société

Le Cheek Point

Ces choses que les femmes font pour se rassurer dans l'espace public

On a lu pour vous cet article de Buzzfeed sur les choses que font -malheureusement- les femmes pour se sentir mieux dans l’espace public et on vous le conseille fortement. 
Ces choses que les femmes font pour se rassurer dans l'espace public

5. Toujours nous mettre dos à la paroi dans le métro pour éviter les frotteurs. […]

7. Regarder systématiquement qui se trouve dans les rames avant de monter dans le métro, et éviter celles avec uniquement des hommes. […]

15. Ne pas mettre de musique dans nos écouteurs pour savoir ce qu’il se passe autour de nous et pouvoir repérer le danger. […]

18. Refermer systématiquement la porte de notre immeuble derrière nous et la tenir jusqu’à ce qu’elle se verrouille. […]

23. Se mettre sur le siège côté couloir du bus même si on préfèrerait être côté fenêtre, pour ne pas se retrouver coincée. […]

26. Adopter une attitude un peu ‘crado’ (renifler, cracher, se gratter les aisselles, se tripoter le nez) dans l’espoir de dégoûter les mecs autour de nous. […]

35. Envoyer des SMS pour prévenir que nous sommes rentrées chez nous saines et sauves. […]

71. Ne jamais laisser notre verre sans surveillance.

La journaliste Anaïs Bordages, co-coresponsable de Meufs, a listé 73 choses que les femmes font, inconsciemment ou non, pour se rassurer et se sentir davantage en sécurité lorsqu’elles marchent dans la rue ou qu’elles empruntent les transports en commun. Et qu’elles ne devraient, évidemment, pas avoir à faire. On vous laisse découvrir la liste entière sur le site de Buzzfeed

À lire le plus vite possible sur le site de Buzzfeed France


2. “Chez soi”, des retraites de yoga sous le signe de la sororité

Tran Bui, 28 ans, et Melissa Frédéric, 30 ans, ont lancé Chez soi, des retraites dédiées au bien-être des femmes, mêlant yoga et cercles de parole. Leur maître-mot? La sororité. Interview express.
“Chez soi”, des retraites de yoga sous le signe de la sororité - Cheek Magazine

7. “J'ai été conçue grâce à un don de sperme”

Née d’un don de sperme il y a 28 ans, Pauline Pachot se bat au sein de l’association PMAnonyme pour le droit d’accès aux origines des enfants nés de dons de gamètes en France. À l’occasion de la diffusion sur Téva du documentaire Né d’une PMA, dans lequel elle apparaît, nous l’avons rencontrée à Paris.
“J'ai été conçue grâce à un don de sperme” - Cheek Magazine