société

Le Cheek Point

Comment le terme “beurette” est devenu péjoratif

On a écouté pour vous ce court docu sur l’histoire du mot “beurette” et on vous le conseille.
Instagram / @zahiaofficiel
Instagram / @zahiaofficiel

Instagram / @zahiaofficiel


“Il y a un glissement sémantique à partir des années 2000, au moment du boom du porno, en Europe, en Occident, avec une reprise des narrations traditionnelles du XVIIIème-XIXème siècle: tout un récit autour de la jeune femme maghrébine, hyper sexualisée tout en étant naïve, un petit peu lolita, qui était inaccessible du fait qu’elle était dominée par son père, par son frère, qu’elle était dans un harem, comme dans Les Lettres persanes. Elle allait être dévoilée de force par l’homme blanc, et allait tout de suite basculer de cette jeune fille inaccessible à cette beurette hyper sexualisée, à la sexualité seulement intéressée; il n’y a pas un seul moment où elle va pouvoir se saisir de sa sexualité comme une blanche pourrait le faire. (…) On imagine qu’elles sont toutes les mêmes, mais je n’ai pas eu la même éducation que Fatima ou Aïcha, on a des vies différentes. Et c’est pareil, j’imagine que dans la famille de Micheline et Jean-Jacques, ils n’ont pas les mêmes habitudes que dans la famille de Philippe et Nathalie.”

Repéré par Clique, le docu audio de 13 minutes Fais pas ta beurette, petite histoire d’un fantasme français, disponible sur le site d’Arte, revient sur les origines du mot “beurette”, aujourd’hui couramment utilisé pour désigner de façon très péjorative certaines jeunes femmes françaises d’origine maghrébine. Si, au départ, il était chargé d’une connotation positive et distinguait les jeunes femmes -considérées comme rangées et laïques- de leurs frères caricaturés en dealers intégristes, le mot “beurette” porte désormais en lui les relents d’un racisme et d’un sexisme, qui, comme le dit l’une des interviewées, “est aussi violent que le mot négresse”.

À écouter le plus vite possible sur le site d’Arte.


2. Minou Sabahi met les saveurs de ses voyages dans nos assiettes

A 32 ans, la cheffe franco-iranienne Minou Sabahi s’est installée au début de l’été en résidence chez Fulgurances à l’Entrepôt, lieu de vie culturel du 14ème arrondissement de Paris.
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

4. Sur Instagram, la nouvelle génération de militant·e·s mène le combat antiraciste

Depuis quelques mois, un vent de militantisme souffle sur le réseau social adulé des 15-25 ans, où la lutte contre le racisme avance à coups de hashtags, de témoignages et d’analyses politiques de l’histoire ou de l’actualité.
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

5. Célibataire et quadra, elle raconte son chemin vers la maternité dans un livre

Dans le livre témoignage Allers-retours pour un bébé en librairies le 17 septembre, Audrey Page relate pourquoi et comment elle a choisi de dissocier désir d’enfant et couple. Mère à 41 ans d’une petite fille née par PMA, elle revient sur les épreuves de son parcours et interroge la conception classique de la famille et des relations amoureuses.
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

6. Avec “Les Joueuses”, Julie Gayet célèbre les footballeuses de l’Olympique Lyonnais

En salles le 9 septembre, le documentaire Les Joueuses propose un regard inédit sur les footballeuses de l’Olympique Lyonnais. On a discuté sexisme dans le monde du ballon rond, égalité salariale et visibilité des sportives avec la productrice du film, Julie Gayet.
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

7. La cheffe Alessandra Montagne va ouvrir Nosso, un resto locavore et anti-gaspi

La cheffe d’origine brésilienne Alessandra Montagne inaugure en octobre un nouveau restaurant parisien, Nosso -qui signifie “nous” en portugais- baigné de lumière, dans son arrondissement parisien de cœur, le 13ème. Une aventure collective, qu’elle raconte dans notre interview “Top Cheffe”.
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel