société

Portrait

Caroline De Haas, la bête médiatique du féminisme français

Invitée sur les plateaux télé, dans les studios de radio ou initiatrice de pétitions et tribunes à succès, Caroline De Haas est le visage médiatique du féminisme français. Portrait d’une stratège engagée et souvent bousculée.
© Elliot Lepers
© Elliot Lepers

© Elliot Lepers


J’avais commencé une année sabbatique au niveau militantisme… Et puis il y a eu #MeToo.” Raté pour la cure de silence, la fondatrice d’Osez le féminisme! (OLF) et cheffe d’entreprise a trusté les médias ces dernières semaines. Nous la rencontrons dans un café parisien, près de la Gare du Nord et du siège du Groupe Egaé, entreprise qu’elle codirige pour proposer conseils et formations sur le thème de l’égalité femmes-hommes. Son allure est sage: cheveux courts, chemisier orangé pour relever une tenue plus sombre. Son langage l’est moins. Elle capte l’attention à coup de punchlines un brin provocatrices -“Croire à l’homéopathie, c’est comme croire en dieu, c’est n’importe quoi, ça n’est pas rationnel”- parle de “nanas” et a dû dire “merde” une bonne dizaine de fois en une heure, tantôt pour qualifier la politique menée par François Hollande, tantôt pour faire son autocritique: “Je me suis dit ‘Là, tu fais de la merde’”. Rien à voir avec le vocabulaire lisse des politiciens qu’elle a côtoyés, comme Benoît Hamon dont elle a été l’attachée de presse jusqu’en 2012 ou Najat Vallaud-Belkacem dont elle a intégré le cabinet ministériel avant de claquer la porte du PS en 2014 -la militante a d’ailleurs voté Jean-Luc Mélenchon aux dernières présidentielles.

Si les féministes ne proposent pas de visages, les plateaux sont squattés par ceux qui ne nous représentent pas.

Caroline De Haas met son franc-parler au service de ses luttes, à l’UNEF au début de ses études et jusqu’en 2009, quand elle lance OLF ou dans le monde politique où elle réussit à créer le buzz. Elle bouscule Myriam El Khomri avec sa pétition à succès Loi travail: non merci avant de se présenter contre elle aux législatives en juin 2017 –elle est éliminée au premier tour. Elle s’attire les foudres de Marlène Schiappa sur Twitter en décryptant le budget alloué à la lutte contre les violences faites aux femmes par Emmanuel Macron. Et plus récemment, elle a titillé la sensibilité des “porcs et leurs allié·e·s” -comprenez les signataires de la tribune du Monde parue le 8 janvier dernier- en leur adressant un texte repris par tous les médias.

 

Une présence médiatique maîtrisée

Caroline a développé avec Osez le féminisme! une vraie stratégie médiatique, un vrai travail de lobbying”, témoigne Fatima Benomar, cofondatrice de l’association Les Effronté·es et ancienne d’OLF, à propos de celle qui “ne peut pas se satisfaire du symbolique, de faire de la figuration à la télévision mais a besoin d’avancées concrètes”. La forte médiatisation de Caroline De Haas débute en 2011 avec l’affaire DSK. La militante dénonce les propos tenus par le socialiste Jack Lang -“Tout de même, il n’y a pas mort d’homme”- alors qu’elle est à l’époque elle-même salariée du PS. “Elle nous a raconté avoir rasé les murs à Solférino, il n’est pas facile de s’attaquer à sa famille politique”, relate Fatima Benomar, qui y voit “une démonstration de son caractère incorruptible”.

Quand elle passe à la télévision, Caroline De Haas pense stratégie: “Si les féministes ne proposent pas de visages, les plateaux sont squattés par ceux qui ne nous représentent pas”, justifie-t-elle. Et lorsqu’on lui demande à quoi elle pense le 10 janvier dernier, quand en direct sur BFMTV, Brigitte Lahaie lui lance: “On peut jouir lors d’un viol”, la cosignataire du manifeste Je déclare avoir été violée explique: “J’ai eu le sentiment que si je rebondissais là-dessus, j’allais perdre mes moyens et ne pas réussir à faire passer mon message.” On s’attend à ce qu’elle nous parle émotion, elle nous répond calcul et contrôle. “Je ne me suis pas mise en colère sur un plateau depuis 28 Minutes avec Élisabeth Lévy [Ndlr: en juin 2016], et cette colère était maîtrisée”, continue-t-elle. Même réaction quand on évoque son récent passage chez un Yann Barthès désagréable. Elle assure avoir “kiffé” et “s’être trouvée plutôt bonne”. Si la trentenaire est satisfaite, c’est que sa tactique, mise au point pendant les formations en média training et qui consiste à caser lors de chaque intervention médiatique “Une femme n’est jamais responsable des violences qu’elle subit, a fonctionné. Quotidien en a fait le titre de son interview, publiée sur les réseaux sociaux: gagné. Elle en est persuadée: dans sa façon de s’adresser aux journalistes, ou même à ses proches, elle s’est améliorée. “Dans les repas de famille, on me disait que je pouvais être soûlante… J’ai progressé sur ce qui est du sourire et de la pédagogie.

 

 

Malgré tous ses efforts, on sent que son naturel cash et sans filtre n’est jamais très loin. Mais après tout, pourquoi s’en débarrasser? Caroline De Haas ne joue pas la carte du féminisme “sexy” et mise sur le fond avant tout. Son apparence physique n’est pas un sujet, son style vestimentaire non plus. Anna Mélin, sa meilleure copine, considère qu’elle “déconstruit les diktats, les injonctions faites aux femmes” et y voit “une forme de militantisme”. Elle confie que, lors de leur rencontre en 2003 à l’UNEF, Caroline De Haas lui “fait mauvaise impression” et semble “très directive”. Quinze années plus tard, les deux femmes peuvent compter l’une sur l’autre en toutes circonstances. Anna Mélin fait même partie de celles et ceux que la fondatrice d’OLF considère comme des “critiques empathiques”, une espèce de contre-pouvoir bienveillant, à qui elle envoie par SMS “Alerte Ego Trip lorsqu’elle prend la grosse tête. Elle insiste: ça peut arriver très vite. À la réception du message, ses ami·e·s la rappellent et la font revenir sur les mots de remerciements qu’elle reçoit, les passages médiatiques qu’elle peut trouver très bons ou sa façon de gérer la sortie de l’anonymat, parfois très impressionnante. “Le fait de verbaliser fait que tu te trouves ridicule, tu réatterris.” Et si en parler n’est pas suffisant, elle peut compter sur Anna Mélin pour “donner des points négatifs, et critiquer”. Elle précise: “Je trouve souvent que ce que fait Caroline est bien, mais elle a suffisamment de monde pour le lui dire.

 

La légitimité de l’expertise

Caroline De Haas ne représente pas toutes les franges du féminisme, et elle le sait: “C’est dû à ma couleur de peau, mon orientation sexuelle et aussi à mon statut social.” La trentenaire est en couple avec un maître de conférence en économie. Mariée? Non, “C’est so XXème siècle”, sourit-elle. Son père est médecin généraliste, sa mère gynécologue, et elle-même touche un salaire de 4500 euros nets par mois, ce qui la classe dans la catégorie “bourge et fille de bourges” selon ses propres mots. Elle reçoit une éducation catholique, mais estime aujourd’hui que “toutes les religions posent problème au niveau de l’égalité femmes-hommes”. Dans les médias, tout l’enjeu est, selon la militante, de faire comprendre qu’elle “apporte une opinion personnelle, qui n’est pas uniquement un témoignage”, mais qui s’appuie sur des recherches. Elle soutient: “Je suis une experte, ça me donne une légitimité.” Fatima Benomar confirme: “Elle est très documentée et citait régulièrement Catherine Vidal et Françoise Héritier à OLF.

Quelle que soit la façon dont vous portez un message féministe, on vous traitera d’hystérique et d’agressive.” 

Pour autant, elle reconnaît que d’autres femmes sont plus compétentes qu’elle pour s’exprimer sur certains sujets. Sur la PMA par exemple, elle redirige les journalistes vers Alice Coffin, militante féministe et lesbienne. Elle affirme également pousser les femmes racisées à s’exprimer sur les plateaux pour “rendre visibles celles qui le sont moins”. Caroline De Haas précise qu’il y a dix ans, elle ne l’aurait “jamais fait” et complète: “Ce n’est pas un changement d’opinion mais une progression dans la prise de conscience.” Au fil de ses années de militantisme, elle a également intégré l’idée qu’il existe des “violences et discriminations en raison de religions réelles ou supposées”. Elle progresse et s’adapte, entre encouragements de ses amis et flots d’insultes assez récurrents.

 

 

1300 comptes Twitter bloqués

Quelle que soit la façon dont vous portez un message féministe, et donc de transformation radicale de la société, on vous traitera d’hystérique et d’agressive.” C’est ce que Caroline De Haas a intériorisé et enseigne aux femmes qui assistent à ses conférences en média-training, sur “comment gérer une exclu” ou “faire le buzz”. Les attaques, sur son physique ou son attitude, la militante connaît. Elle nous raconte qu’un photomontage qui la compare à Catherine Deneuve à 38 ans circule sur les réseaux sociaux et rigole: “Bah ouais, y a pas photo.” Indifférente aux insultes? Pas vraiment: “Quand on se fait traiter de moche ou de mauvaise mère -elle a deux enfants- toute la journée, c’est pas très sympa”, euphémise-t-elle. Pour prendre de la distance, elle installe un filtre sur son compte Twitter, pour bloquer les mots “féminazie”, “pute”, “salope” et bloque pas moins de 1300 comptes.

Plus que les trolls, ce sont les médias qui atteignent Caroline De Haas. Elle nous paraît soudain fragile quand elle évoque Clitocratie, le portrait acerbe écrit par Luc Le Vaillant et paru en 2011 dans Libération. Elle est entre autres dépeinte comme cédant à “ce classique féminin qu’est la dévalorisation de soi”, et les militantes d’OLF comme “puritaines” -ça nous rappelle quelque chose. À la sortie du papier, elle pleure une semaine et refuse d’entendre parler de son auteur pendant deux ans. “Lui répondre a été une grave erreur stratégique. Rien que d’en parler, j’ai des frissons”, termine-t-elle. Dans le même registre, elle évoque un reportage de France 3 datant de mai 2017, dans lequel elle préconise de sanctionner, prévenir et aménager l’espace urbain pour lutter contre le harcèlement de rue à La Chapelle à Paris. Valeurs Actuelles et des personnalités d’extrême droite reprennent l’information en ironisant sur la “militante féministe qui veut régler le problème du harcèlement de rue [uniquement] en élargissant les trottoirs”. Le Lab d’Europe 1 sort les propos de leur contexte et quelques politiques comme Gérard Collomb s’en mêlent. Résultat: “Aujourd’hui, vous tapez Caroline De Haas sur Google, le premier truc c’est ‘enceinte’, le deuxième c’est ‘lesbienne’ et le troisième c’est ‘trottoirs’, s’agace-t-elle. Et tous les jours, à peu près trois personnes me parlent de ça sur Twitter. Ils m’ont bousillée.”

 

 

Dernier désagrément à être présentée comme LA féministe française, LA bonne cliente pour les médias: on efface vite ses allié·e·s. Caroline De Haas en fait l’expérience à OLF, à partir du moment où les journalistes ont commencé à refuser tout autre membre de l’association. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui la poussent à quitter la structure et à se retirer de la vie médiatique pendant quatre mois, histoire de “laisser le temps aux nouvelles de prendre leur espace et faire émerger de nouveaux visages. Et c’est pour éviter qu’il ne devienne le “Groupe de Caroline De Haas” qu’elle communique peu sur le Groupe F, un nouveau projet auquel elle participe. L’objectif: “En finir avec les violences faites aux femmes”, notamment à l’aide d’initiatives individuelles menées par des “agents spéciaux”. Même but, stratégie différente.

Margot Cherrid


6. Allons-nous devenir infertiles?

Un couple sur 10 est infertile en France. Et les études n’hésitent plus à faire le lien avec les perturbateurs endocriniens. Sommes-nous condamné·e·s à vivre comme dans The Handmaid’s Tale, cette série où les dernières femmes fertiles deviennent des mères porteuses esclaves?
© Elliot Lepers - Cheek Magazine
© Elliot Lepers

7. Au Zimbabwe, une brigade de femmes armées lutte contre le braconnage

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait le reportage publié sur Konbini News à propos des Wildlife Warriors, une brigade de femmes qui lutte contre le braconnage au Zimbabwe.  
© Elliot Lepers - Cheek Magazine
© Elliot Lepers