société

La vidéo du jour

Avec “Préjugés”, Maïwenn alerte les jeunes femmes sur les maladies cardiovasculaires

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle-ci.


Cinquante secondes, c’est le temps qu’il faut à Maïwenn pour faire passer un message alarmant de la part de la Fédération Française de Cardiologie. Dans un spot intitulé Préjugés, une jeune femme et un homme plus âgé, plus gros et plus essoufflé entament une danse endiablée au court de laquelle l’un d’entre eux, qui n’est pas celui que l’on croit, va s’écrouler. En effet, d’après le professeur Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération Française de Cardiologie, le nombre d’infarctus de myocarde aurait triplé chez les femmes de moins de 50 ans ces quinze dernières années, tandis que, chez les hommes, il est décroissant.

Le changement de mode de vie des femmes ces trente dernières années serait en cause: tabac (plus de 60% des infarctus chez les femmes de moins de 60 ans lui sont attribués), mauvaise alimentation, stress, manque d’exercice physique. Sur-risque augmenté surtout après 35 ans, par son association avec la pilule contraceptive combinant œstrogènes et progestatifs. Mais s’il est décroissant chez les hommes, c’est bien parce que ces derniers, touchés par ces maladies depuis plus longtemps, sont mieux informés et se font dépister plus tôt. Dans le cas d’une femme, trois périodes sont à surveiller plus particulièrement: la contraception, la grossesse et la ménopause.

De plus, d’après Claire Mounier-Vehier: “La douleur dans la poitrine irradiant le bras gauche et la mâchoire, typique chez les hommes, est absente chez elles dans environ 40% des cas. Elle peut être remplacée par d’autres signes comme des nausées, des palpitations à l’effort, un essoufflement, une douleur au milieu du dos, une fatigue inhabituelle… Ces signes sont trop souvent assimilés à une crise d’anxiété.” Maïwenn a décidément très bien choisi  le titre de son spot. 

Zisla Tortello


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
Viol: la victime parfaite n'existe pas - Cheek Magazine

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto - Cheek Magazine

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur - Cheek Magazine