société

La vidéo du jour

Caroline Roux s'insurge contre l'absence de femmes pour interviewer Emmanuel Macron

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Caroline Roux, qui, dans Quotidien, dénonce le sexisme manifeste du journalisme politique, alors qu’aucune femme n’a été choisie pour interviewer Emmanuel Macron.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

Capture d'écran de “Quotidien”, DR


Invitée sur le plateau de Quotidien, mercredi 11 avril, Caroline Roux, la présentatrice des 4 Vérités sur France 2 et de C dans l’air sur France 5 n’a pas hésité à monter au créneau pour pointer du doigt la domination des hommes dans le journalisme politique. Jean-Pierre Pernaut sur TF1, Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin pour BFMTV, interrogeront le président sur son bilan, un an après son élection. 

Lorsque Yann Barthès lui demande si elle souhaite commenter ce casting 100% masculin, la journaliste politique, pas franchement adepte de la langue de bois, répond du tac au tac: “Évidemment que j’ai un commentaire à faire. Ce sont des mâles blancs de plus de soixante ans. Vous voyez comme les mauvaises habitudes reviennent vite. On dit toujours que ce n’est pas bien d’instaurer des quotas égalitaires à la télévision, d’être dans une démarche volontariste car cela sous-entendrait qu’on met des femmes à l’antenne, pas forcément parce qu’elles sont qualifiées. […] On dit toujours ‘on va trop loin‘, ‘on en fait trop’, non on en fait pas trop.”

Alors que Yann Barthès  lui demande s’il serait imaginable que le président de la République soit interviewé par trois femmes, en l’occurrence Anne-Sophie Lapix, Léa Salamé et elle-même, Caroline Roux répond dépitée qu’une telle affiche “qui aurait de la gueule”, lui semble impossible aujourd’hui. Elle poursuit: “les femmes sont associées aux interviews, mais trois femmes qui font une interview d’un chef d’État cela ne s’est jamais produit.” [Une référence aux rôles de consultantes ou de co-animatrices généralement attribués aux femmes qui, lors des grands rendez-vous, ne sont jamais seules à la barre, à l’image de Léa Salamé, désignée comme binôme de David Pujadas lors de la dernière campagne présidentielle.] Et de conclure qu’il reste quatre ans à Emmanuel Macron pour inverser la tendance et faire ce choix de la parité. 

 

 

Audrey Renault


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR