Ce qui se passe ailleurs

États-Unis

Tuerie de Santa Barbara: un acte misogyne, selon le Guardian

Cheek passe en revue (de Web) une actu internationale.
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger

Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger


Vendredi 23 mai à Santa Barbara, aux abords du campus de l’université de Californie, Elliot Rodger, 22 ans, a tué six personnes -tandis que 13 autres sont encore à l’hôpital- puis s’est suicidé. Si la presse a principalement mis en avant l’état de santé mentale fragile de Rodger et soulevé la récurrente question du port d’armes aux États-Unis, une journaliste américaine fait entendre une autre voix. Dans une tribune publiée sur le site du Guardian US, Jessica Valenti, fondatrice du site feministing.com, met en avant le rôle de la misogynie dans cette tuerie. 

Dans son argumentaire, elle commence par citer les propos tenus par le jeune homme dans l’une des nombreuses vidéos YouTube où il annonçait son passage à l’acte: “Il expose calmement qu’il va ‘massacrer jusqu’à la dernière blonde gâtée pourrie et prétentieuse qu'[il verra]’”, écrit-elle, avant d’expliquer: “Si le rôle qu’a joué la supposée mauvaise santé mentale de Rodger reste flou, le rôle de la misogynie est, lui, évident.”

 

Elle explique ensuite que le tueur était supposément actif sur un forum masculiniste et abonné à plusieurs chaînes YouTube rattachées à ce mouvement. “Le langage qu’utilise Rodger contre les femmes dans ses vidéos -comme se définir en tant que “mâle alpha”- est un discours commun dans ce genre de cercles.” 

En conclusion, la journaliste rappelle que la famille de Rodger, alertée par ces vidéos, avait prévenu la police des semaines avant la tuerie. Et pointe du doigt la responsabilité d’une société qui légitime la misogynie. “La violence contre les femmes ne doit pas être inévitable, elle est presque toujours prévisible: ce qui importe, c’est ce que nous faisons à ce sujet.”

Sur Twitter, des milliers de femmes lui ont depuis emboîté le pas et dénoncent, avec le hashtag #YesAllWomen, la misogynie dont elles sont victimes au quotidien. 

L.D.L et F.K.


1. Légalisation de l'IVG: les Argentines se mobilisent en masse

Les rues de Buenos Aires étaient noires de monde hier lors de la première manifestation de 2020 en faveur de la légalisation de l’avortement, que les Argentines espèrent enfin arracher cette année. 
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger

3. La journaliste Hajar Raissouni jugée pour avortement illégal au Maroc

Arrêtée il y a un mois et accusée d’avoir pratiqué un avortement illégal, la journaliste Hajar Raissouni est jugée aujourd’hui à Rabat et risque deux ans de prison ferme. 
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger

4. Le président du parlement néo-zélandais donne le biberon en séance

Les images de Trevor Mallard, le président du parlement néo-zélandais, en train de donner le biberon au perchoir font le tour du monde.
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger

6. Cheek Magazine existe désormais en Argentine

On peut maintenant lire Cheek Magazine dans une version argentine, signe que le féminisme latino est toujours en pleine effervescence.
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger

7. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “Retribution”, d'Elliot Rodger