société

“Bois mes règles!”: comment cette punchline féministe a envahi Internet

Bien connue des militantes féministes qui arpentent Twitter, cette expression pourrait bien briser pour de bon le tabou millénaire des menstruations.
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box

Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box


C’est une invective pour les initié·e·s. Mais loin d’être un secret de polichinelle, elle se diffuse partout. En mars dernier, en marge d’une marche nocturne féministe, on pouvait ainsi la lire sur les murs du centre-ville de Bordeaux: “Bois mes règles!” Que ce soit sous la forme d’un tag de rue ou d’un hashtag employé par les voix féministes sur Twitter, cet ordre sanguin n’a rien d’une provocation facile. Elise, plus connue sous le pseudo de @MamanRodarde, en a même fait un logo. Cela fait deux mois que cette féministe -elle se dit “bébé militante”- propose des vêtements et tasses siglées d’un curieux motif: un cocktail d’une couleur rouge sanguine. Une boisson aussi glamour qu’un Spritz mais au sens virulent: “C’est une manière conviviale de signifier ‘bois mes règles’ à son interlocuteur”, explique-t-elle sur Twitter.

 

 

On observe depuis trois ans la récurrence de l’invective sur les réseaux sociaux au sein de cercles de féministes. Si Maman Rodarde s’est lancée dans ce projet “do it yourself” c’est “parce que ça [l’a] fait marrer” tout d’abord, mais aussi car ce “bois mes règles!” lui semble “incongru, exagéré, et surtout libérateur!”. À l’entendre, esquisser ces coupes menstruelles n’est pas juste une potacherie: c’est une réaction bien réelle à l’encontre des misogynes ordinaires.

 

logo inrocks

 

Une stratégie d’autodéfense

C’est même “une stratégie d’autodéfense”, ajoute-t-elle. Dites de façon brute, comme “balancées à la gueule”, les règles se font soudainement “défensives”: elles deviennent des armes. Fondatrice du site d’informations Cyclique, Fanny Godebarge associe cette expression vindicative à d’autres slogans ironiques du type “la coupe (menstruelle) est pleine”. “C’est une façon de dire au patriarcat: lâchez-nous!”, assure celle qui, pour le festival Sang Rancune (le premier consacré aux règles), a opté pour un visuel empreint du même état d’esprit: deux cups pleines de sang qui trinquent. Dans sa pièce de théâtre Chattologie, l’autrice Louise Mey emploie elle aussi l’expression. À ses yeux, “bois mes règles” s’utilise afin de couper la chique des harceleurs qui sillonnent le web et les rues. Invoquer les menstrues permet d’éloigner les pires “relous”, rétorquer à leurs insultes et s’en protéger, “repousser l’indésirable, lui imposer quelques secondes de choc afin de s’en éloignerOui, la simple idée de boire des règles suffirait à tétaniser le harceleur, parce que “les règles restent dans l’imaginaire collectif quelque chose de répugnant.

 

 

C’est justement à ces préjugés que l’accroche s’attaque, en représentant au sein de l’espace public ces menstruations trop souvent salies. À l’inverse, “le goût du sperme est bien moins stigmatisé”, déplore Elise Thiébaut. L’autrice de Les règles…quelle aventure! voit en ce “bois mes règles” le pendant 2.0. de “ceci est mon sang”, par ailleurs titre de son essai dédié à “la petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font”. Dans son opus, la journaliste rappelle la culpabilité millénaire qui pèse sur la femme menstruée. Le philosophe Pline l’Ancien, déjà, l’infligeait de tous les maux, l’accusant de faire aigrir le vin, enrager les chiens et mourir les abeilles. Pour le médecin grec Hippocrate, la femme réglée est une “malade” au sang “impur. Bien des siècles plus tard, on l’accuse même… de faire tourner la mayonnaise! Et pourtant, énonce Elise Thiébaut chez Mediapart, ce sang-là “ne sent pas plus mauvais que le camembert qu’on se fait un plaisir de déguster avec un bon verre de rouge.

 

Lutter contre la honte

Ce sont ces superstitions encore tenaces qui ont convaincu le collectif féministe GAST! d’accoler l’appellation “bois mes règles! à leur journée de débats et d’ateliers consacrée au tabou des menstruations. “La honte est encore présente. Même en Bretagne, une des membres racontait que sa grand-mère de Fouesnant devait rester dans l’église pendant ses règles, détaille en ce sens l’une des instigatrices de l’association au Télégramme.

Dire “bois mes règles” revient à se jouer de ces croyances populaires tout en les déconstruisant. D’un côté explose la force primitive d’une expression que l’autoproclamée “vulve-garisatrice” @MamanRodarde compare à l’invective “Mange tes morts!”- car “il est question d’ingérer quelque chose d’interdit et de supposément dégueulasse”, décrypte celle qui voit là une imagerie “presque guerrière, à la Game of Thrones!. De l’autre, il s’agit d’énoncer les choses sans chichis. Face aux expressions qui dissimulent comme “ragnagnas”, “avoir ses ourses” ou encore “débarquement des Anglais”, les règles s’affichent ici clairement. “Le mot lui-même est important et plus on le dit, plus on s’y habitue”, remarque Louise Mey. Dans une société où le “foutre” masculin est si envahissant qu’il parasite la moindre expression langagière, il est tout naturel que les menstrues affirment leur droit de cité. “On refuse de voir les règles, comme lorsqu’on jette les tampons aux toilettes sans les regarder. La première fois que j’ai utilisé la coupe menstruelle, je m’étais jamais retrouvée ainsi, face à elles. En s’y attardant, on constate que c’est un flux complexe et texturé, pourvu de différentes couleurs”, s’enthousiasme Fanny Godebarge. Dire ce flux, c’est le visualiser, mieux l’accepter et -dans le cas des badges- le porter sur soi, fièrement.

 

 

“Mon corps, mes règles”

Car il ne s’agit pas seulement de menstrues mais d’émancipation. “Mon corps, mes règles”, comme l’affirme Maman Rodarde. “L’expression signifie: accepte mes lois!” explique la twitta, qui voit là la manière idéale de rétorquer “à ceux qui voudraient [te] dicter un comportement à adopter” en promulguant par le langage “un rapport plus apaisé à un corps qui n’a pas obligation à se voir ‘désinfecté’ de ses poils et ses odeurs”. Une interprétation logique tant les règles sont depuis la nuit du temps l’argument parfait pour décrédibiliser la parole des femmes en colère. On pense évidemment au fameux “tu n’aurais pas tes règles?. Ce genre de remarques associe naturellement les règles à un sentiment négatif et participe à fortifier un concept d’infériorité envers quelque chose qui est constitutif de notre féminité”, déplore l’autrice de Ceci est mon sang. À l’inverse, réemployer ce qui est considéré comme un fardeau permet “une inversion des rapports de pouvoir, le renversement d’une prétendue faiblesse en force, affirme-t-elle.

Ce “Menstrues Power” est dans l’air du temps. Le documentaire Les Règles de notre liberté -un focus sur les menstruations en Inde- a reçu il y a quelques mois l’Oscar du meilleur court-métrage, une exposition sur le sujet s’organise actuellement au Canada et les initiatives “free bleeding” bousculent Instagram -de jeunes femmes y font, photographies à l’appui, la démonstration d’un flux non-canalisé. Dans ce mouvement, “Bois mes règles” en dit long sur la nécessité d’une féminité libérée. Gorgée d’une dérision générationnelle, cette exclamation peut contribuer à briser le tabou des règles auprès d’un jeune public friand de ces formules irrévérencieuses. Mais l’invective a d’autres vertus. “Banaliser les règles permet de sensibiliser aux enjeux de santé publique inhérents à l’intimité féminine, comme l’endométriose ou le syndrome des ovaires polykystiques, affirme l’instigatrice de Cyclique, qui voit là, plus qu’un hashtag entre copines, “une lecture collective”. Un cri de ralliement?

Clément Arbrun

logo inrocks


4. “J'ai été conçue grâce à un don de sperme”

Née d’un don de sperme il y a 28 ans, Pauline Pachot se bat au sein de l’association PMAnonyme pour le droit d’accès aux origines des enfants nés de dons de gamètes en France. À l’occasion de la diffusion sur Téva du documentaire Né d’une PMA, dans lequel elle apparaît, nous l’avons rencontrée à Paris.
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box

5. Lutte contre les féminicides: pourquoi l’Espagne est beaucoup plus efficace que la France

Alors que Marlène Schiappa annonce un “Grenelle des violences conjugales”, Nicole Belloubet révèle une série de mesures pour lutter contre les féminicides. Des dispositions qui, pour la majorité, existent en Espagne depuis plus d’une décennie.
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box

6. Podcast: Léa Salamé part à la rencontre des femmes puissantes et c'est une réussite

A l’antenne tout l’été sur France Inter, mais aussi en podcast, Léa Salamé tend son micro à des femmes puissantes et nous offre une série de portraits sonores de grande qualité.
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box

7. Comment la broderie est devenue cool et féministe

Aux quatre coins du globe, des brodeuses inspirées et engagées mettent leur talent au service de la lutte contre les inégalités en publiant des oeuvres émouvantes et militantes.
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “I Got That Flow” par le collectif Skit Box