Ce qui se passe ailleurs

États-Unis

Sur Twitter, Serena Williams accuse l'agence antidopage américaine de discrimination

Dans une série de tweets publiés mardi 24 juillet, la tenniswoman américaine dénonce la fréquence élevée à laquelle elle subit des tests antidopage, pourtant censés être aléatoires.
Instagram / @serenawilliams
Instagram / @serenawilliams

Instagram / @serenawilliams


C’est le moment de la journée où je passe un contrôle antidopage de façon ‘aléatoire, et que seule Serena est testée.” Mardi 24 juillet, la joueuse de tennis américaine Serena Williams a poussé un coup de gueule sur Twitter. Dans une série de tweets, la sportive de 36 ans s’attaque à l’agence antidopage américaine et s’interroge sur la fréquence des contrôles qu’elle subit et qui font désormais partie de son quotidien. “Il a été prouvé que je suis la joueuse qui doit subir le plus de contrôles, souligne-t-elle. Discrimination? Je pense, oui. Au moins, quand on regarde mes résultats, on se dit que le tennis est un sport clean. #RestonsPositifs.

Visiblement très impressionnée par les dernières performances de la principale intéressée, revenue sur le terrain en février dernier, cinq mois seulement après avoir donné naissance à sa fille, l’organisation sportive chargée de lutter contre le dopage semble également très soupçonneuse. Comme le rapporte le HuffPost, Serena Williams aurait passé cinq tests antidopage en 2018. C’est deux fois plus que les autres joueuses américaines. 

Déjà visée dans le passé par des discriminations sexistes concernant son style vestimentaire, celle qui est devenue une vraie légende dans son sport en remportant 23 titres du Grand Chelem en simple, ne se laisse pas démonter et conclut: “Je suis prête à faire ce qu’il faut pour que mon sport ne soit pas perverti par le dopage, venez, je vous attends. J’ai hâte.

 

 

Margot Cherrid