cheek_societe_habillage_desktop

société

Anna Holmes / Interview “Journalisme & féminisme”

Avec Jezebel, Anna Holmes a réconcilié presse féminine et féminisme

En lançant le site américain Jezebel, Anna Holmes a prouvé qu’un magazine féminin pouvait aussi être féministe, et a posé l’une des premières pierres du modèle de la presse en ligne. Elle a répondu à notre interview “journalisme & féminisme”.
© Anna Wolf
© Anna Wolf

© Anna Wolf


À 41 ans, la New-yorkaise Anna Holmes fait partie de la génération des pionnières du journalisme Web, celles qui se sont lancées quand (presque) rien n’existait. “Lorsqu’on m’a proposé de bosser sur le projet Jezebel en 2006, beaucoup de gens m’ont prise pour une dingue, à l’époque on ne savait pas ce que la presse sur Internet allait donner. De mon côté, j’ai trouvé le pari de créer un magazine à la fois terrifiant et excitant, d’autant que j’étais assez remontée contre la presse féminine traditionnelle.” En effet, quand une amie du groupe Gawker vient la chercher pour lancer ce nouveau site -aujourd’hui une référence parmi les pure players- Anna Holmes est passée par de nombreuses rédactions dont Glamour et InStyle et en a ras-le-bol de travailler pour des titres “qui sont paternalistes et prennent les femmes pour des idiotes qui ne s’intéressent qu’aux mecs et au maquillage”.

“Les femmes s’intéressent à beaucoup plus de choses qu’aux fringues.”

Féministe convaincue, Anna Holmes décide alors de décliner sa vision de la femme sur un site qui parlerait à la fois des dernières actus people et des manifs prochoice. “Parce que les femmes s’intéressent à beaucoup plus de choses qu’aux fringues.” Son intuition lui donnera raison: lancé en 2007, Jezebel enregistre aujourd’hui 15,5 millions de pages vues chaque mois. Anna Holmes n’y travaille plus, ses trois années et demie passées là-bas l’ont essorée, mais elle fait désormais partie des personnalités féministes qui comptent aux États-Unis. Aujourd’hui critique littéraire au New York Times et responsable du digital au sein de la chaîne de télévision Fusion, elle se réjouit de ne pas avoir suivi une ligne droite après la fac de journalisme -“une grosse perte d’argent, je ne crois pas avoir appris grand-chose de mon métier à l’école”– et d’avoir cru tout de suite en Internet. Celle qui se dit optimiste quant à l’avenir de la presse, en pleine réinvention actuellement, a répondu à notre interview “Journalisme & féminisme”.

Considères-tu que Jezebel a été le premier média féminin et féministe?

Je dirais qu’il a été le premier média féminin et féministe grand public. Avant, il y avait des blogs et des sites persos qui parlaient déjà de féminisme, mais pas de média mainstream. 

Parler de politique à des femmes, c’est donc un acte militant?

En tout cas, ça n’existait pas dans les titres pour lesquels je travaillais. Le modèle était rentable, les annonceurs étaient contents, donc personne n’avait aucune imagination pour les faire évoluer. Aujourd’hui, les lignes bougent, et même les féminins classiques s’inspirent de sites Web comme Jezebel. Je crois que les lectrices sont en demande d’un dialogue plus authentique avec les journalistes.

As-tu toujours été attirée par le journalisme?

Depuis que je suis ado, je sais que je veux écrire, même si je n’ai jamais été sûre du moyen d’y parvenir. Je ne vous cache pas qu’aujourd’hui encore, il m’arrive de me dire: “Je ne sais pas ce que je veux faire quand je serai grande.” En tout cas, j’ai toujours aimé la lecture et l’écriture, et j’ai toujours su que ça ferait partie de ma vie d’une façon ou d’une autre. J’ai écrit deux livres, mais je ne suis pas sûre d’en publier un troisième, ça demande trop de travail et rapporte trop peu d’argent (Rires.)

“Pour moi, le féminisme n’est pas une question de mode.”

As-tu toujours été féministe?

Oui! J’ai été élevée par une mère féministe et fière de l’être, donc je n’ai jamais eu de problème à me revendiquer comme telle. Je remarque d’ailleurs qu’il est plus simple de se déclarer féministe de nos jours que quand j’étais étudiante, où c’était considéré comme un gros mot. On commence à réaliser que les clichés sur les féministes sont faux, et beaucoup de jeunes femmes se penchent sur la question.

On a beaucoup parlé de pop féminisme ces derniers temps, est-ce devenu un concept à la mode?

Je n’aime pas ce mot, car “à la mode” une saison signifie démodé la saison suivante. Pour moi, le féminisme n’est pas une question de mode, mais maintenant que la pop culture s’en empare, c’est peut-être un moyen de le faire connaître au plus grand nombre.

Beyoncé, Taylor Swift, Emma Watson… toutes ces stars n’ont-elles pas contribué à redorer le blason du féminisme?

Il est certain que le discours d’Emma Watson à l’ONU a suscité un regain d’intérêt pour le sujet. Mais je ne crois pas que ces personnalités aient initié un mouvement. Il existait déjà, et elles ont trouvé des mots qui correspondaient à ce qu’elles ressentaient, d’où leur réappropriation du concept.

Internet et les réseaux sociaux ont-ils offert aux femmes de nouveaux moyens d’expression?

Ils ont permis à davantage de femmes de prendre la parole et de faire entendre leur voix. Ils leur ont aussi permis d’interagir entre elles et d’entrer en contact avec des personnes qui leur ressemblent. Moi, j’habite à New York et je n’ai aucun mal à trouver des gens comme moi, mais pour des coins plus reculés des États-Unis, ça a changé la donne.

“Le Web permet de faire entendre des voix beaucoup plus diverses.”

Le féminisme est-il l’avenir du journalisme?

Les supports féministes ne vont pas pouvoir se multiplier indéfiniment, mais il y a encore de la place. (Rires.) Ce qui est certain, c’est que le journalisme sur Internet permet aux femmes de monter leurs médias et de prendre un peu de place parmi tous ces hommes blancs qui ne veulent rien lâcher de leur pouvoir. De façon générale, le Web permet de faire entendre des voix beaucoup plus diverses.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune média comme le nôtre?

Faites confiance à votre intuition et écrivez les articles que vous avez envie de lire. Passez du temps sur des sujets qui vous plaisent, ils plairont aussi aux lecteurs. N’essayez surtout pas d’appliquer des recettes ou de faire quelque chose qui ne vous ressemble pas.

Propos recueillis par Myriam Levain


1. Un robot sexuel doté d'un mode “résistance” encouragerait la culture du viol

Pour presque 1000 dollars, vous pouvez vous payer un robot sexuel doté d'une intelligence artificielle -“Roxxxy Gold” pour la version féminine-, choisir sa couleur et sa coupe de cheveux, ses yeux, ses sourcils, ses ongles, sa couleur de peau, ses poils pubiens et même sa…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf

2. Non, les femmes ne sont pas tes rivales: vive la sororité !

“Il t'en aura fallu du temps pour faire taire cette petite voix et t'ouvrir à la sororité. Mais si, tu sais, cette attitude vraiment trop cool que tu croises ici et là au gré de rencontres, soirées, événements, conférences, séries télé et longs-métrages et que…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf

3. La PMA pour les nuls, par Quotidien, Marlène Schiappa et Charlie Hebdo

Mardi dernier, Marlène Schiappa, la secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, était l’invitée de Yann Barthès dans l’émission Quotidien, où la journaliste Valentine Oberti a fait un petit rappel des faits autour de la procréation médicalement assistée (PMA). Interrogée…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf

4. Préjugés, hypersexualisation et coming out: des bisexuelles prennent la parole

Laura, 25 ans “Vers 12 ans, j’avais des attirances pour les filles comme pour les garçons, mais je sentais que c’était quelque chose de mal.” Pour Laura, 25 ans, la découverte d’auteurs comme Oscar Wilde a été un premier coup de pouce. “Plus tard, il…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf

5. Comment le viol est devenu un crime en France

Hier soir, France 3 consacrait sa soirée à la question du viol via un téléfilm retraçant un fait divers peu connu de la jeune génération: le viol, en 1974, de deux touristes belges lesbiennes par un groupe de jeunes hommes français dans le sud. Leur…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf

6. Cette cheffe colombienne lutte contre l'homogénéisation de nos assiettes

Vendredi soir, Antonuela Ariza préparera un repas pour 600 personnes à Paris, et elle le reconnaît, elle n'en mène pas large. Année France-Colombie oblige, elle est invitée avec son associé de toujours, Eduardo Martinez, à l'événement Food Temple qui se tiendra tout le week-end au…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf

7. “Trucs de Meufs”: la série cash et décomplexée sur l'intimité des femmes

“L'époque où je me suis le plus masturbée, c'était pendant les examens et qu'il fallait réviser et là, toutes les 30 minutes, je faisais une pause, quoi! Ça m'aidait, j'ai eu tous mes exams avec mention!”, “parfois, j'ai des super longs poils sur les tétons, plus…
© Anna Wolf - Cheek Magazine
© Anna Wolf