Ce qui se passe ailleurs

Inde

Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter

En Inde, pour apporter son soutien au mouvement #MeToo, l’actrice de 28 ans Sri Reddy s’est déshabillée en public. Un geste militant lourd de conséquences pour cette jeune femme aujourd’hui expulsée de son logement, condamnée et traitée en paria.
Twitter / @srireddyleaks
Twitter / @srireddyleaks

Twitter / @srireddyleaks


En Inde, le mouvement #MeToo ne fait pas l’unanimité. Sri Reddy, actrice indienne de 28 ans en sait quelque chose. Pour dénoncer le chantage sexuel et le harcèlement dont sont victimes les actrices, la jeune femme s’est présentée samedi dernier devant la chambre du commerce et de l’industrie du cinéma de Télangana (sud-est du pays). En signe de soutien au mouvement #MeToo, elle y a retiré son haut, s’asseyant seins nus dans la rue. “Sommes-nous des femmes ou des jouets?” a-t-elle lancé aux quelques caméras présentes. 

Seule pour manifester, la jeune femme  a rapidement été interpellée par la police. Elle encourt aujourd’hui une condamnation pour nudité en public. Mais les conséquences de son action militante ne s’arrêtent pas là. Sri Reddy a en effet été répudiée de l’association des acteurs de cinéma MAA. Dénonçant un “coup de pub bon marché”, le président de l’association, Sivaji Raja a également déclaré que les artistes travaillant avec Sri Reddy seraient eux aussi radiés de l’association. La jeune femme aurait également été expulsée de son logement.

En Inde, le mouvement #MeToo n’a connu qu’un faible écho. Sri Reddy compte bien profiter de la médiatisation de cette affaire pour dénoncer le sexisme inhérent à Bollywood, première industrie de cinéma au monde. “En me refusant l’adhésion et en empêchant d’autres artistes de travailler avec moi, ils envoient à toutes les femmes le message que c’est ce qui leur arrivera si elles parlent du harcèlement et des abus auxquels elles sont confrontées, a déclaré l’actrice. Mais je ne me laisserai pas décourager. Qu’ils amènent leurs avocats, j’amènerai les miens.”

Audrey Renault


1. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Twitter / @srireddyleaks - Cheek Magazine
Twitter / @srireddyleaks

2. Emma Watson applaudit le tapis rouge Time's Up des Molières anglais

Ce week-end, le mouvement Time’s Up a ressurgi sur le tapis rouge des Molières anglais, pour la plus grande joie d’Emma Watson, toujours aussi engagée sur la question du sexisme. 
Twitter / @srireddyleaks - Cheek Magazine
Twitter / @srireddyleaks

6. Ivanka Trump célèbre le Women’s History Month et se fait tacler par les internautes

La fille de Donald Trump, Ivanka Trump, a publié un tweet pour saluer le travail des femmes pour la nation et les internautes n’ont pas manqué de souligner l’ironie de la situation en rappelant les accusations de harcèlement et d’agressions sexuelles qui concernent son père.
Twitter / @srireddyleaks - Cheek Magazine
Twitter / @srireddyleaks

7. Baftas 2018: la blague féministe de Salma Hayek et le triomphe de Time's Up

Hier soir se déroulait à Londres la 71 ème cérémonie des Bafta. Lors d’une soirée marquée par les soutiens aux femmes victimes de violences sexuelles, Salma Hayek s’en est donné à cœur joie.   
Twitter / @srireddyleaks - Cheek Magazine
Twitter / @srireddyleaks