société

La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
instagram/womb.to.bloom
instagram/womb.to.bloom

instagram/womb.to.bloom


La césarienne, cette opération chirurgicale qui consiste à inciser le bas du ventre de la femme pour permettre le passage du bébé, est rarement bien vécue par les mères. Demandez-leur! La  plupart vous répondront “Je n’ai pas accouché, j’ai été opéré d’un bébé”, ou encore “On m’a volé la naissance de mon enfant”. Il faut dire que, dans un cas sur deux, la césarienne est pratiquée dans l’urgence, alors que l’accouchement par voie basse s’avère médicalement impossible. Seule une césarienne sur trois est programmée à l’avance, le plus souvent pour des raisons médicales (antécédent de césarienne, grossesses multiples, etc).

Certaines femmes, et c’est marginal, en font elles-mêmes la demande. Parce qu’elles ont subi des violences sexuelles, parce qu’elles veulent garder le contrôle de leur calendrier, ou parce qu’elles ont peur de l’accouchement par voie basse. C’est le cas d’Émilie, 32 ans. En août dernier, cette jeune mère accouche de son premier enfant par césarienne. Ce mode d’accouchement, il a fallu qu’elle se batte pour l’obtenir. “Pour moi, c’était une évidence depuis toujours. Je voulais accoucher par césarienne, et naïvement, je n’ai jamais imaginé que ce serait si difficile de me faire entendre.” Depuis l’adolescence, Émilie vit chaque examen gynécologique comme une souffrance, une “agression sexuelle”. “Prendre rendez-vous chez le gynéco, c’est un stress impossible à gérer. Vous vous mettez nue, vous écartez les jambes et on va trifouiller là-dedans. J’ai toujours vécu cela comme un traumatisme. Alors quand j’ai décidé d’avoir un enfant, pour moi la césarienne s’est imposée comme une obligation”, raconte-t-elle.

 

“Tu rencontreras le prince charmant et tu accoucheras par voie basse”

Seulement, en France, les choses ne sont pas si simples. Si, dans des pays comme le Brésil, la Turquie, la Chine ou les États-Unis, la pratique de la césarienne s’est banalisée et représente près d’une naissance sur deux, dans l’Hexagone, on ne reconnait toujours pas la césarienne comme un “vrai accouchement”. “Le discours de la société aujourd’hui, c’est ‘tu rencontreras le prince charmant, tu te marieras et tu accoucheras par voie basse’”, déplore le docteur Dr Luka Velemir. Installé en libéral à Nice depuis 2010, cet obstétricien oeuvre pour aider les futures mères à vivre leur césarienne comme un authentique accouchement. Il défend, à travers une charte, une pratique de la césarienne bienveillante.

Il est insupportable que les médecins se racontent leur week-end alors que la mère est de l’autre côté du champ opératoire, les bras en croix!

Car si la césarienne a si mauvaise presse, c’est avant tout parce qu’en France, elle est encore trop souvent pratiquée de manière surmédicalisée. Louise a accouché il y a quatre ans avec une césarienne d’urgence. Aujourd’hui encore, le souvenir de ce moment lui donne des frissons: “Rien n’est naturel dans la césarienne. J’ai tout détesté dans cette expérience. C’est une opération chirurgicale, pas une naissance. On m’a séparé de mon conjoint, j’étais seule au bloc, je sentais les mains des médecins dans mon ventre et je hurlais sans que personne ne prenne le temps de m’expliquer la procédure, et surtout, on ne m’a pas laissé tenir mon bébé dans mes bras. J’ai attendu des heures en salle de réveil avant de pouvoir enfin le toucher.

C’est précisément ce contre quoi veut lutter Luka Velemir. Pour lui, il est important d’“humaniser la césarienne”. Cela passe, selon lui, par une série de changements des pratiques du personnel médical et soignant, qu’il a théorisés sous forme de charte pour une pratique bienveillante de la césarienne. On peut retenir de ce texte l’importance de la présence des conjoint.e.s, la nécessité du peau à peau entre la mère et l’enfant, l’attitude plus respectueuse du personnel soignant -“Il est insupportable que les médecins se racontent leur week-end alors que la mère est de l’autre côté du champ opératoire, les bras en croix!”, s’insurge le médecin- et l’adoption d’une technique d’incision moins invasive et permettant une cicatrisation plus rapide.

 

“La césarienne est vécue comme une double sanction”

Cette humanisation de la césarienne est le cheval de bataille de l’association Césarine depuis de nombreuses années. Isabelle Bianchi, sa présidente, explique: “La césarienne est vécue comme une double sanction. Non seulement on subit une chirurgie, mais en plus, on est séparé de son conjoint, de son bébé… Mais si c’est correctement pratiqué, la césarienne peut s’avérer très proche d’un accouchement par voie basse!

À chaque fois que je disais que je voulais accoucher par césarienne, je sentais qu’on me jugeait, qu’on me prenait pour une ‘chochotte’.

Pourtant, elle le rappelle: en l’absence de raison médicale, l’OMS recommande d’accoucher par voie basse. La césarienne présente en effet des risques plus élevés pour la mère -hémorragie du post-partum, rupture utérine- comme pour l’enfant -risque d’allergie, d’asthme, etc. Malgré cela, “le risque n’est pas si élevé que ça, et il serait bien que les femmes aient le choix”.

Émilie en a fait l’expérience: rien n’est plus difficile aujourd’hui en France que de réclamer une césarienne. Tout le monde, dans son entourage comme du côté des médecins, a tenté de l’en dissuader. Ce n’est qu’après des mois de demandes réitérées auprès de l’hôpital, et la réunion d’un “conseil médical”, que la jeune mère a obtenu gain de cause. “À chaque fois que je disais que je voulais accoucher par césarienne, je sentais qu’on me jugeait, qu’on me prenait pour une ‘chochotte’. Pourtant, en 2018, nous devrions pouvoir choisir! Choisir d’avoir un enfant, ou pas. De l’allaiter,ou pas. D’accoucher par voie basse, ou pas…”, s’indigne-t-elle. Émilie a finalement accouché par césarienne, et tout s’est bien passé parce que “ça s’est passé comme je le souhaitais. Comme je l’avais décidé”. C’est aussi ce que je pense Luka Velemir: “L’accouchement idéal, c’est l’accouchement heureux pour tout le monde: mère, enfant et conjoint.e!

Caroline Langlois


1. Comment Kamala Harris révolutionne les représentations du couple et de la famille

Depuis la victoire de Joe Biden à l’élection américaine, on ne cesse de répéter à quel point la future vice-présidente démocrate Kamala Harris est une pionnière. C’est aussi vrai dans sa vie privée et elle le prouve en accédant à la Maison Blanche en étant restée célibataire très longtemps et sans avoir eu d’enfants. Décryptage.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom

2. Chez Désirée, elles remettent la fleur française au cœur du bouquet

À la tête de Désirée, premier café-fleuriste de Paris à ne travailler que des fleurs françaises et de saison, Mathilde Bignon et Audrey Venant, 33 et 34 ans, prônent une vision de la fleur libre et engagée. Rencontre avec ces deux jeunes femmes qui veulent faire bouger les lignes de l’horticulture française et racontent leur aventure dans un livre, co-écrit avec l’horticultrice urbaine Masami Charlotte Lavault.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom

3. Face à la crise du Covid, les jeunes femmes se politisent

Alors que le Covid-19 et ses effets sur la vie sociale ou économique ont bouleversé leur quotidien, ces étudiantes sont plus que jamais décidées à changer le monde.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom

4. Sarah Frikh, la lanceuse d’alerte pour les femmes SDF

Initiatrice du mouvement Réchauffons Nos SDF, aujourd’hui constitué en association, et autrice de la pétition Des centres d’hébergement pour les femmes SDF, Sarah Frikh, ancienne enquêtrice et négociatrice dans une grande radio nationale, mobilise aujourd’hui plus de 400 000 personnes autour d’une même cause: la mise à l’abri de femmes et d’enfants vivant dans la rue.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom

5. Elles sont féministes et ont fait de la chirurgie esthétique

Elles sont féministes, ont reçu des implants mammaires, demandé des injections de botox ou fait réduire leurs poitrines, et elles le vivent plutôt bien. Témoignages.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom

6. 4 raisons supplémentaires d’être fan de Megan Rapinoe

Dans son autobiographie, One life, la footballeuse américaine Megan Rapinoe retrace son inspirant parcours personnel, professionnel et militant. On a sélectionné dans son récit quatre raisons, s’il en fallait encore, d’admirer cette joueuse de football déterminée et fière.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom

7. Lassées des “petits pas pour la planète”, elles réinventent l’engagement écolo

Elles sont blogueuses zéro déchet, adepte d’agriculture urbaine, fondatrices d’un collectif écoféministe… Et elles refusent de se contenter de petits gestes qui sur-responsabilisent les citoyen·ne·s sans amorcer de changement à la hauteur. Enquête.
instagram/womb.to.bloom - Cheek Magazine
instagram/womb.to.bloom