Ce qui se passe ailleurs

Iran

En Iran, des femmes arrêtées pour avoir retiré leur voile

Une trentaine d’Iraniennes ont été interpellées par les forces de l’ordre pour s’être affichées publiquement sans leur voile. 
En Iran, des femmes arrêtées pour avoir retiré leur voile

Une trentaine d’Iraniennes ont été interpellées par les forces de l’ordre pour s’être affichées publiquement sans leur voile, en signe de protestation à la loi islamique de 1979. 

Elles sont 29 à être sous les verrous à l’heure qu’il est. Leur crime? Avoir retiré leur voile. Selon France 24 avec l’AFP, la police de Téhéran les a interpellées pour avoir “perturbé l’ordre social”, d’après un communiqué publié par les principales agences de presse irnaiennes. En Iran, la loi en vigueur depuis la révolution islamique de 1979 impose aux femmes de sortir la tête voilée.

Cette mobilisation fait suite à la bravade de Vida Movahed, une Téhéranaise qui, juchée sur un compteur électrique, avait agité son voile au bout d’une perche le 27 décembre dernier en plein centre-ville, lors de manifestations contre la vie chère. La jeune femme de 31 ans avait été arrêtée sur-le-champ et emprisonnée pendant près d’un mois. 

 

Depuis, des femmes bravent l’interdit un peu partout dans le pays, comme à Machhad, dans le Nord-Est de l’Iran, où une religieuse en tchador noir a, elle aussi, retiré son voile en signe de solidarité. Autre exemple qui fait aujourd’hui le tour des réseaux sociaux, cette dame âgée, qui malgré ses difficultés de motricité, tient à participer au mouvement de contestation. 

De leur côté, les autorités minimisent les faits. Comme le révèle Le Monde, cette mobilisation est considérée comme  “puérile”, par le procureur général de la République islamique, Mohammad Jafar Montazeri. “Il s’agit d’une affaire insignifiante qui n’a rien de préoccupant”, a-t-il déclaré mercredi, dénonçant des manifestantes qui ont “agi par ignorance” et qui  “pourraient avoir été influencées à partir de l’étranger”.

Pour la militante et avocate des droits de l’Homme iranienne Nasrin Sotoudeh, ceci n’est que le début. Je pense que d’autres protestations vont suivre, déclare-t-elle au New-York Times, il est évident que les femmes veulent désormais décider de leur manière de s’habiller.

Audrey Renault


2. #WontBeErased: Donald Trump veut “effacer” les transgenres, Twitter répond

Une note interne du ministère américain de la Santé propose de définir le genre comme strictement lié aux organes sexuels à la naissance. Une mesure discriminante pour les personnes transgenres, contre laquelle le hashtag #WontBeErased s’insurge. 
#WontBeErased: Donald Trump veut “effacer” les transgenres, Twitter répond - Cheek Magazine