cheek_cequisepasseailleurs_habillage_desktop

Ce qui se passe ailleurs

Royaume-Uni

Un grand magasin anglais met des étiquettes non-genrées à ses vêtements pour enfant

Chez John Lewis, il n’y aura désormais plus de distinction entre les vêtements pour fille et garçon.
© John Lewis
© John Lewis

© John Lewis


“Girls & Boys”, ou rien: c’est le nouveau mot d’ordre de la chaîne britannique de grands magasins John Lewis pour l’étiquetage de sa collection enfants, au Royaume-Uni. La chaîne a décidé de retirer les étiquettes genrées et de les remplacer par un étiquetage mixte: “Garçons et Filles” ou “Filles et Garçons”. Dans la même logique et parce qu’ils n’avaient plus d’utilité, les rayons qui séparaient les pièces de la collection enfant en fonction de leur sexe ont été supprimés. Une première sur le marché britannique.

Caroline Bettis, à la tête de la ligne destinée aux 0-14 ans de John Lewis, s’est exprimée sur ses motivations: “Nous ne voulons pas renforcer les stéréotypes de genre dans les collections de John Lewis et désirons au contraire proposer une plus grande palette de choix à nos clients, pour que les parents et enfants choisissent ce qu’ils veulent porter”, comme le rapporte le site de l’Independant.

L’entreprise compte également faire disparaître de son site d’achat en ligne les sections genrées pour enfants et prévoit la création d’uniformes scolaires unisexes, seuls vêtements à encore porter les mentions “fille” ou “garçon”. Une  toute nouvelle collection de vêtements considérés par la marque comme “sans genre spécifique” a également été développée, et propose par exemple des robes et T-shirts avec dinosaures ou fusées comme motifs.

Alors que les marques britanniques Mothercare, Morrisons ou encore Clarks ont récemment été accusées de renforcer les stéréotypes de genre, l’initiative de John Lewis a été saluée par les internautes.

 

 

L’association Let Clothes Be Clothes (Ndlr: Laissez les vêtements être des vêtements), qui dénonce le sexisme parfois présent et encouragé par les collections de vêtements destinés aux enfants, a notamment expliqué dans un post Facebook “être ravis” par ce qu’ils considèrent comme étant potentiellement “un point de rupture important”. On ne peut qu’acquiescer. 

 

Margot Cherrid

 


1. Un robot sexuel doté d'un mode “résistance” encouragerait la culture du viol

L’entreprise de robotique américaine True Companion a commercialisé des robots sexuels dotés d’une intelligence artificielle avec un mode “résistance” qui encouragerait la culture du viol. Une innovation qui fait polémique. 
© John Lewis  - Cheek Magazine
© John Lewis

5. Nombreux hommages à Maryam Mirzakhani, première mathématicienne à avoir remporté la médaille Fields

Suite à son décès prématuré, personnalités et médias iraniens ont rendu hommage à la grande chercheuse en mathématiques Maryam Mirzakhani, s’autorisant même à utiliser des photos où ses cheveux sont visibles, dans un pays où les femmes doivent constamment être voilées.  
© John Lewis  - Cheek Magazine
© John Lewis

7. À Jérusalem, les femmes resteront à l'écart au mur des Lamentations

Alors que le gouvernement israélien avait promis de créer un espace mixte au mur des Lamentations, à Jérusalem, il est revenu hier sur cet engagement, suscitant la déception de nombreuses femmes à travers le monde.
© John Lewis  - Cheek Magazine
© John Lewis