou, au Burkina Faso

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les États-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. Le Burkina Faso est le pays le plus touché d’Afrique de l’Ouest par le Covid-19, avec plus de 200 cas. Sophie, journaliste française de 27 ans, expatriée à Ouagadougou depuis plus de deux ans, appréhende l’arrivée de l’épidémie en pleine saison chaude.
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures - Cheek Magazine
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures

2. Le confinement va-t-il changer notre façon de consommer?

Fini, les restos, les cinés, les verres en terrasse, les voyages… Depuis le début du confinement, les occasions de sortir sa carte bleue se font plus rares. Une période de “déconsommation” forcée qui incite, au sein d’une génération préoccupée par l’état de la planète, à prendre du recul sur nos besoins matériels.

3. Caissière dans une épicerie, Kate raconte son non-confinement dans le New Hampshire, aux États-Unis

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les États-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. Aux États-Unis, le dernier bilan affiche plus de 140 000 cas. Le Covid-19 y a fait plus de 2 500 victimes. Kate, 25 ans, caissière dans une épicerie, continue à travailler, malgré le risque pour elle et ses deux petites filles.
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures - Cheek Magazine
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures

4. Pourquoi le confinement laisse libre cours à la grossophobie 

Conseils pour maigrir, montages avant-après, régimes spéciaux… En pleine épidémie mondiale, certaines personnes ont autant peur de grossir pendant le confinement que d’attraper le virus. Pour les activistes anti-grossophobie, il est surtout temps de peser le poids des mots. 
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures - Cheek Magazine
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures

5. “Je mange au lit”: la première chronique confinée de Marina Rollman

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Marina Rollman qui livre sur France Inter sa première chronique en confinement. 
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures - Cheek Magazine
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures

6. Entre solitude et difficultés financières, Cyrine raconte son confinement à Tunis

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. Depuis quelques jours, la Tunisie est à l’arrêt. Un coup dur pour Cyrine, entrepreneure hyperactive, qui a dû planifier de quoi s’occuper pendant le confinement.  
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures - Cheek Magazine
Tina Fey dans “Admission” © Universal Pictures