société

La vidéo du jour

Catherine Arditi explique en une minute pourquoi la langue française est sexiste

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette courte démonstration du sexisme de la langue française par Catherine Arditi. 
Catherine Arditi explique en une minute pourquoi la langue française est sexiste

C’est une démonstration assez éprouvée mais toujours aussi efficace, surtout lorsqu’elle est aussi bien incarnée. Dans une vidéo de L’Obs, la comédienne Catherine Arditi s’est prêtée au jeu du miroir en mettant en parallèle des mots de la langue française au masculin et au féminin. “Un courtisan, c’est un homme que l’on voit auprès du roi. Une courtisane, c’est une pute”. “Un entraîneur, c’est un homme qui entraîne les sportifs. Une entraîneuse, c’est une pute.”

Catherine Arditi passe ainsi en revue plusieurs mots du masculin au féminin et démontre qu’ils sont toujours associés à la notion de prostitution dès lors qu’ils désignent une femme. Éloquent. 

 


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie - Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Pilosité féminine: pourquoi tant de haine? - Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit” - Cheek Magazine