société

Rokhaya Diallo se réjouit de l'arrivée de ballerines adaptées aux noir·e·s et se fait attaquer sur Twitter

La chroniqueuse, journaliste, réalisatrice et écrivaine a été attaquée sur le réseau social pour s’être réjouie de l’arrivée sur le marché de ballerines adaptées aux carnations des danseur·se·s noir·e·s.
DR
DR

DR


Les ballerines pour peaux noires arrivent enfin après 200 ans de ballerines blanches. Les danseuses noires n’auront plus à les teindre ou à les couvrir pour les faire correspondre à leur carnation. #Sparadrapgate everywhere.” Dans un tweet publié lundi 5 novembre, Rokhaya Diallo célèbre une information partagée par le New York Times: l’arrivée sur le marché de ballerines adaptées à la couleur de peau des danseur·se·s noir·e·s.

 

 

Ce tweet, dans lequel la  journaliste, réalisatrice, écrivaine et chroniqueuse n’accuse pourtant personne, lui a valu une flopée d’attaques sur le réseau social. Bon nombre d’internautes ont ainsi moqué l’agenda et les préoccupations antiracistes de la jeune femme, non sans rappeler l’épisode du #Sparadrapgate, résumé par la principale intéressée dans un article publié sur Buzzfeed, intitulé Le #sparadrapgate montre comment les spécificités physiques des noir·e·s sont ignorées en France

 

 

 

 

Heureusement, Rokhaya Diallo a pu compter sur le soutien et la bonne foi de plusieurs personnes, qui rappellent notamment que, si des ballerines de couleur noire existent depuis des années, elles ne sont pas adaptées aux teints de bon nombre de femmes non blanches.

 

 

 

 

On souhaite bon courage à Rokhaya Diallo pour faire face à cette nouvelle polémique.

Margot Cherrid


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
DR - Cheek Magazine
DR

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
DR - Cheek Magazine
DR