société

Elle a créé Passion menstrues, le blog qui en finit avec le tabou des règles

La journaliste Jack Parker a lancé Passion menstrues, un blog d’information sur les règles qui décomplexe, déculpabilise et dédramatise le sujet encore tabou des menstruations.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo


Parler de règles sans pouffer ni rougir, avec humour et sans tabou, c’est possible. C’est ce que propose la journaliste Jack Parker (oui, il s’agit bien d’un pseudo masculin) sur Passion Menstrues, le blog qu’elle a créé avec ses petites mains et le soutien du crowdfunding. On y retrouve conseils, nouveautés, témoignages, infos culturelles, tests produits… pour aborder avec légèreté la vaste question des menstruations. Une révolution dans le paysage Web français où les règles sont souvent ignorées, ou au mieux reléguées aux forums de sites médicaux.

La jeune journaliste ne se destinait pourtant pas à ce domaine de spécialisation. En s’inscrivant en LLCE Anglais (Lettres, Littératures et Cultures Étrangères), Jack Parker, Parisienne franco-kabyle, imaginait devenir plus tard traductrice de contenus audiovisuels. Mais alors qu’elle est étudiante et traîne sur Move and Be, le site de la marque Pimkie, elle fait la e-connaissance de Fabrice Florent, qui en est le rédac’ chef. On est alors au début des années 2000, et quand ce dernier monte MadmoiZelle en 2005, elle suit le mouvement en tant que membre, et propose à “Fab” d’écrire pour le webzine féminin.

Le simple fait de dire ‘J’ai mes règles‘ me semblait être la pire des saloperies, à la limite d’une insulte.”

Elle grimpe petit à petit les échelons et écrit sur tous les sujets possibles avec un humour ravageur, jusqu’à occuper un temps le poste de rédactrice en chef adjointe du site. En 2013, elle trace sa route pour développer des projets personnels, comme ce blog Passion Menstrues. Même si elle avoue avoir “longtemps été complexée, comme beaucoup, par tout ce sang et ces crampes et ces répercussions sur mon système digestif et ces odeurs et ces textures et ces couleurs et tout ce qui tourne autour des règles et qui est, quand on possède un utérus qui fonctionne correctement, assez difficile à éviter. J’en ai eu honte, le simple fait de dire ‘J’ai mes règles‘ me semblait être la pire des saloperies, à la limite d’une insulte, et j’étais paralysée quand je devais changer de tampon ou de serviette dans un lieu public ou chez quelqu’un-e (le bruit du papieeeeer, trahisoooon, disgrââââce)”, elle a grandi et s’est familiarisée avec elles, jusqu’à en être fascinée et en rire. Elle souhaite maintenant libérer la parole sur les menstruations. Une initiative bienvenue face à un tabou ancestral.

D’où t’est venue l’idée de lancer ton blog, Passion Menstrues?

Cela fait partie de mon cheminement féministe. En me baladant sur des Tumblr pro-sexe, qui parlent de façon récurrente de règles, je me suis rendu compte que c’était un véritable sujet qu’il ne fallait pas négliger. C’est pourtant encore tabou pour le grand public. Si aux États-Unis, les initiatives se multiplient sur le Web, on parle peu de menstruations en France… Dommage, il y a tellement de choses à dire! J’ai donc décidé d’en parler moi-même, d’autant que même si ça n’a pas toujours été le cas, je n’ai plus de rapport conflictuel avec les règles. C’est un sujet à la fois sexuel et social, qui concerne directement ou indirectement, tout le monde: les filles cisgenre, les trans, les couples… Ce qui m’intéresse vraiment, c’est la variété des angles que l’on peut aborder, l’omniprésence de la question, pourtant peu abordée hors des plateformes féministes.

Comment as-tu appris l’existence et le fonctionnement des règles?

J’ai peu de souvenirs, mais il me semble que tout est parti d’une nuit où je me suis levée pour aller aux toilettes. Il y avait une goutte de sang sur la cuvette, ce qui m’a déroutée. J’ai alors questionné ma mère qui m’a parlé du cycle menstruel sans aucune gêne. Par ailleurs, j’ai été réglée assez tard, et toutes les filles de mon entourage était déjà passées par là et m’en avaient fait part. J’y étais donc préparée par mon entourage familial et amical, c’est une chance! Bon nombre de personnes, même en France en 2016, n’ont pas le loisir d’aborder le sujet avec autant de facilité.

Observes-tu un changement des mentalités, un nouveau regard sur les règles?

Oui, heureusement! De plus en plus d’artistes tentent des initiatives, des projets autour de ça, comme Rupi Kaur, Ghosts In My Ramen, Jennifer Williams, Samera Flowers, Jen Lewis… Et le Web devient une merveilleuse source d’information: du scandale de la composition des protections hygiéniques, à la sensibilisation à l’endométriose, on est de plus en plus informés. C’est notamment grâce à des médecins comme Martin Winckler qui militent pour que le personnel médical soit mieux formé au diagnostic de cette maladie. Le SPM (syndrome pré-menstruel) est également plus souvent évoqué, et on trouve maintenant des applications  comme Clue, qui aident à mieux comprendre son corps et son cycle.

Rupi Kaur Instagram règles sang Vice Cheek Point

L’artiste Rupi Kaur a produit un travail photographique sur les règles (Instagram)

Que penses-tu apporter avec Passion Menstrues?

À mon niveau, j’espère décomplexer, déculpabiliser, informer, mais aussi dédramatiser. C’est pour ça qu’on trouve des blagues sur le site avec par exemple des conseils pour recycler son sang menstruel, parce que il faut quand même en rire! J’essaie de faire tomber le tabou des règles qui engendrent des problèmes à travers le monde. Dans beaucoup de pays, les personnes concernées n’ont pas accès à des protections hygiéniques, ratent des semaines entières de cours, sont considérées comme impures, etc. Je souhaite également donner accès à des clefs pour connaître son corps et son fonctionnement, sa personnalité, et montrer qu’on a le choix. Parce qu’il y a autant de cycles menstruels qu’il y a de personnes concernées et que toutes les protections ne conviennent pas à tout le monde.

Quels sont tes projets pour le site?

En termes de contenus, j’aimerais diversifier les portraits et je suis toujours en recherche d’opérations et de collaborations. Un e-shop avec des goodies va bientôt voir le jour. En effet, le blog ne reçoit aucune subvention et n’accueille aucun annonceur. C’est aussi pour cela que la cagnotte Tipee est toujours en ligne… Et pour celles qui souhaitent témoigner sur Passion Menstrues elle peuvent m’envoyer un mail sur passionmenstrues@gmail.com!

Propos recueillis par Adeline Anfray


1. Comment Kamala Harris révolutionne les représentations du couple et de la famille

Depuis la victoire de Joe Biden à l’élection américaine, on ne cesse de répéter à quel point la future vice-présidente démocrate Kamala Harris est une pionnière. C’est aussi vrai dans sa vie privée et elle le prouve en accédant à la Maison Blanche en étant restée célibataire très longtemps et sans avoir eu d’enfants. Décryptage.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

2. Chez Désirée, elles remettent la fleur française au cœur du bouquet

À la tête de Désirée, premier café-fleuriste de Paris à ne travailler que des fleurs françaises et de saison, Mathilde Bignon et Audrey Venant, 33 et 34 ans, prônent une vision de la fleur libre et engagée. Rencontre avec ces deux jeunes femmes qui veulent faire bouger les lignes de l’horticulture française et racontent leur aventure dans un livre, co-écrit avec l’horticultrice urbaine Masami Charlotte Lavault.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

3. Face à la crise du Covid, les jeunes femmes se politisent

Alors que le Covid-19 et ses effets sur la vie sociale ou économique ont bouleversé leur quotidien, ces étudiantes sont plus que jamais décidées à changer le monde.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

4. Sarah Frikh, la lanceuse d’alerte pour les femmes SDF

Initiatrice du mouvement Réchauffons Nos SDF, aujourd’hui constitué en association, et autrice de la pétition Des centres d’hébergement pour les femmes SDF, Sarah Frikh, ancienne enquêtrice et négociatrice dans une grande radio nationale, mobilise aujourd’hui plus de 400 000 personnes autour d’une même cause: la mise à l’abri de femmes et d’enfants vivant dans la rue.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

5. Elles sont féministes et ont fait de la chirurgie esthétique

Elles sont féministes, ont reçu des implants mammaires, demandé des injections de botox ou fait réduire leurs poitrines, et elles le vivent plutôt bien. Témoignages.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

6. 4 raisons supplémentaires d’être fan de Megan Rapinoe

Dans son autobiographie, One life, la footballeuse américaine Megan Rapinoe retrace son inspirant parcours personnel, professionnel et militant. On a sélectionné dans son récit quatre raisons, s’il en fallait encore, d’admirer cette joueuse de football déterminée et fière.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo

7. Lassées des “petits pas pour la planète”, elles réinventent l’engagement écolo

Elles sont blogueuses zéro déchet, adepte d’agriculture urbaine, fondatrices d’un collectif écoféministe… Et elles refusent de se contenter de petits gestes qui sur-responsabilisent les citoyen·ne·s sans amorcer de changement à la hauteur. Enquête.
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo - Cheek Magazine
Jack Parker © Chloé Vollmer-Lo