société

La vidéo du jour

Caroline Roux s'insurge contre l'absence de femmes pour interviewer Emmanuel Macron

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Caroline Roux, qui, dans Quotidien, dénonce le sexisme manifeste du journalisme politique, alors qu’aucune femme n’a été choisie pour interviewer Emmanuel Macron.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

Capture d'écran de “Quotidien”, DR


Invitée sur le plateau de Quotidien, mercredi 11 avril, Caroline Roux, la présentatrice des 4 Vérités sur France 2 et de C dans l’air sur France 5 n’a pas hésité à monter au créneau pour pointer du doigt la domination des hommes dans le journalisme politique. Jean-Pierre Pernaut sur TF1, Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin pour BFMTV, interrogeront le président sur son bilan, un an après son élection. 

Lorsque Yann Barthès lui demande si elle souhaite commenter ce casting 100% masculin, la journaliste politique, pas franchement adepte de la langue de bois, répond du tac au tac: “Évidemment que j’ai un commentaire à faire. Ce sont des mâles blancs de plus de soixante ans. Vous voyez comme les mauvaises habitudes reviennent vite. On dit toujours que ce n’est pas bien d’instaurer des quotas égalitaires à la télévision, d’être dans une démarche volontariste car cela sous-entendrait qu’on met des femmes à l’antenne, pas forcément parce qu’elles sont qualifiées. […] On dit toujours ‘on va trop loin‘, ‘on en fait trop’, non on en fait pas trop.”

Alors que Yann Barthès  lui demande s’il serait imaginable que le président de la République soit interviewé par trois femmes, en l’occurrence Anne-Sophie Lapix, Léa Salamé et elle-même, Caroline Roux répond dépitée qu’une telle affiche “qui aurait de la gueule”, lui semble impossible aujourd’hui. Elle poursuit: “les femmes sont associées aux interviews, mais trois femmes qui font une interview d’un chef d’État cela ne s’est jamais produit.” [Une référence aux rôles de consultantes ou de co-animatrices généralement attribués aux femmes qui, lors des grands rendez-vous, ne sont jamais seules à la barre, à l’image de Léa Salamé, désignée comme binôme de David Pujadas lors de la dernière campagne présidentielle.] Et de conclure qu’il reste quatre ans à Emmanuel Macron pour inverser la tendance et faire ce choix de la parité. 

 

 

Audrey Renault


1. Viol: la victime parfaite n'existe pas

On a lu pour vous cet article du Harper’s Bazaar, qui déconstruit le mythe de la victime parfaite, si souvent invoquée lors des affaires de viols ou d’agressions sexuelles, et on vous le conseille fortement.    
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

3. Consentement sexuel: Noémie Renard dénonce les actes non désirés lors d'un rapport

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Noémie Renard pour Konbini, dans laquelle elle évoque les agressions parfois subies dans le cadre de rapports consentis.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

4. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

5. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR

6. Avec “Ta Mère Nature”, Ophélie Damblé nous initie à l'agriculture urbaine

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de Ta Mère Nature, dans lequel Ophélie Damblé nous fait découvrir la Prairie, une friche urbaine implantée à Pantin.
Capture d'écran de “Quotidien”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Quotidien”, DR