Ce qui se passe ailleurs

Inde

Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter

En Inde, pour apporter son soutien au mouvement #MeToo, l’actrice de 28 ans Sri Reddy s’est déshabillée en public. Un geste militant lourd de conséquences pour cette jeune femme aujourd’hui expulsée de son logement, condamnée et traitée en paria.
Twitter / @srireddyleaks
Twitter / @srireddyleaks

Twitter / @srireddyleaks


En Inde, le mouvement #MeToo ne fait pas l’unanimité. Sri Reddy, actrice indienne de 28 ans en sait quelque chose. Pour dénoncer le chantage sexuel et le harcèlement dont sont victimes les actrices, la jeune femme s’est présentée samedi dernier devant la chambre du commerce et de l’industrie du cinéma de Télangana (sud-est du pays). En signe de soutien au mouvement #MeToo, elle y a retiré son haut, s’asseyant seins nus dans la rue. “Sommes-nous des femmes ou des jouets?” a-t-elle lancé aux quelques caméras présentes. 

Seule pour manifester, la jeune femme  a rapidement été interpellée par la police. Elle encourt aujourd’hui une condamnation pour nudité en public. Mais les conséquences de son action militante ne s’arrêtent pas là. Sri Reddy a en effet été répudiée de l’association des acteurs de cinéma MAA. Dénonçant un “coup de pub bon marché”, le président de l’association, Sivaji Raja a également déclaré que les artistes travaillant avec Sri Reddy seraient eux aussi radiés de l’association. La jeune femme aurait également été expulsée de son logement.

En Inde, le mouvement #MeToo n’a connu qu’un faible écho. Sri Reddy compte bien profiter de la médiatisation de cette affaire pour dénoncer le sexisme inhérent à Bollywood, première industrie de cinéma au monde. “En me refusant l’adhésion et en empêchant d’autres artistes de travailler avec moi, ils envoient à toutes les femmes le message que c’est ce qui leur arrivera si elles parlent du harcèlement et des abus auxquels elles sont confrontées, a déclaré l’actrice. Mais je ne me laisserai pas décourager. Qu’ils amènent leurs avocats, j’amènerai les miens.”

Audrey Renault