Ce qui se passe ailleurs

Grande-Bretagne

Manchester: un musée décroche une toile du XIXème pour questionner le sexisme

La Manchester Art Gallery a décroché le tableau Hylas et les nymphes afin d’ouvrir le débat sur la représentation des femmes dans l’art. 
DR
DR

DR


Pour ouvrir le débat autour de la représentation des femmes dans l’art, la Manchester Art Gallery a retiré vendredi dernier un tableau victorien où de jeunes nymphes aux traits adolescents séduisent un valeureux guerrier.

Signé John William Waterhouse, le tableau de 1886 nommé Hylas et les nymphes met en scène le héros grec Hylas, séduit et entraîné au fond d’un étang par un groupe de nymphes nues et lascives. À la place du tableau, les visiteur·se·s découvrent désormais une note explicative: Ce musée présente le corps des femmes en tant que ‘forme passive décorative’ ou en tant que ‘femme fatale’. Remettons en cause ce fantasme victorien! Ce musée existe dans un monde traversé par des questions de genre, de race, de sexualité et de classe qui nous affectent tous. Comment les œuvres d’art peuvent-elles nous parler d’une façon plus contemporaine et pertinente?”

À l’aide de post-it, les visiteur·se·s sont invité·e·s à laisser leurs réflexions et réactions. Le Guardian révèle que le décrochage du tableau fait partie d’une performance de Sonia Boyce, artiste contemporaine qui présentera son travail dans ce même musée, le mois prochain. 

Selon la conservatrice du musée Clare Gannaway, citée par le Sun, “il ne s’agit pas de censurer une œuvre, mais de réfléchir à la manière d’exposer des travaux controversés”. Une initiative qui est loin de faire l’unanimité au vu des réactions laissées à l’emplacement du tableau ou des tweets partagés sous le hashtag #MAGsoniaboyce. Selon le Telegraph, une pétition mise en ligne lundi a récolté à cette heure-ci 180 signatures en faveur du raccrochage du tableau. 

Audrey Renault


1. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
DR - Cheek Magazine
DR

2. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. Procès de la Manada: l'Espagne se mobilise pour dénoncer les crimes sexuels

En Espagne, scandalisé·e·s par la condamnation pour “abus sexuel” de la meute, plus de 30 000 manifestante·s se sont rassemblé·e·s samedi pour dénoncer une justice laxiste, machiste, et véhiculant la culture du viol. 
DR - Cheek Magazine
DR

5. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. Cette actrice indienne se dénude en public pour soutenir #MeToo et se fait arrêter

En Inde, pour apporter son soutien au mouvement #MeToo, l’actrice de 28 ans Sri Reddy s’est déshabillée en public. Un geste militant lourd de conséquences pour cette jeune femme aujourd’hui expulsée de son logement, condamnée et traitée en paria.
DR - Cheek Magazine
DR