Ce qui se passe ailleurs

Norvège

Les footballeurs norvégiens baissent leur salaire pour que l'équipe féminine soit payée pareil

Un accord signé vendredi entre l’association Niso et la fédération norvégienne de football instaure l’égalité salariale entre joueuses et joueurs des équipes nationales de Norvège. Un geste symbolique fort.
Instagram / @graham95
Instagram / @graham95

Instagram / @graham95


Elles sont 14èmes au classement FIFA, ont décroché les titres de championnes du Monde (1995), d’Europe (1987 et 1993) et ont été victorieuses des JO de 2000. Pourtant, jusqu’ici, les footballeuses norvégiennes étaient payées deux fois moins que leurs homologues masculins, qui pointent pourtant à la 73ème place du classement et ont un palmarès bien moins impressionnant, avec une seule qualification pour les 8es de finale d’une compétition internationale, en 1998.

Une injustice réparée vendredi dernier grâce à l’accord scellé entre Niso, l’association représentant les footballeurs locaux et la fédération norvégienne de football, qui prévoit un lissage de salaire entre équipes nationales masculine et féminine de football.  La somme touchée par les femmes passe donc de 3,1 millions de couronnes, soit 320 000 euros, à 6 millions de couronnes, soit 640 000 euros par an. L’équipe masculine a accepté de baisser son salaire annuel de 550 000 couronnes, soit 60 000 euros, pour arriver à égalité avec les joueuses féminines. Un effort salué sur Instagram par les joueuses norvégiennes, à l’instar de la milieu de terrain Caroline Graham Hansen: “C’est peut-être un petit geste pour vous (…) mais cela signifie tellement pour nous. Pour notre équipe. Pour notre sport (…), faire passer le message que l’égalité salariale est normale me donne envie de pleurer! J’ai envie de tous vous faire des câlins.”

 

Margot Cherrid


2. Le New York Times crée un poste de “gender editor”

Jessica Bennett, auteure du Feminist Fight Club, sera chargée à partir du 30 octobre d’analyser l’actualité à travers le prisme du genre pour le New York Times. 
Instagram / @graham95 - Cheek Magazine
Instagram / @graham95

3. Un robot sexuel doté d'un mode “résistance” encouragerait la culture du viol

L’entreprise de robotique américaine True Companion a commercialisé des robots sexuels dotés d’une intelligence artificielle avec un mode “résistance” qui encouragerait la culture du viol. Une innovation qui fait polémique. 
Instagram / @graham95 - Cheek Magazine
Instagram / @graham95