société

Vagineering: ils veulent faire d’une bactérie un moyen de contraception non hormonale

Des étudiant·e·s de l’université de Montpellier planchent sur un nouveau moyen de contraception non hormonale pour les femmes et présenteront leur projet à Boston lors du concours de biologie scientifique international du Massachusetts Institute of Technology en octobre prochain. 
L'équipe © IGEM Montpellier
L'équipe © IGEM Montpellier

L'équipe © IGEM Montpellier


Neuf étudiant·e·s de l’université de Montpellier se sont lancé·e·s, au début de l’année, dans un projet un peu fou: dégoter un nouveau moyen de contraception pour les femmes. Petite subtilité, cette contraception sera non hormonale. En octobre, la joyeuse bande de biologistes s’envolera pour Boston. Rendez-vous est pris pour le concours de biologie scientifique international du Massachusetts Institute of Technology (MIT), où des équipes de plusieurs instituts, universités et écoles d’ingénieur·e·s de toute la planète se retrouvent pour présenter leurs projets. Tamara Yehouessi, étudiante en licence de technologie et biologie moléculaire à l’université de Montpellier, nous explique. 

 

Peux-tu nous expliquer le projet?

Il s’appelle Vagineering, la contraction de vagin et ingénierie (Ndlr: engineering en anglais). L’objectif est de créer une contraception non hormonale en modifiant génétiquement les bactéries qui se trouvent naturellement dans le vagin. À la base, ce qu’on voulait, c’était étudier la flore vaginale car elle est très peu connue. On a fini par isoler l’une des bactéries qui constitue cette flore, nommée Lactobacillus jensenii. L’idée est de la designer génétiquement pour qu’elle produise des spermicides. On mettrait ensuite ces bactéries dans nos vagins pour que, lors d’un rapport sexuel, il ne puisse pas y avoir de fécondation.

Comment se présenterait le produit?

C’est vraiment le tout début donc on réfléchit encore à pas mal de pistes. Il reste notamment à déterminer si cette contraception sera temporaire, c’est-à-dire à prendre avant chaque rapport; ou si elle sera à prendre une fois et à désactiver si l’on veut tomber enceinte. On ne sait pas non plus si cette contraception fonctionnera sous la forme d’une sorte de suppositoire à insérer dans le vagin ou sous forme d’application.

Le cycle menstruel demeurerait inchangé puisqu’on n’ingérerait plus d’hormones.

Quels sont les enjeux de la contraception non hormonale?

Quand on a eu l’idée, on s’est demandé à qui ça allait servir. Dans notre groupe d’amies, on est de plus en plus nombreuses à penser que c’est galère de prendre la pilule, pour plusieurs raisons. Déjà parce que ça ne convient pas à tout le monde. Il y a souvent des effets secondaires, que ce soit des douleurs, une prise de poids, de l’acné, etc. D’autres n’arrivent simplement pas à prendre un comprimé tous les jours à heure fixe. Il y a aussi le problème de la pollution induite par les hormones. On les jette dans les toilettes, ça va dans les océans, les poissons les mangent et nous, on mange les poissons.

 

Cette contraception serait la première sans effets sur le corps?

Au stade où on en est, on ne peut pas prévoir les effets secondaires. En tout cas, ils n’auraient rien à voir avec ceux des contraceptions d’aujourd’hui. Le cycle menstruel, par exemple, demeurerait inchangé puisqu’on n’ingérerait plus d’hormones. Si la personne n’a plus ses règles, c’est qu’elle est enceinte ou qu’elle a un problème! Par contre, vu que l’on produit naturellement des antimicrobiens, il pourrait éventuellement y avoir des effets d’allergie.

Pourquoi ne pas se pencher sur une contraception masculine?

Quand on a eu l’idée, au tout début, on ne voulait pas forcément s’intéresser à la contraception. Notre objectif était vraiment d’étudier la flore vaginale. Ensuite, quand la contraception s’est imposée comme la meilleure option, on a effectivement pensé le faire sur les hommes, pour une fois. On a cherché un équivalent de la flore vaginale chez l’homme. Malheureusement, ils ne possèdent rien d’aussi complet et intéressant à étudier. Puis on s’est aussi dit que ce n’est pas plus mal que la femme conserve la maîtrise de sa contraception. Ce n’est pas toujours facile de faire confiance à quelqu’un d’autre sur ces questions.

Où en êtes-vous au niveau du financement de vos recherches?

Il nous manque au moins 5000 euros pour continuer sereinement. Actuellement, nous n’avons plus trop de ressources et on ne sait plus à qui demander. Notre cagnotte Ulule a bien fonctionné. On ne pensait pas que les gens donneraient de l’argent, mais on a dépassé les 100%, et c’est cool. À terme, on aurait aussi besoin d’argent pour financer un projet de BD qui résumerait un peu toutes ces questions autour du vagin et de la contraception. L’idée serait de vulgariser le sujet, le rendre accessible à la communauté non scientifique.

Propos recueillis par Tiphaine Le Berre


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
L'équipe © IGEM Montpellier - Cheek Magazine
L'équipe © IGEM Montpellier

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
L'équipe © IGEM Montpellier - Cheek Magazine
L'équipe © IGEM Montpellier

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
L'équipe © IGEM Montpellier - Cheek Magazine
L'équipe © IGEM Montpellier

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
L'équipe © IGEM Montpellier - Cheek Magazine
L'équipe © IGEM Montpellier