Ce qui se passe ailleurs

Angleterre

Baftas 2018: la blague féministe de Salma Hayek et le triomphe de Time's Up

Hier soir se déroulait à Londres la 71 ème cérémonie des Bafta. Lors d’une soirée marquée par les soutiens aux femmes victimes de violences sexuelles, Salma Hayek s’en est donné à cœur joie.   
Baftas 2018: la blague féministe de Salma Hayek et le triomphe de Time's Up

“Durant cette année importante et historique pour les femmes, je suis ici, sur cette scène légendaire, pour célébrer… les hommes.” Voici l’entrée en matière de Salma Hayek, présente à Londres, sur la scène de l’édition 2018 des BAFTAS, pour remettre le prix du meilleur acteur masculin. 

Une intervention qui rappelle celle de Natalie Portman lors des Golden Globes, le 7 janvier dernier. Mais Salma Hayek ne s’est pas arrêtée là. Alors qu’elle doit révéler le lauréat du prix du meilleur acteur, elle ose une dernière bravade en annonçant gagnante l’actrice Frances McDormand, qui a par ailleurs raflé toutes les récompenses pour sa performance dans 3 Billboards. 

Si c’est finalement Gary Oldman pour son rôle dans Darkest Hour qui repart avec le prix masculin, c’est bien Frances McDormand qui l’emporte chez les femmes. L’occasion pour l’actrice de témoigner son soutien aux mouvements #MeToo et Time’s Up: “J’ai un petit problème d’obéissance, mais je suis solidaire de mes sœurs de lutte qui portent le noir”, a déclaré l’actrice, l’une des rares à ne pas porter de noir, en recevant sa récompense.

Car à part quelques exceptions, la majorité des invité·e·s, à l’image d’ Angelina Jolie, Margot Robbie, Lupita Nyong’o ou encore Orlando Bloom, ont défilé sur le red carpet vêtu·e·s de noir, en signe de solidarité au mouvement Time’s Up lancé en janvier dernier par un collectif d’actrices américaines composé notamment de Nathalie Portman, Reese Witherspoon et America Ferrara. Toujours sur le tapis rouge, des militantes féministes du Everyday Sexism Project se sont immiscées pour dénoncer le traitement réservées aux victimes de violences conjugales. 

 

 

Plus tard dans la soirée, la directrice de l’Académie, Jane Lush, abordait les violences faites aux femmes dans son discours d’ouverture: “notre industrie a traversé une année difficile. De courageuses révélations de harcèlement et d’abus sexuels se sont succédées”, déclarait celle qui compte sur la mobilisation pour “un changement durable.” Quelques instants plus tard, l’actrice Joanna Lumley, maîtresse de cérémonie, lui emboîtait le pas et évoquait le combat des Suffragettes et le mouvement Time’s Up, deux exemples de “détermination pour éradiquer les abus dont sont victimes les femmes”

À noter également que quelques heures avant la cérémonie, plus de 200 actrices parmi lesquelles Emma Watson, Emilia Clarke ou Keira Knightley, ont signé une tribune intitulée Sisters, this is our moment”, pour lutter contre le harcèlement sexuel et lancer un fonds destiné à soutenir les campagnes de sensibilisation et les actions en justice pour condamner les violences sexuelles. 

Audrey Renault

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer


5. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement - Cheek Magazine

6. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite - Cheek Magazine

7. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme - Cheek Magazine