société

La vidéo du jour

Caroline de Haas de retour à la télé pour lancer le Groupe F

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait l’interview de Caroline de Haas qui est sortie hier soir de son silence médiatique sur le plateau de Quotidien.   
Caroline de Haas de retour à la télé pour lancer le Groupe F

Après un mois de silence, Caroline de Haas faisait hier soir son grand retour dans les médias, sur le plateau de Quotidien, pour y présenter une initiative militante dont elle est en partie à l’origine: Le Groupe F. “C’est la première agence non gouvernementale de lutte contre les violences faites aux femmes”, a expliqué Caroline de Hass qui en profite pour dévoiler le site Internet du groupe proposant chaque jour à ses abonné·e·s une action ou une info pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles.

Le 26 février dernier, Caroline de Haas avait annoncé quitter les réseaux sociaux après avoir été victime d’un violent épisode de cyberharcèlement. “Quand plusieurs fois par jours vous entendez des propos dévalorisants, qui ont tendance à vous isoler, ça a un impact sur votre mental, votre moral, votre confiance en vous”, raconte Caroline de Haas en rappelant que d’après l’ONU, 73% des femmes ont déjà subi des violences en ligne.

Si elle assure ne pas vouloir retourner sur les réseaux sociaux, la militante féministe semble en revanche prête à reprendre le combat. Grâce à cette plateforme, Caroline de Haas et l’ensemble des militant·e·s du Groupe F cherchent à recruter un maximum de bénévoles pour former des gens, repérer les violences faites aux femmes et agir. Dans quinze jours, la première mission du groupe F sera lancée et chaque agent·e du groupe recevra sa première tâche. Coller une affiche de prévention des violences à la machine à café du bureau ou lancer une discussion sur le harcèlement sexuel en famille, chaque action vise à susciter le débat pour faire reculer les violences sexistes

“Les violences ne sont pas une fatalité, on peut les éradiquer”, assure Caroline de Haas. Annonçant avoir déjà réuni déjà plus de 3000 militant·e·s au sein du Groupe F, elle appelle le plus grand nombre à rejoindre le mouvement pour recruter et former un maximum de “superhéros et superhéroïnes de la lutte contre les violences faites aux femmes.” On signe tout de suite. 

Audrey Renault


1. Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune

L’ex-championne de boxe et cheffe d’entreprise Sarah Ourahmoune et la journaliste, réalisatrice et conférencière Rokhaya Diallo racontent leurs parcours dans deux livres passionnants actuellement en librairies. L’occasion de discuter avec ces femmes inspirantes de déterminisme social, maîtrise des émotions et stratégies pour lutter contre les discriminations.
Battantes sur les plateaux télé ou les rings de boxe: on a fait discuter Rokhaya Diallo et Sarah Ourahmoune - Cheek Magazine

2. J’ai passé la soirée avec Michelle Obama

Dans le cadre de sa tournée de promotion pour son livre Becoming, l’ancienne première dame américaine était hier de passage à Paris. L’occasion de découvrir en live celle qui, depuis 2008, est devenue une véritable icône d’empowerment.
J’ai passé la soirée avec Michelle Obama - Cheek Magazine

3. Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique

Dans son documentaire Première Campagne, en salles le 17 avril, la réalisatrice Audrey Gordon propose de suivre une jeune reporter chargée de couvrir la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron de 2017. Une immersion intelligente qui analyse et humanise la profession de journaliste.  
Avec “Première Campagne”, Audrey Gordon donne un visage jeune et féminin au journalisme politique - Cheek Magazine

5. La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre

Des sirènes maléfiques aux femmes politiques dont la voix est critiquée à l’envi, les voix féminines sont constamment soumises au sexisme ordinaire. De l’Antiquité à nos jours, pourquoi nos voix sont elles sources d’autant de crispations que de fantasmes.
La voix des femmes, énième refuge des stéréotypes de genre - Cheek Magazine