société

La vidéo du jour

Boycott de la mode islamique: Caroline De Haas tacle Elisabeth Badinter

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle-ci.


Invitée samedi soir sur le plateau de l’émission de Laurent Ruquier, On n’est pas couchéCaroline De Haas, interrogée par Léa Salamé sur le burkini et sur le boycott des marques proposant ce type de vêtements, ne s’est pas gênée pour tacler Elisabeth Badinter, hypocrite et à côté de la plaque selon la militante féministe: “Ça m’a frappée qu’Elisabeth Badinter qui dirige quand même le groupe Publicis, qui, je le rappelle, simplement, va permettre à l’Arabie Saoudite en ce moment de redorer son image en France, vienne nous donner des leçons de laïcité.

Et de continuer:  “Elisabeth Badinter, dans un article du Monde, elle a quand même expliqué que l’Église catholique n’avait plus de problème avec l’égalité femmes-hommes mais elle se fout de la gueule de qui? Il y a des millions de femmes en Amérique Latine qui ne peuvent pas avorter à cause de l’Église catholique, c’est ça l’égalité femmes-hommes pour Elisabeth Badinter? […] Je vous propose de ne plus prendre très au sérieux les propos d’Elisabeth Badinter.” Et bim.


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s - Cheek Magazine

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro” - Cheek Magazine

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops - Cheek Magazine