société

La vidéo du jour

Avec “Préjugés”, Maïwenn alerte les jeunes femmes sur les maladies cardiovasculaires

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle-ci.


Cinquante secondes, c’est le temps qu’il faut à Maïwenn pour faire passer un message alarmant de la part de la Fédération Française de Cardiologie. Dans un spot intitulé Préjugés, une jeune femme et un homme plus âgé, plus gros et plus essoufflé entament une danse endiablée au court de laquelle l’un d’entre eux, qui n’est pas celui que l’on croit, va s’écrouler. En effet, d’après le professeur Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération Française de Cardiologie, le nombre d’infarctus de myocarde aurait triplé chez les femmes de moins de 50 ans ces quinze dernières années, tandis que, chez les hommes, il est décroissant.

Le changement de mode de vie des femmes ces trente dernières années serait en cause: tabac (plus de 60% des infarctus chez les femmes de moins de 60 ans lui sont attribués), mauvaise alimentation, stress, manque d’exercice physique. Sur-risque augmenté surtout après 35 ans, par son association avec la pilule contraceptive combinant œstrogènes et progestatifs. Mais s’il est décroissant chez les hommes, c’est bien parce que ces derniers, touchés par ces maladies depuis plus longtemps, sont mieux informés et se font dépister plus tôt. Dans le cas d’une femme, trois périodes sont à surveiller plus particulièrement: la contraception, la grossesse et la ménopause.

De plus, d’après Claire Mounier-Vehier: “La douleur dans la poitrine irradiant le bras gauche et la mâchoire, typique chez les hommes, est absente chez elles dans environ 40% des cas. Elle peut être remplacée par d’autres signes comme des nausées, des palpitations à l’effort, un essoufflement, une douleur au milieu du dos, une fatigue inhabituelle… Ces signes sont trop souvent assimilés à une crise d’anxiété.” Maïwenn a décidément très bien choisi  le titre de son spot. 

Zisla Tortello


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel - Cheek Magazine

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant - Cheek Magazine

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier - Cheek Magazine

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes? - Cheek Magazine

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador - Cheek Magazine