société

Brigitte Lahaie parle féminisme, islam et drague dans une interview, et c'est affligeant

Dans une interview donnée au Point, Brigitte Lahaie plaint les hommes de l’ère post-#MeToo, pointe du doigt l’islam et souhaite “responsabiliser” les petites filles.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018


C’est très bien que la parole se libère avec #MeToo, que la société dans son ensemble prenne conscience qu’il y a une réelle violence faite aux femmes. Mais il ne faut pas que cela donne l’impression aux femmes qu’au moindre truc qui ne leur convient pas, elles peuvent aller porter plainte.” Dans une interview publiée dans Le Point lundi 15 octobre, Brigitte Lahaie revient sur sa vision des rapports femmes-hommes.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que dix mois après sa signature de la tribune pour la “liberté d’importuner”, le point de vue de l’animatrice radio n’a pas évolué. Elle persiste et signe -“Non, je ne regrette rien”- au moment où elle est interrogée sur la polémique déclenchée par ses déclarations sur la jouissance lors d’un viol. Questionnée sur le sort des hommes, elle plaint ceux qui “ne savent plus comment séduire les femmes”, qui n’osent plus “offrir un café à des collègues femmes”, et évoque même ce “médecin urgentiste qui n’ose plus palper une femme s’il est seul avec elle dans la pièce. Un médecin!

C’est à ce moment là que Brigitte Lahaie glisse de la victimisation des hommes vers une théorie fumeuse concernant les femmes de confession musulmane: “Et je pense que l’islam n’arrange pas la situation. Presque personne n’ose le dire, moi si. Les femmes de culture musulmane vont être plus vite aptes à se sentir agressées.

Vient enfin l’idée de responsabilisation des femmes… Et des petites filles. “Si un homme a les yeux qui se penchent sur mon décolleté, je ne trouverais pas que c’est une insulte. Les hommes fonctionnent comme cela. Si cela me gêne, je n’ai qu’à ne pas mettre de décolleté. […] Dès la maternelle, on peut faire comprendre à une petite fille que, si elle fait un petit sourire, elle va attirer le petit garçon et qu’il faut qu’elle sache dire ‘non’ si elle ne veut pas.”

Un discours désolant qui entretient la culture du viol, tenu par une femme, qui -elle l’affirme dans l’interview- se dit féministe. Franchement, ça ne saute pas aux yeux.

Margot Cherrid


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

4. “Bordel de mères”, le compte Instagram qui déconstruit la charge mentale maternelle

La journaliste et autrice Fiona Schmidt a lancé un compte Instagram, Bordel de mères, pour en finir avec la charge mentale maternelle qui touche toutes les femmes, avec ou sans enfant(s). 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

6. Pourquoi la France ne tolère-t-elle pas une Miss France noire?

Lors de chaque concours de Miss, les candidates et gagnantes noires sont systématiquement harcelées par des trolls les jugeant “indignes” de représenter le pays.
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018

7. “Lait Paternel”: l’allaitement paternel est-il vraiment une utopie?

Une pilule qui permettrait aux hommes d’allaiter? On y a (pas trop) cru, mais voilà: “Lait Paternel” est un poisson d’avril. Qui soulève tout de même une flopée de questions. 
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018 - Cheek Magazine
Capture d'écran de l'émission “On n'est pas couché”du 19 mai 2018