société

Politique

Caroline De Haas se présente aux législatives à Paris face à Myriam El Khomri

La militante féministe a annoncé sa candidature ce soir dans le 18ème arrondissement de Paris à l’issue d’une réunion publique.
Caroline De Haas se présente aux législatives à Paris face à Myriam El Khomri

Elles se sont affrontées au printemps 2016 au sujet de la loi travail, elles mèneront campagne dans le même arrondissement au printemps 2017. Caroline De Haas vient en effet d’annoncer sa candidature aux élections législatives dans la 18ème circonscription de Paris, celle de Myriam El Khomri. Si elle se dit “de gauche, féministe et écologiste”, la jeune femme passée par le Parti socialiste et fondatrice d’Osez le féminisme ne portera les couleurs d’aucun parti et défendra une candidature sans étiquette dénommée La 18 citoyenne.

Sa réunion publique était d’ailleurs un exercice de démocratie participative puisque la décision de se lancer dans la course a été soumise au vote à main levée. Parmi la petite centaine de personnes entassées dans une cave des Abbesses, on comptait sans surprise une écrasante majorité de soutiens, qui ont permis à Caroline de Haas d’annoncer officiellement sa candidature. “C’était une super soirée, il y avait beaucoup de monde, pleinde nouvelles militantes et nouveaux militants, se félicite-t-elle. On a parlé égalité, travail, environnement, émancipation, c’était un temps de respiration démocratique sur la circonscription.” L’équipe du PS, actuellement aux commandes, appréciera; en tout cas, la campagne semble bel et bien lancée.

Myriam Levain

 

4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub - Cheek Magazine

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
“Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine - Cheek Magazine