société

Interview

Pour la première fois, un char “gouine-trans” défilera à la Marche des Fiertés

À l’occasion de la Marche des Fiertés prévue le 30 juin à Paris, un groupe a décidé de créer Gouine-Trans A(n)gora, un projet pour dénoncer l’invisibilisation des lesbiennes et personnes trans. Nous avons interviewé Maud Berbille, l’une des participantes à cette importante initiative.
© Sophie Morello
© Sophie Morello

© Sophie Morello


Notre char est le fruit d’une réflexion menée autour de la nécessité d’innover, de repolitiser la Marche et d’atteindre par nos performances et avec notre message les participant·e·s de la Marche des fiertés, hétéros comme gays.” Voici les objectifs annoncés par les créatrices et créateurs de Gouine-Trans A(n)gora, le premier “char gouine-trans” de l’histoire de la Marche des Fiertés parisienne, qui défilera samedi 30 juin. Lors de la dernière édition, l’événement avait réuni plus de 80 chars gays, contre un seul char lesbien: le Lesbotruck.

PMA pour toutes, liberté et gratuité du changement d’état civil ou encore dépsychiatrisation de la transidentité font partie des revendications portées par le groupe “aux identités plurielles: trans, PD, gouines, grosses, vieux,…” à l’origine du projet, selon leurs propres mots. Pour décupler la portée de leur action et interroger le plus grand nombre de personnes possible sur la question du manque de visibilité des lesbiennes et des trans, l’initiative sera accompagnée de la sortie d’un documentaire, portant lui aussi le nom de Gouine-Trans A(n)gora. “Nous voulons montrer que malgré notre invisibilité -aucune chaîne ne nous a d’ailleurs pré-acheté·e·s-, nous agissons et nous nous réapproprions un espace de parole, explique Maud Berbille, qui participera à sa première Marche des Fiertés depuis le char Gouine-Trans A(n)gora.  Le résultat final sera diffusé dans les festivals. Il fera le tour du monde.” Cette optimiste de 31 ans poursuit en décrivant la position du char dans le cortège, “pile au milieu”, et sa volonté de “faire beaucoup de bruit”.

Pour financer ce beau projet qui a pour slogan “Les gouines et les trans ensemble à la  marche des fiertés”, le groupe a organisé  deux soirées de soutien au Rosa Bonheur et à la Java. Ils et elles ont également pu compter sur l’aide de la LIG (Lesbiennes d’Intérêt Général) et de la salle de sport et de cycling Dynamo. Nous avons discuté avec Maud Berbille de la volonté de Gouine-Trans A(n)gora de repolitiser la Marche, de la position de la ville de Paris dans la lutte contre l’homophobie et de l’absence de visibilité des lesbiennes dans la société.

©Noémie Coisse

Comment est née l’idée de Gouine-Trans A(n)gora? 

C’est Sophie Morello, l’organisatrice et programmatrice des soirées Kidnapping qui est à l’origine de ce projet. L’idée lui est venue après avoir mixé l’année dernière sur le seul char lesbien de la Marche des Fiertés 2017: le Lesbotruck. Sur 80 chars présents, un seul représentait les lesbiennes et leurs revendications, notamment l’accès à la PMA pour les couples homos. Elle s’est donc donné comme objectif de “doubler notre visibilité” pour l’édition 2018.

Pourquoi avoir choisi d’employer le mot “gouine” et non “lesbienne” pour le nom de votre char? 

En utilisant le mot “gouine”, on se réapproprie un terme à connotation négative. Ce qualificatif résonne également de façon plus politisée et engagée que “lesbienne”, qui est invisibilisé dans la société. Avec “gouine”, on est sûr·e·s de faire réagir. Et puis c’est de cette façon qu’on s’appelle entre nous.

Quels profils de personnes retrouve-t-on dans votre groupe?

Nous sommes un groupe de personnes qui ont un regard politisé sur la société, même s’il n’est pas forcément centré sur la communauté LGBTQ+. Parmi nous, il y a par exemple une membre des Femen et une militante du collectif Gras Politique. Nous avons également eu à cœur de représenter plusieurs générations, notamment concernant la question de la PMA, pour recueillir différents points de vue sur l’impact de ce type de bouleversement sur la construction de notre identité. Si au départ notre groupe ne comptait pas de trans ou de gender fluids, nous avons réalisé au fil de nos rencontres et discussions que ces personnes étaient encore plus sous-représentées et invisibilisées que les lesbiennes. On a donc proposé à certaines d’entre elles de nous rejoindre. 

Concrètement, que va t-il se passer sur votre char pendant la Marche des fiertés?

Notre char a été imaginé comme un espace politique où auront lieu une quinzaine de performances assurées par des performers queer et des collectifs qui ont répondu à notre appel. Le tout pendant trois heures et avec un des plus gros systèmes son de la Marche! Nous organiserons aussi des prises de parole, comme celle des Dégommeuses ou de la LIG sur le sujet du “vieillir lesbienne”. On a également tout donné en ce qui concerne la déco et les canons à confettis. 

“Créer un char demande des moyens, alors que les trans font partie des personnes les plus précaires dans la société française.”

Comment expliquer l’absence de chars trans à la Marche des Fiertés jusqu’à l’édition 2018?

Créer un char demande des moyens, alors que les trans font partie des personnes les plus précaires dans la société française. Les raisons sont diverses et comprennent la discrimination à l’embauche comme les sommes déboursées pour changer d’état civil ou les frais médicaux engendrés par d’éventuelles opérations.

©Maud Berbille

Qu’en est-il des lesbiennes, sous-représentées à la Marche des Fiertés?

Les chars sont en général financés par des collectifs, des partis politiques ou des entreprises privées. Les femmes étant en minorité quasiment dans toutes les structures évoquées, les chars lesbiens sont logiquement moins représentés. On peut quand même préciser que dans le passé, quelques chars lesbiens ont pu exister comme celui du Pulp, et du Troisième Lieu.

“La ville de Paris est plus dans une opération marketing pour offrir une vitrine inclusive à la capitale que dans un engagement réel.”

Est-ce symptomatique  d’une sous-représentation globale des lesbiennes et trans dans la société par rapport aux gays? 

Oui, et il suffit d’aller faire un tour dans le Marais et de comparer le nombre de bars gays au nombre de bars lesbiens pour en avoir un aperçu. Les gays sont également une cible marketing plus forte, sont plus représentés dans les médias et le nombre de coming-out est plus important chez eux que chez les lesbiennes. Ces dernières sont invisibles dans l’espace public. On s’en accommode en général, mais quand il faut porter des projets comme la légalisation de la PMA pour toutes en France, promise depuis 2011, on doit pouvoir se faire entendre, montrer qu’on existe et qu’on a autant de droits que les hétéros. 

Cette année, la ville de Paris aura un char pour la première fois. Qu’en pensez-vous?

C’est très bien que la ville de Paris, qui se revendique capitale queer, se positionne ouvertement contre l’homophobie. Mais il faudrait que ce soutien à la communauté se fasse sur le long terme et pas seulement à l’approche des Gay Games 2018, qui d’ailleurs demandent une inscription de 150 euros, et auxquels se rendent essentiellement des hommes blancs CSP+. On est plus dans une opération marketing pour offrir une vitrine inclusive à la capitale que dans un engagement réel. Il y a beaucoup de choses à faire évoluer au sein même de la ville. Les homosexuel·le·s sont encore victimes de violences, même symboliques, comme les tags homophobes et l’effacement des passages piétons rainbow flag qui ont eu lieu cette semaine dans la capitale.

J’aimerais ajouter une remarque. Cette année, l’Inter-LGBT, qui organise la Marche des Fiertés et choisit donc l’ordre de passage, a décidé de relayer Aides et Act Up en fin de cortège (Ndlr: Act Up a publié un communiqué sur le sujet, intitulé: Le fric devant, le sida derrière!). Ce sont les associations qui combattent les discriminations sportives et correspondent donc au thème du défilé de cette année -“Les discriminations au tapis, dans le sport comme dans nos vies!”- qui seront en tête. Nous trouvons que c’est une façon de mettre de côté des combats toujours d’actualité, comme celui de la PMA pour toutes. Un appel au blocage et à une re-politisation de la Marche circule d’ailleurs en ce moment. 

Propos recueillis par Margot Cherrid


1. “Kiffe ta race”, le podcast qui traite des questions raciales sans tabou

Dans ce nouveau podcast intitulé Kiffe ta race et produit par Binge Audio, Rokhaya Diallo et Grace Ly évoquent les questions raciales dans une discussion détendue et partagent leurs expériences personnelles. 
© Sophie Morello - Cheek Magazine
© Sophie Morello

7. Témoignage: “A 30 ans, on m'a diagnostiqué un cancer du sein”

Sophie, 36 ans, a été diagnostiquée il y a six ans. Un cancer du sein, à son jeune âge, n’est pas courant. Devenue mère après sa guérison, la trentenaire n’a jamais été en conflit avec ce corps qui a tant changé pendant la maladie. Elle raconte.
© Sophie Morello - Cheek Magazine
© Sophie Morello