Ce qui se passe ailleurs

Dina Ali Lasloom: plus de nouvelles de cette jeune femme qui a tenté de fuir l'Arabie Saoudite

Dina Ali Lasloom, jeune femme de 24 ans, a tenté de fuir l’Arabie Saoudite. Rattrapée en plein vol par les autorités philippines, elle n’a plus donné de nouvelles depuis le 11 avril. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton


Son histoire agite l’Arabie Saoudite. Pour celle dont le monde est sans nouvelles depuis le 11 avril, tout a commencé quelques jours plus tôt. Dina Ali Lasloom, 24 ans, a tenté de fuir son pays, s’envolant vers le Koweït dans l’espoir de rejoindre l’Australie, où elle souhaitait demander l’asile. Malheureusement, son plan s’arrête lors de son escale à Manille le 10 Avril. Elle est alors appréhendée par les autorités philippines à l’aéroport Ninoy Aquino, qui la remettent à deux de ses oncles, puis la renvoient sur le sol saoudien. C’est la fin de ses rêves d’évasion et de liberté.  

Depuis, plus aucune trace de Dina Ali, à l’exception d’une photo de ses billets d’avion et d’une vidéo d’elle appelant à l’aide, toutes deux massivement reprises sur Twitter.  Sur ladite vidéo, on entend la jeune femme, dont on ne voit jamais le visage, terrorisée à l’idée d’être renvoyée dans sa famille. “Si ma famille vient me chercher, ils me tueront. Si je retourne en Arabie saoudite, je vais mourir. Je suis en train d’enregistrer cette vidéo pour que vous m’aidiez et que vous sachiez que je suis réelle.”

 

 

 

 

Plusieurs mouvements de soutien se sont élevés sur les réseaux sociaux, notamment sur Twitter avec le hashtag #SaveDinaAli ou #IAmDinaAli. Les utilisateurs s’inquiètent du sort de Dina Ali, ils dénoncent le sort réservé aux femmes en Arabie Saoudite et apportent leur soutien à la jeune femme.

 

 

 

 

 

 

En Arabie Saoudite, les femmes doivent être obligatoirement accompagnées d’un tuteur masculin -pères, frères, fils, mari- pour exercer leurs droits les plus fondamentaux, comme se déplacer hors des frontières. Se sentant prises au piège, certaines femmes décident donc de prendre la fuite. Le Point rappelle ainsi que 96,6 % des fugues en 2016 étaient le fait de femmes.

Si le monde entier la soutient, elle s’est néanmoins attiré les foudres de certains de ses compatriotes saoudiens sur les réseaux sociaux. Le site The New Arab retranscrit les messages de haine et d’appel au meurtre à son égard -et à l’attention de celles qui voudraient, à son image, fuir le pays-. “Toute putain qui s’enfuit de sa famille mérite d’être tuée. En la tuant, vous lavez la honte qui a été portée sur vous et elle-même.” 

A l’heure actuelle, le sort de Dina Ali est inquiétant: personne ne sait ce qu’il est advenu de cette jeune femme qui, au nom de ses droits, aura tenté en vain de fuir son pays.

Samia Kidari


1. Coupe du Monde: le combat des Iraniennes pour accéder aux stades dans leur pays

En Russie, les Iraniennes profitent de la Coupe du monde de football  pour réclamer l’accès aux stades dans leur pays.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

2. Miss America ne récompensera plus les femmes pour leur physique

Le concours Miss America se renouvelle et souhaite privilégier l’empowerment des femmes.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

3. La Une de Vogue Arabia oublie les militantes pour les droits des femmes arrêtées

La couverture de Vogue Arabia irrite les militant.e.s des droits des femmes avec sa photo de la princesse saoudienne au volant d’une voiture, alors qu’au moins 7 militant.e.s sont toujours emprisonné.e.s.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

4. Distribution de protections hygiéniques aux femmes précaires et dans les écoles: l'Écosse montre l'exemple

L’Écosse est en passe de devenir le premier pays au monde à financer les protections hygiéniques des femmes à revenus limités et s’apprête à mettre à disposition coupes menstruelles, tampons et serviettes dans les écoles.
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

5. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

6. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton

7. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton - Cheek Magazine
Rassemblement en faveur de Dina Ali Lasloom devant le consulat saoudien à New York © instagram.com/mhcarleton