société

Le Cheek Point

Hommes au barbecue, femmes pour le reste: l'inégale répartition des tâches culinaires en été

On a lu pour vous cet article du Parisien sur la -très- inégale répartition des tâches culinaires pendant l’été, et on vous le conseille.
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR

Capture d'écran du film “Barbecue”, DR


Pas de vacances d’été pour les inégalités côté cuisine. C’est toujours madame qui s’y colle. (…) 46 % d’entre elles, pour être précis, mitonnent les bons petits plats pendant la période estivale. Pour le reste, cette besogne se partage entre le conjoint (18 %), les grands-parents, les amis, les enfants et les restaurateurs. Pour ce qui est de pousser le chariot des courses, les femmes sont 66 % à le faire. (…)

Ce n’est pas faux, reconnaît Elise, 47 ans, en villégiature dans le Var. C’est surtout moi qui fais la cuisine pendant l’été, comme le reste de l’année d’ailleurs. À l’exception des barbecues, qui sont plus nombreux pendant les vacances, et qui restent la chasse gardée de mon époux. Les grillades, c’est lui.(…)

Le plus surprenant dans cette enquête, c’est que 56 % des hommes pensent tout de même que tout le monde met la main à la pâte,… ce que contredisent 66 % des femmes. Ainsi, au total, 55 % des Français déclarent qu’il n’y a pas d’équité dans les cuisines pendant les congés.

Dans l’article La cuisine pendant l’été, c’est encore une affaire de femmes, publié sur le site du Parisien mardi 17 juillet, la journaliste Christine Mateus s’intéresse aux résultats d’une étude menée par Quitoque.fr, qui révèle une répartition très inégale des tâches culinaires au sein des couples hétérosexuels. Seul le barbecue semble échapper à la règle. Et encore. D’après un sondage réalisé par OpinionWay en 2015, bien que les femmes ne soient que 8% à retourner la viande et piquer les saucisses au moment de la cuisson, ce sont bien elles qui s’occupent en grande majorité de faire les courses et d’élaborer le menu avant une bonne grillade. Et si on renversait la tendance cet été?

À lire le plus rapidement possible sur le site du Parisien.


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Barbecue”, DR