Ce qui se passe ailleurs

Australie

Cette blogueuse pousse un coup de gueule contre la charge mentale et son post fait le tour des réseaux sociaux

La blogueuse lifestyle Constance Hall a publié un post Facebook pour manifester son ras-le-bol de tout faire chez elle. Son post a été partagé plus de 100 000 fois. 
Cette blogueuse pousse un coup de gueule contre la charge mentale et son post fait le tour des réseaux sociaux

Pour Constance Hall, la coupe est pleine. Cette blogueuse lifestyle reconnue en Australie pour ses articles sur le quotidien des parents, le shopping ou le harcèlement sexuel, est devenue en quelques jours une porte-parole de choix pour toutes les femmes écrasées par la fameuse charge mentale. Dans un post publié sur son compte Facebook le 29 janvier, elle raconte comment elle subit chaque jour ce “cancer de la relation”“Récemment, alors que je me plaignais auprès de copines de faire absolument tout à la maison, l’une d’entre elles m’a dit ‘si tu veux de l’aide, tu dois être explicite… demande. Le gens ont besoin de listes, ils ne lisent pas dans les esprits‘.”

Alors, elle en a fait des listes. Mais comme le souligne le site PopSugar, si son mari l’a bien aidée au début, le coup de main restait occasionnel. Excédée, Constance Hall a finalement jeté finalement l’éponge et a partagé ses états d’âme avec les réseaux sociaux: “J’en suis donc arrivée à la conclusion que ce n’est pas à moi de demander de l’aide et de faire des putain de listes, écrit-elle, faites cette putain de vaisselle sans qu’on vous le demande mother fuckers.

 

Près de 200 000 likes et plus de 100 000 partages sur Facebook: visiblement, beaucoup se sont retrouvé·e·s dans ce message un brin énervé. Le site StoryPick publie ainsi quelques tweets de soutien en réaction au coup de gueule de Constance Hall. Parmi eux, celui d’Emma Beth Cavalli, une lectrice qui en a marre que les hommes daignent, parfois, “aider” leur femme: “le terme ‘aider‘ sous entend que tout est de la responsabilité de la femme et que les hommes lui font une faveur en lui donnant un coup de main.”

Les remous suscités par ce post prouvent que la question de la charge mentale dépasse nos frontières et que, partout dans le monde, la répartition des tâches ménagères se fait au détriment des femmes, qui, bien trop souvent, se voient affublées de la double casquette compagne/femme de ménage. 

Audrey Renault


5. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement - Cheek Magazine

6. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite - Cheek Magazine

7. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme - Cheek Magazine