Ce qui se passe ailleurs

Royaume-Uni

Polémique chez L'Oréal après les propos anti-blancs d'une mannequin transgenre

L’Oréal vient d’interrompre son contrat avec Munroe Bergdorf pour désaccord avec ses propos dénonçant la “violence raciale des blancs” suite aux événements de Charlottesville cet été.
Instagram / @munroebergdorf
Instagram / @munroebergdorf

Instagram / @munroebergdorf


C’était la première fois qu’une mannequin noire et transgenre participait à une campagne pour L’Oréal. Mais le géant des cosmétiques a décidé d’annuler son contrat avec Munroe Bergdorf vendredi, suite à une publication jugée raciste et anti-blancs, diffusée sur Facebook par la jeune femme. Les propos à l’origine de la polémique ont été partagés sur le réseau social par la Britannique de 29 ans en réaction aux événements de Charlottesville et à la mort de Heather Heyer, militante anti-raciste tuée par un sympathisant néo-nazi le 12 août dernier.

Munroe Bergdorf écrivait alors: “Franchement, je n’ai plus l’énergie de parler de la violence raciale des blancs. Oui, de TOUS les blancs. Parce que la plupart d’entre vous ne réalisent même pas, ou refusent d’admettre que votre existence, vos privilèges et votre succès en tant que race sont bâtis sur le dos, le sang et la mort de personnes de couleur. Votre existence toute entière est baignée de racisme. Des micro-agressions au terrorisme. Vous êtes à l’origine de cette merde.” Le message a depuis été supprimé de Facebook, mais est disponible dans la version britannique de Metro

L’Oréal collaborait avec la mannequin dans le cadre de la campagne pour les fonds de teint True Match, avec pour objectif de promouvoir la diversité et de faire la promotion de nouvelles teintes sur le marché anglais.

Vendredi, l’entreprise à réagi en expliquant qu’elle se séparait de la jeune femme: “Les propos de Munroe Bergdorf sont en désaccord avec nos valeurs, nous avons donc décidé de mettre fin à notre collaboration avec elle.”

 

L’Oréal champions diversity. Comments by Munroe Bergdorf are at odds with our values and so we have decided to end our partnership with her.

— L’Oréal Paris UK (@LOrealParisUK) 1 septembre 2017

 

En réaction, Munroe Bergdorf a tenu à recontextualiser ses propos dans une longue publication Facebook, supprimée du site mais retranscrite dans un article de Metro. Elle déclare: “Quand je disais que ‘tous les blancs étaient racistes’, j’expliquais le fait que la société occidentale dans son intégralité, est un système profondément enraciné dans la suprématie blanche, créée pour bénéficier, avantager et protéger les personnes blanches avant les autres races. À leur insu, les personnes blanches sont conditionnées pour être racistes dès leur naissance. Ce n’est pas quelque chose de génétique, personne ne naît raciste”. Elle en a également profité pour vivement critiquer L’Oréal qu’elle appelle à boycotter et qu’elle accuse d’hypocrisie: “Souris dans une campagne de beauté se faisant le chantre de la diversité. Mais ne parle pas du fait que le manque de diversité est dû au racisme ni des origines du racisme ou ça te coûtera ton travail […] Cette marque de cosmétiques ne se préoccupe que d’ARGENT. Je vous encourage à boycotter L’Oréal Paris”.

Margot Cherrid


5. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Instagram / @munroebergdorf - Cheek Magazine
Instagram / @munroebergdorf

6. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Instagram / @munroebergdorf - Cheek Magazine
Instagram / @munroebergdorf

7. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
Instagram / @munroebergdorf - Cheek Magazine
Instagram / @munroebergdorf