société

Brigitte Lahaie parle féminisme, islam et drague dans une interview, et c'est affligeant

Dans une interview donnée au Point, Brigitte Lahaie plaint les hommes de l’ère post-#MeToo, pointe du doigt l’islam et souhaite “responsabiliser” les petites filles.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018


C’est très bien que la parole se libère avec #MeToo, que la société dans son ensemble prenne conscience qu’il y a une réelle violence faite aux femmes. Mais il ne faut pas que cela donne l’impression aux femmes qu’au moindre truc qui ne leur convient pas, elles peuvent aller porter plainte.” Dans une interview publiée dans Le Point lundi 15 octobre, Brigitte Lahaie revient sur sa vision des rapports femmes-hommes.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que dix mois après sa signature de la tribune pour la “liberté d’importuner”, le point de vue de l’animatrice radio n’a pas évolué. Elle persiste et signe -“Non, je ne regrette rien”- au moment où elle est interrogée sur la polémique déclenchée par ses déclarations sur la jouissance lors d’un viol. Questionnée sur le sort des hommes, elle plaint ceux qui “ne savent plus comment séduire les femmes”, qui n’osent plus “offrir un café à des collègues femmes”, et évoque même ce “médecin urgentiste qui n’ose plus palper une femme s’il est seul avec elle dans la pièce. Un médecin!

C’est à ce moment là que Brigitte Lahaie glisse de la victimisation des hommes vers une théorie fumeuse concernant les femmes de confession musulmane: “Et je pense que l’islam n’arrange pas la situation. Presque personne n’ose le dire, moi si. Les femmes de culture musulmane vont être plus vite aptes à se sentir agressées.

Vient enfin l’idée de responsabilisation des femmes… Et des petites filles. “Si un homme a les yeux qui se penchent sur mon décolleté, je ne trouverais pas que c’est une insulte. Les hommes fonctionnent comme cela. Si cela me gêne, je n’ai qu’à ne pas mettre de décolleté. […] Dès la maternelle, on peut faire comprendre à une petite fille que, si elle fait un petit sourire, elle va attirer le petit garçon et qu’il faut qu’elle sache dire ‘non’ si elle ne veut pas.”

Un discours désolant qui entretient la culture du viol, tenu par une femme, qui -elle l’affirme dans l’interview- se dit féministe. Franchement, ça ne saute pas aux yeux.

Margot Cherrid


1. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

2. Emma répond aux hommes persuadés de porter, eux aussi, une charge mentale

La dessinatrice Emma s’attaque dans une nouvelle planche à la charge mentale portée par les femmes, notamment dans les activités les plus simples de la vie. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

3. Quand être féministe dans une grande école française relève du parcours du combattant

On a lu pour vous cet article du magazine Madame Figaro dans lequel le journaliste Sofiane Zaizoune dénonce la difficulté d’être une étudiante féministe dans les grandes écoles françaises. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

4. Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir?

Depuis les NRJ Music Awards, qui ont eu lieu samedi 10 novembre, Aya Nakamura est au cœur d’une nouvelle polémique, et doit faire face à des propos violents de la part de présentateurs, comme Matthieu Delormeau. Des déclarations qualifiées de “misogynoir” par certains internautes.  
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

5. “Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités

Slate a lancé son nouveau podcast sur les masculinités, Mansplaining, animé par Thomas Messias, professeur de lycée et journaliste pour le magazine. Dans ce premier épisode, le trentenaire met en exergue les stéréotypes du genre véhiculés par les œuvres cinématographiques. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

6. Dix Pour Cent: Camille Cottin s'exprime sur l'homosexualité se son personnage et la PMA

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Camille Cottin, dans laquelle elle s’exprime sur la PMA et l’homosexualité d’Andréa, son personnage dans la série Dix pour cent.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

7. Avec son podcast “2400”, Diahala Doucouré offre une parole intime sur les règles aux femmes

Diahala Doucouré a lancé 2400, un podcast qui interroge les femmes sur leurs rapports aux règles. Elle en profite pour questionner la religion, la sexualité ou encore la transmission familiale, loin d’être hors-sujet lorsqu’on parle de menstruations.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018