Ce qui se passe ailleurs

Iran

En Iran, les femmes retirent leur voile sur Facebook

Cheek passe en revue (de Web) une actu internationale.
DR
DR

DR


Après les Saoudiennes se filmant au volant, les Iraniennes s’emparent à leur tour des réseaux sociaux pour revendiquer la fin du port du voile obligatoire. À l’initiative de la journaliste Masih Alinejad, de nombreuses jeunes femmes postent depuis dix jours sur Facebook des photos d’elles cheveux au vent dans différents lieux publics de la république islamique d’Iran. Même si cette pratique est de plus en plus courante, les femmes sont toujours passibles de deux mois de prison en bravant l’interdit de se découvrir la tête. Sur Twitter, elles accompagnent leurs posts du hashtag #mystealthyfreedom (Ndlr: ma liberté furtive).

Évidemment ce mouvement n’a pas plu à tout le monde, et une contre-manifestation de conservateurs scandant “Mort à celles qui n’ont pas de hidjab” a eu lieu  le 7 mai dernier à Téhéran. Mais, signe que les temps changent, le gouverneur de la ville a déclaré que l’état désapprouvait cette manifestation tenue illégalement. L’élection du président Hassan Rohani l’année dernière semble faire (très) doucement bouger les lignes en faveur des femmes.

L.D.L.


5. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
DR - Cheek Magazine
DR

7. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
DR - Cheek Magazine
DR