Ce qui se passe ailleurs

Iran

En Iran, des femmes arrêtées pour avoir retiré leur voile

Une trentaine d’Iraniennes ont été interpellées par les forces de l’ordre pour s’être affichées publiquement sans leur voile. 
En Iran, des femmes arrêtées pour avoir retiré leur voile

Une trentaine d’Iraniennes ont été interpellées par les forces de l’ordre pour s’être affichées publiquement sans leur voile, en signe de protestation à la loi islamique de 1979. 

Elles sont 29 à être sous les verrous à l’heure qu’il est. Leur crime? Avoir retiré leur voile. Selon France 24 avec l’AFP, la police de Téhéran les a interpellées pour avoir “perturbé l’ordre social”, d’après un communiqué publié par les principales agences de presse irnaiennes. En Iran, la loi en vigueur depuis la révolution islamique de 1979 impose aux femmes de sortir la tête voilée.

Cette mobilisation fait suite à la bravade de Vida Movahed, une Téhéranaise qui, juchée sur un compteur électrique, avait agité son voile au bout d’une perche le 27 décembre dernier en plein centre-ville, lors de manifestations contre la vie chère. La jeune femme de 31 ans avait été arrêtée sur-le-champ et emprisonnée pendant près d’un mois. 

 

Depuis, des femmes bravent l’interdit un peu partout dans le pays, comme à Machhad, dans le Nord-Est de l’Iran, où une religieuse en tchador noir a, elle aussi, retiré son voile en signe de solidarité. Autre exemple qui fait aujourd’hui le tour des réseaux sociaux, cette dame âgée, qui malgré ses difficultés de motricité, tient à participer au mouvement de contestation. 

De leur côté, les autorités minimisent les faits. Comme le révèle Le Monde, cette mobilisation est considérée comme  “puérile”, par le procureur général de la République islamique, Mohammad Jafar Montazeri. “Il s’agit d’une affaire insignifiante qui n’a rien de préoccupant”, a-t-il déclaré mercredi, dénonçant des manifestantes qui ont “agi par ignorance” et qui  “pourraient avoir été influencées à partir de l’étranger”.

Pour la militante et avocate des droits de l’Homme iranienne Nasrin Sotoudeh, ceci n’est que le début. Je pense que d’autres protestations vont suivre, déclare-t-elle au New-York Times, il est évident que les femmes veulent désormais décider de leur manière de s’habiller.

Audrey Renault


1. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement - Cheek Magazine

2. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite - Cheek Magazine

3. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme - Cheek Magazine

4. Procès de la Manada: l'Espagne se mobilise pour dénoncer les crimes sexuels

En Espagne, scandalisé·e·s par la condamnation pour “abus sexuel” de la meute, plus de 30 000 manifestante·s se sont rassemblé·e·s samedi pour dénoncer une justice laxiste, machiste, et véhiculant la culture du viol. 
Procès de la Manada: l'Espagne se mobilise pour dénoncer les crimes sexuels - Cheek Magazine

5. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto - Cheek Magazine

6. Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter

En Inde, pour apporter son soutien au mouvement #MeToo, l’actrice de 28 ans Sri Reddy s’est déshabillée en public. Un geste militant lourd de conséquences pour cette jeune femme aujourd’hui expulsée de son logement, condamnée et traitée en paria.
Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter - Cheek Magazine