société

Documentaire

“Cagole Forever”: 8 choses à savoir absolument sur la cagole

À l’occasion de la sortie de l’excellent documentaire Cagole Forever, diffusé ce soir sur Canal+, on a fait le point sur la figure de la cagole avec son réalisateur, Sébastien Haddouk. 
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+

Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+


J’avais en tête l’image familière d’une typologie de femmes qu’on rencontre généralement dans le sud de la france, souvent trop blonde ou trop brune ou trop rouge, multicolorée, embijoutée jusqu’au bout des ongles, voulant briller du nombril à la paupière, portant des jupes trop courtes, des décolletés trop plongeants pour dévoiler une peau trop bronzée, trop grande gueule, trop tatouée, trop perchée, trop tout.” C’est avec cette confession du réalisateur, Sébastien Haddouk, que débute son excellent documentaire intitulé Cagole Forever, produit par Lalala Productions -la boîte de prod de Mademoiselle Agnès– et diffusé ce soir sur Canal+.

Après avoir consacré un film aux hipsters, le trentenaire s’intéresse ici à la figure mythique de la cagole, cette femme que beaucoup jugent vulgaire et provocante. Il a eu “envie de [la] mettre à nu” et d’aller au-delà des clichés qui lui collent à la mini-jupe. Lui, ce qui l’intéresse, ce sont justement les vêtements: “Que racontent-ils de la personne qui les porte? Est-ce qu’on juge trop facilement quelqu’un à sa façon de s’habiller?” Parti à la rencontre de ces femmes au verbe et aux talons hauts à Marseille, la capitale de la Cagolie, à Nice mais aussi à Madrid, Sébastien Haddouk, touché par “leurs blessures, leurs failles”, pose sur elles un regard bienveillant et intelligent. Et celui qui “n’aime pas qu’on assène des vérités” démonte au passage pas mal d’idées reçues. Voici 8 choses à savoir sur les cagoles.

 

Le mot cagole ne signifie pas la même chose pour tout le monde 

Une bonne à rien”, “une gonzesse un peu légère qui va avec l’un, qui va avec l’autre”, “une ramoneuse”: dans le documentaire, on le voit bien, le terme “cagole” n’a pas la même signification pour tout le monde. “En effet, c’est très subjectif, confirme Sébastien Haddouk, ça part d’ailleurs de la définition même de la cagole qui est une attitude qu’on juge vulgaire et provocante. Mais la vulgarité et la provocation sont des notions très subjectives, donc forcément les gens ont des définitions différentes, ça va dépendre de leur éducation, de leur culture et de plein d’autres facteurs.”  

"Cagole Forever”: 8 choses à savoir absolument sur la cagole

© Canal+ 

 

Une chanson est dédiée à la cagole 

Elles ont des pilotis / Et ça rend tous les garçons fous / Elles ont des pilotis / Elles ont toutes grandi d’un coup!” En 2000, “Massilia Sound System, le groupe emblématique de la scène alternative marseillaise, avait fait cette chanson sur les filles ‘sur pilotis’, c’est-à-dire les filles sur talons hauts”, se souvient le réalisateur. Une ode aux cagoles en somme, “ces filles du Midi […] plus originales”. 

 

Elles ont des pilotis, de Massilia Sound System

 

“La cagole, c’est Audiard.”

Oui, c’est totalement vrai, je crois que c’est Sophie Fontanel qui dit ça dans le film, précise Sébastien Haddouk, la cagole, c’est le verbe associé au vêtement, c’est génial qu’il y ait cette gouaille chez ces femmes. Ce qui est intéressant aussi, dans l’idée de regarder ce qu’il y a sous la panoplie de la cagole, c’est de constater que c’est davantage un tempérament qu’une façon de s’habiller.” Et notamment un mélange des genres: “Chez la cagole, il y a du féminin et du masculin, ou du moins ce qu’on associe habituellement au masculin, assure le réalisateur, c’est peut-être ça d’ailleurs qui dérange, si la femme parle fort, elle devient vulgaire alors qu’un mec qui parle fort, il a juste une voix qui porte, c’est très sexiste comme vision des choses.” 

"Cagole Forever”: 8 choses à savoir absolument sur la cagole

© Canal+

 

Le mot cagole existe depuis très longtemps

Dans le documentaire, Sébastien Haddouk interviewe la linguiste Aurore Vincenti, qui a enquêté pour savoir à quand remontait l’utilisation du mot cagole, “un mot marseillais qui a été rapproché du mot provençal cagoulo qui pourrait désigner le tablier de l’ouvrière puisque la cagole, à l’origine, c’était une ouvrière qui se prostituait. On peut faire remonter ce mot au début des années 1900, et même avant, à la fin du XIXème siècle. Cette femme-là est généralement dite cagole par les gens de Paris. […] La femme, par définition, depuis la nuit des temps, est souillée dans notre monde judéo-chrétien, la femme a ses règles, c’est une femme impure, nous sommes impures en tant que femmes, et ça se retranscrit dans la langue injurieuse puisque ça ressort au niveau de la salope qui est sale, de la putain qui pue. Étymologiquement, voilà les racines des mots. Et le mot cagole porte la sonorité du verbe caguer, qui signifie chier, donc si on entend caguer dans la cagole, on entend la femme qui chie, la femme sale, la femme impure, donc je pense que ça travaille d’une façon ou d’une autre l’inconscient.

 

La cagole n’est pas le symbole du mauvais goût

Si dans l’inconscient collectif, c’est le mauvais goût qui transpire derrière le mot ‘cagole’, pour Sébastien Haddouk, c’est plus compliqué que ça: “Il y a avant tout deux choses: une opposition régionale, avec ce mot, c’est le regard condescendant de Paris sur le reste de la France qui s’exprime; et une opposition sociale, la cagole vient forcément d’un milieu populaire, le mot ‘vulgaire’ vient du mot latin ‘vulgus’ qui signifie le peuple en latin. Il y a les gens qui ont de l’argent et qui se disent de bon goût, et les autres”. 

"Cagole Forever”: 8 choses à savoir absolument sur la cagole

© Canal+

 

La cagole est partout, y compris parfois aux premiers rangs des défilés de la Fashion week

Les gens de la mode n’ont parfois plus de recul sur eux-mêmes”, dit Sébastien Haddouk. Avec sa caméra, le trentenaire a traîné à l’entrée de certains défilés de la Fashion week et, “sorties du contexte, certaines femmes ont l’air d’être déguisées, et elles pourraient faire penser dans leur côté too much à des cagoles car la cagole, c’est aussi le ‘trop’. Dans leur envie d’être photographiées, remarquées, certaines peuvent avoir des allures de cagole.

"Cagole Forever”: 8 choses à savoir absolument sur la cagole

© Canal+

 

La cagole est internationale 

Chaque pays a sa cagole, et “sa façon de la qualifier”. Sébastien Haddouk s’est rendu en Espagne, où il a fait connaissance avec les chonis, l’équivalent espagnol de nos cagoles nationales. Mais il y a aussi les pitipoanca en Roumanie, ou encore les vrenzole en Italie, “enfin c’est comme ça qu’on appelle la cagole napolitaine car, dans le reste du pays, il y a d’autres appellations”, précise-t-il. D’ailleurs, en France, c’est la même chose: “À Montpellier, on parle de la piche, les dénominations sont différentes en fonction des régions.

 

La cagole est féministe

L’affirmation peut surprendre au premier abord mais pourtant, la cagole pourrait bien véhiculer “une certaine forme de féminisme, consciemment ou pas, dans sa capacité à s’assumer en tant que femme dans toute sa féminité, explique Sébastien Haddouk. Et d’insister: “Elle revendique de pouvoir s’habiller et s’exprimer comme elle veut. Elle affiche sa sexualité, elle n’a pas peur d’affronter les mecs, dans ses mini-jupes et ses talons hauts en l’occurence. Dans une société qui ne cesse de régresser vis-à-vis des femmes, cette attitude peut être qualifiée de féministe.” 

Julia Tissier 


1. Gay Games de Paris 2018: les mondiaux de la diversité en 15 photos Instagram

Du 4 au 12 août, Paris se met aux couleurs du drapeau LGBTQ pour célébrer les différences et combattre l’homophobie lors d’une compétition sportive qui tient de la célébration. 
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+  - Cheek Magazine
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+

3. Dès l’enfance, les filles font plus de corvées ménagères

On a lu pour vous cet article du New York Times sur la répartition des tâches ménagères dès l’enfance et on vous le conseille fortement.
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+  - Cheek Magazine
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+

4. Les femmes noires trustent les numéros de septembre des magazines de mode

De Beyoncé à Lupita Nyong’o, de nombreux magazines de mode mettent des femmes noires à l’honneur de leur incontournable “september issue”. Un phénomène historique. 
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+  - Cheek Magazine
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+

5. #MeToo sonnera-t-il la fin des pubs sexistes?

L’ampleur du mouvement #MeToo sonnera-t-elle le glas des publicités sexistes? De nombreuses marques changent en effet leur fusil d’épaule: il n’est plus de bon ton de montrer des jeunes femmes comme des objets sexuels ou des ménagères serviles. Mais est-ce vraiment significatif ?
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+  - Cheek Magazine
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+

7. Et si les corps des hommes étaient autant érotisés que ceux des femmes?

On a lu pour vous cet article de M le magazine du Monde à propos de l’invisibilisation du corps masculin et la négation de son potentiel érotique. On vous le conseille fortement.   
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+  - Cheek Magazine
Extrait du documentaire “Cagole Forever” © Canal+