société

Brigitte Lahaie parle féminisme, islam et drague dans une interview, et c'est affligeant

Dans une interview donnée au Point, Brigitte Lahaie plaint les hommes de l’ère post-#MeToo, pointe du doigt l’islam et souhaite “responsabiliser” les petites filles.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018


C’est très bien que la parole se libère avec #MeToo, que la société dans son ensemble prenne conscience qu’il y a une réelle violence faite aux femmes. Mais il ne faut pas que cela donne l’impression aux femmes qu’au moindre truc qui ne leur convient pas, elles peuvent aller porter plainte.” Dans une interview publiée dans Le Point lundi 15 octobre, Brigitte Lahaie revient sur sa vision des rapports femmes-hommes.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que dix mois après sa signature de la tribune pour la “liberté d’importuner”, le point de vue de l’animatrice radio n’a pas évolué. Elle persiste et signe -“Non, je ne regrette rien”- au moment où elle est interrogée sur la polémique déclenchée par ses déclarations sur la jouissance lors d’un viol. Questionnée sur le sort des hommes, elle plaint ceux qui “ne savent plus comment séduire les femmes”, qui n’osent plus “offrir un café à des collègues femmes”, et évoque même ce “médecin urgentiste qui n’ose plus palper une femme s’il est seul avec elle dans la pièce. Un médecin!

C’est à ce moment là que Brigitte Lahaie glisse de la victimisation des hommes vers une théorie fumeuse concernant les femmes de confession musulmane: “Et je pense que l’islam n’arrange pas la situation. Presque personne n’ose le dire, moi si. Les femmes de culture musulmane vont être plus vite aptes à se sentir agressées.

Vient enfin l’idée de responsabilisation des femmes… Et des petites filles. “Si un homme a les yeux qui se penchent sur mon décolleté, je ne trouverais pas que c’est une insulte. Les hommes fonctionnent comme cela. Si cela me gêne, je n’ai qu’à ne pas mettre de décolleté. […] Dès la maternelle, on peut faire comprendre à une petite fille que, si elle fait un petit sourire, elle va attirer le petit garçon et qu’il faut qu’elle sache dire ‘non’ si elle ne veut pas.”

Un discours désolant qui entretient la culture du viol, tenu par une femme, qui -elle l’affirme dans l’interview- se dit féministe. Franchement, ça ne saute pas aux yeux.

Margot Cherrid


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018