Ce qui se passe ailleurs

États-Unis

La Barbie entrepreneure qui ne ressemble pas vraiment à Sheryl Sandberg

Cheek passe en revue (de Web) une actu internationale. 
© Mattel
© Mattel

© Mattel


Après 55 années de reconversion dans près de 150 carrières -même celle de candidate à l’élection présidentielle en 2012-, Barbie se lance maintenant dans l’entreprenariat, smartphone et tablette à la main. Ce qui partait d’une bonne intention, lutter contre le sexisme, mais aussi clairement d’une volonté marketing de coller à l’air du temps geek, semble prendre le chemin du flop.

En cause, l’indécrottable tenue rose de la poupée qui, malgré ses gadgets high tech, n’a pas grand chose à voir avec Sheryl Sandberg ni avec l’entrepreneure lambda -qui reste majoritairement UN entrepreneur. Depuis sa présentation au salon Toy Fair de New York en février dernier, la poupée star de Mattel essuie de nombreuses critiques, relancées ces derniers jours par la mise en vente de ce dernier modèle sur le marché américain. Une innovation censée rehausser les ventes de la marque, qui selon Bloombergview, ont chuté de 14% début 2014, comme beaucoup de jouets, battus à plate coutures par les écrans tactiles auprès des enfants.

Autre cible des attaques, le slogan et le hashtag de la campagne de pub “If you dream it, you can be it! #unapologetic” (Ndlr: “Si tu en rêves, tu peux l’être! #sanscomplexe”), moyennement crédibles de la part d’une entreprise régulièrement accusée de créer des modèles inaccessibles via les mensurations irréalistes de Barbie et donc de favoriser les complexes chez les jeunes femmes. C’est par conséquent un lancement en demi-teinte pour Mattel qui avait pourtant mis le paquet sur la promo, en faisant appel à huit femmes chefs d’entreprise pour faire la pub de la poupée. 

Mélodie Raymond


1. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
© Mattel - Cheek Magazine
© Mattel

4. #WontBeErased: Donald Trump veut “effacer” les transgenres, Twitter répond

Une note interne du ministère américain de la Santé propose de définir le genre comme strictement lié aux organes sexuels à la naissance. Une mesure discriminante pour les personnes transgenres, contre laquelle le hashtag #WontBeErased s’insurge. 
© Mattel - Cheek Magazine
© Mattel