cheek_cequisepasseailleurs_habillage_desktop

Ce qui se passe ailleurs

Dina Ali Lasloom: plus de nouvelles de cette jeune femme qui a tenté de fuir l'Arabie Saoudite

Dina Ali Lasloom, jeune femme de 24 ans, a tenté de fuir l’Arabie Saoudite. Rattrapée en plein vol par les autorités philippines, elle n’a plus donné de nouvelles depuis le 11 avril. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton


Son histoire agite l’Arabie Saoudite. Pour celle dont le monde est sans nouvelles depuis le 11 avril, tout a commencé quelques jours plus tôt. Dina Ali Lasloom, 24 ans, a tenté de fuir son pays, s’envolant vers le Koweït dans l’espoir de rejoindre l’Australie, où elle souhaitait demander l’asile. Malheureusement, son plan s’arrête lors de son escale à Manille le 10 Avril. Elle est alors appréhendée par les autorités philippines à l’aéroport Ninoy Aquino, qui la remettent à deux de ses oncles, puis la renvoient sur le sol saoudien. C’est la fin de ses rêves d’évasion et de liberté.  

Depuis, plus aucune trace de Dina Ali, à l’exception d’une photo de ses billets d’avion et d’une vidéo d’elle appelant à l’aide, toutes deux massivement reprises sur Twitter.  Sur ladite vidéo, on entend la jeune femme, dont on ne voit jamais le visage, terrorisée à l’idée d’être renvoyée dans sa famille. “Si ma famille vient me chercher, ils me tueront. Si je retourne en Arabie saoudite, je vais mourir. Je suis en train d’enregistrer cette vidéo pour que vous m’aidiez et que vous sachiez que je suis réelle.”

 

 

 

 

Plusieurs mouvements de soutien se sont élevés sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter avec le hashtag #SaveDinaAli ou #IAmDinaAli. Les utilisateurs s’inquiètent du sort de Dina Ali, ils dénoncent le sort réservé aux femmes en Arabie Saoudite et apportent leur soutien à la jeune femme.

 

 

 

 

 

 

En Arabie Saoudite, les femmes doivent être obligatoirement accompagnées d’un tuteur masculin -pères, frères, fils, mari- pour exercer leurs droits les plus fondamentaux, comme se déplacer hors des frontières. Se sentant prises au piège, certaines femmes décident donc de prendre la fuite. Le Point rappelle ainsi que 96,6 % des fugues en 2016 étaient le fait de femmes.

Si le monde entier la soutient, elle s’est néanmoins attiré les foudres de certains de ses compatriotes saoudiens sur les réseaux sociaux. Le site The New Arab retranscrit les messages de haine et d’appel au meurtre à son égard -et à l’attention de celles qui voudraient, à son image, fuir le pays-. “Toute putain qui s’enfuit de sa famille mérite d’être tuée. En la tuant, vous lavez la honte qui a été portée sur vous et elle-même.” 

A l’heure actuelle, le sort de Dina Ali est inquiétant: personne ne sait ce qu’il est advenu de cette jeune femme qui, au nom de ses droits, aura tenté en vain de fuir son pays.

Samia Kidari


1. Le New York Times crée un poste de “gender editor”

Jessica Bennett, auteure du Feminist Fight Club, sera chargée à partir du 30 octobre d’analyser l’actualité à travers le prisme du genre pour le New York Times. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

2. Les footballeurs norvégiens baissent leur salaire pour que l'équipe féminine soit payée pareil

Un accord signé vendredi entre l’association Niso et la fédération norvégienne de football instaure l’égalité salariale entre joueuses et joueurs des équipes nationales de Norvège. Un geste symbolique fort.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

3. Un robot sexuel doté d'un mode “résistance” encouragerait la culture du viol

L’entreprise de robotique américaine True Companion a commercialisé des robots sexuels dotés d’une intelligence artificielle avec un mode “résistance” qui encouragerait la culture du viol. Une innovation qui fait polémique. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

4. Une jeune Saoudienne défend les droits des femmes dans son pays en ouvrant son club de cyclisme

On a lu pour vous cet article du Guardian sur cette jeune Saoudienne qui a lancé son club de vélo ouvert aux femmes. Une petite révolution dans un pays où les droits des femmes, y compris en matière de cyclisme, sont encore extrêmement limités.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

6. Polémique chez L'Oréal après les propos anti-blancs d'une mannequin transgenre

L’Oréal vient d’interrompre son contrat avec Munroe Bergdorf pour désaccord avec ses propos dénonçant la “violence raciale des blancs” suite aux événements de Charlottesville cet été.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

7. Elle remplace son bikini par un caftan lors de la finale anglaise de Miss Univers

La britannique Muna Jama est devenue cet été la première participante à un concours de beauté à ne pas porter le sacro-saint bikini pendant la compétition.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton