société

Le Cheek Point

Comment le terme “beurette” est devenu péjoratif

On a écouté pour vous ce court docu sur l’histoire du mot “beurette” et on vous le conseille.
Instagram / @zahiaofficiel
Instagram / @zahiaofficiel

Instagram / @zahiaofficiel


“Il y a un glissement sémantique à partir des années 2000, au moment du boom du porno, en Europe, en Occident, avec une reprise des narrations traditionnelles du XVIIIème-XIXème siècle: tout un récit autour de la jeune femme maghrébine, hyper sexualisée tout en étant naïve, un petit peu lolita, qui était inaccessible du fait qu’elle était dominée par son père, par son frère, qu’elle était dans un harem, comme dans Les Lettres persanes. Elle allait être dévoilée de force par l’homme blanc, et allait tout de suite basculer de cette jeune fille inaccessible à cette beurette hyper sexualisée, à la sexualité seulement intéressée; il n’y a pas un seul moment où elle va pouvoir se saisir de sa sexualité comme une blanche pourrait le faire. (…) On imagine qu’elles sont toutes les mêmes, mais je n’ai pas eu la même éducation que Fatima ou Aïcha, on a des vies différentes. Et c’est pareil, j’imagine que dans la famille de Micheline et Jean-Jacques, ils n’ont pas les mêmes habitudes que dans la famille de Philippe et Nathalie.”

Repéré par Clique, le docu audio de 13 minutes Fais pas ta beurette, petite histoire d’un fantasme français, disponible sur le site d’Arte, revient sur les origines du mot “beurette”, aujourd’hui couramment utilisé pour désigner de façon très péjorative certaines jeunes femmes françaises d’origine maghrébine. Si, au départ, il était chargé d’une connotation positive et distinguait les jeunes femmes -considérées comme rangées et laïques- de leurs frères caricaturés en dealers intégristes, le mot “beurette” porte désormais en lui les relents d’un racisme et d’un sexisme, qui, comme le dit l’une des interviewées, “est aussi violent que le mot négresse”.

À écouter le plus vite possible sur le site d’Arte.


1. Doit-on réinventer les congés maternité, paternité et parentaux?

Sur France Inter, Dorothée Barba et ses invités ont débattu dans Le Débat de midi des enjeux des congés paternité et parentaux, source d’inégalités entre les hommes et les femmes. À écouter.  
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

2. Pour la blogueuse Clara D., le poil est politique

Depuis quelques mois, la révolte contre l’épilation gronde de plus en plus. La blogueuse Clara D. nous raconte comment sa guerre contre ce diktat a commencé. 
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

3. Avoir ses règles à la plage (ou ailleurs), la galère de toutes les femmes l'été

Toilettes publiques saturées ou inexistantes, protections périodiques inadaptées… L’été réserve souvent son lot de désagréments, contraignant les femmes à s’adapter malgré elles, voire à se priver de certains loisirs comme la plage. 
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

6. Se raser la tête, un tabou plus si tabou?

Sur les podiums et dans la rue, les têtes rasées se font de plus en plus nombreuses. Entre mode, libération féministe et geste altruiste, le phénomène bouscule les codes de la féminité traditionnelle. Décryptage.
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel

7. Coupe du Monde: la présidente croate encensée sur les réseaux sociaux

On a lu pour vous le portrait publié par Challenges de la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarović, devenue en quelques heures la star des réseaux sociaux et on vous le conseille. 
Instagram / @zahiaofficiel - Cheek Magazine
Instagram / @zahiaofficiel