société

Charge mentale en vacances: “Je me suis transformée en tour opératrice pour mon copain”

De la gestion du budget au choix de la destination, en passant par celui de l’itinéraire, des logements, des transports, des restaurants, ou encore des activités et des visites culturelles… L’organisation d’un voyage est loin d’être de tout repos. Si l’on parle de plus en plus de l’inégale répartition de la charge mentale au sein des couples hétérosexuels au quotidien, celle-ci se ressent d’autant plus en période de congés. Témoignages.  
“Premières vacances” © The Film
“Premières vacances” © The Film

“Premières vacances” © The Film


La charge mentale ne prend pas de vacances. Popularisée par l’illustratrice Emma en mai 2017 dans sa bande dessinée Fallait demander, cette notion a récemment fait son apparition dans le Petit Larousse. Définie comme “le poids psychologique que fait peser -plus particulièrement sur les femmes- la gestion des tâches domestiques et éducatives, la charge mentale reste associée au foyer et aux tâches qui y sont liées, telles que le ménage, l’administratif, la comptabilité et les obligations parentales. Pourtant, son inégale répartition au sein des couples hétérosexuels ne s’arrête pas aux frontières du quotidien. Du choix de la destination à celui des dates, en passant par le mode de transport et le programme sur place… Je passe des heures à éplucher les vols, les logements, les guides touristiques et les blogs, énumère Amélie, 37 ans, en couple depuis 10 ans. En faisant ce travail d’organisation en amont, je peux profiter des vacances une fois sur place.” Qu’elles aient la vingtaine ou la trentaine, qu’elles soient mariées ou non, avec ou sans enfants; pour l’organisation des vacances, chacune porte intégralement la charge mentale de son couple.

Avant de partir en voyage, mon mari ne se préoccupe pas du tout de ce que l’on fera ni verra; il me demande juste les dates auxquelles poser ses congés, raconte ainsi Ophélie, une mère de famille de 32 ans. Le reste, c’est moi qui gère.” Si je devais attendre que mon copain propose de partir en vacances ou réserve quelque chose, j’attendrais longtemps, surenchérit Caroline, 27 ans, en couple depuis sept ans. Comme je n’ai pas le choix, je prends les devants et je m’occupe de tout. Quand on a fait un roadtrip en Italie, mon ex ne s’était renseigné sur rien, il se laissait porter, se remémore Camille, 24 ans, restée en couple pendant sept ans. Je me suis transformée en tour opératrice.”

 

“On a les vacances qui nous ressemblent”

Si elles le ressentent particulièrement en vacances, ces femmes portent également le poids de la charge mentale au quotidien. “Avec mon conjoint, c’est notre seul sujet de conflit récurrent, regrette Amélie. Même son de cloche chez Caroline, qui se définit comme une “sorte d’agenda humain. Pour Laure, 27 ans, la charge devenait tellement pesante qu’elle a contribué à sa rupture avec son ex-copain, avec qui elle est restée cinq ans. J’avais l’impression d’être sa secrétaire, raconte pour sa part Maureen*, 29 ans, au sujet de son ex, avec qui elle a passé six années de sa vie. Enfin, tandis qu’Ophélie a “toujours vécu la charge mentale, Justine, 29 ans, doit préparer les listes de courses pour son conjoint, et Laurence, 49 ans, est la tête pensante de la maison.

En général, comme les femmes sont plutôt chargées de l’organisation des loisirs et des sorties dans la vie courante, la charge mentale s’exprime pleinement en période de congés.

Il n’y a pas de raison que la situation s’inverse pendant les vacances, estime Marie Duru-Bellat, sociologue et autrice de La Tyrannie du genre. En général, comme les femmes sont plutôt chargées de l’organisation des loisirs et des sorties dans la vie courante, la charge mentale s’exprime pleinement en période de congés. On a les vacances qui nous ressemblent.” Pourtant, ce n’est pas faute de tenter de répartir la charge. “Après notre roadtrip en Italie, j’ai dit à mon ex que j’aurais aimé qu’il prenne davantage sa part, explique Camille, qui avait déjà essayé -sans succès- d’investir son compagnon de l’époque dans l’organisation du voyage. Pour les vacances qui ont suivi, il y a eu une légère amélioration: il inclinait la tête quand je lui montrais quelque chose…”.

 

“Tu sais faire, moi non”

De son côté, Justine a récemment fait part à son copain de son envie de partir pour le week-end de son anniversaire. “Je lui ai dit que j’aimerais qu’il s’en occupe, pour que j’aie la surprise, rapporte la vingtenaire. Il m’a répondu: ‘C’est toi qui organise les vacances, c’est toi qui sais faire. Puis, tu ne seras pas satisfaite car ce ne sera pas le programme que tu auras choisi’. La charge mentale que je porte pour les vacances est tellement énorme que mon copain en est venu à penser qu’il ne peut pas organiser un week-end seul car cela me ‘priverait’ de mon ‘plaisir’ de le faire. Pour moi, devoir penser à tout est surtout devenu une corvée.”

Charge mentale en vacances: “Je me suis transformée en tour opératrice pour mon copain”

Premières vacances © The Film

Le conjoint de Justine est loin d’être le seul à se réfugier derrière des prétextes. “C’était ton travail avant. Tu sais faire, moi non, dixit le mari de Laurence. Mais toi, tu aimes ça, répond le conjoint de Lise, une jeune trentenaire, lorsqu’elle lui dit qu’elle aimerait qu’il se laisse moins porter en voyage. Je n’ai pas voulu m’en occuper parce que je voulais avoir la surprise de ce qu’on allait faire, rapporte Maureen en citant son ex, avec qui elle a récemment reparlé du voyage d’un mois au Japon qu’elle avait entièrement organisé l’an dernier. Entre mes potes et mon boulot, je n’ai pas le temps d’y penser; au pire on décidera au dernier moment, dixit le conjoint de Laure, qui précise avoir testé le ‘dernier moment’ et que cela s’était résumé à ne rien faire. Quand je demande à mon copain de regarder les logements avec moi, il me dit: ‘Choisis, tout me conviendra’, relate Caroline. Au moins, il n’est jamais chiant, mais c’est une manière de se décharger.”

 

Derrière la charge mentale, le poids des stéréotypes de genre

Prétextes en pagaille, difficultés à saisir le concept de la charge mentale… Le poids des stéréotypes de genre est très présent, analyse Marie Duru-Bellat, en prenant un exemple de la vie quotidienne: Certains hommes pensent qu’ils sont moins compétents que les femmes pour repasser alors que ces dernières auront tendance à croire qu’elles le sont moins pour changer la roue d’une voiture. Il y a une part de vérité car ils et elles ont été élevé·e·s différemment. On prépare les enfants à des activités différentes, donc, dans leur vie d’adulte, il y aura un moment où ils et elles auront plus de mal à en faire certaines.

Axel*, 29 ans, en couple depuis deux ans, opine. Mes parents ont toujours été très équitables dans la répartition des tâches mais c’est vrai que ma mère portait toute la charge mentale, observe le vingtenaire. Quand elle faisait quelque chose pour moi et le faisait bien, j’ai peut-être pris l’habitude de me reposer sur elle sans me questionner. Je pense que je reproduis ce schéma avec ma copine: j’ai déjà voyagé seul donc je sais faire, mais je la laisse prendre les initiatives, d’autant plus qu’elle le fait très bien. Si elle n’y arrivait pas, je l’aiderais.” Axel est très sensibilisé aux thématiques féministes, de même que le conjoint de Caroline, celui de Justine, ou encore d’Amélie. Pourquoi les changements sont-ils donc si difficiles à opérer? On ne fait pas toujours ce que l’on veut: des modèles sociologiques nous déterminent, même en étant bien informé·e·s sur ces questions, souligne Marie Duru-Bellat.

 

Conscientiser, au risque de se transformer en parent

Si l’émancipation du poids de millénaires de stéréotypes de genre s’avère longue, rien n’est perdu. Outre la solution radicale de partir en vacances séparément, la conscientisation est la clé pour initier les changements. C’est peut-être plus facile de commencer dans la vie quotidienne car les vacances ne sont pas le moment idéal pour bouleverser son mode de fonctionnement, estime Marie Duru-Bellat. La sociologue suggère par exemple aux femmes d’écrire noir sur blanc la liste de tout ce qu’elles ont à penser et faire au quotidien puis répéter l’opération pour l’organisation des dernières vacances du couple, afin que leur conjoint réalise l’ampleur de la charge mentale.

Sur le long terme, la répartition de la charge mentale évoluera positivement.

Une pédagogie parfois à double tranchant. À un moment, je n’ai plus eu envie d’éduquer mon ex, ni de devoir prendre la place d’une mère, souffle Laure. Mon conjoint comprend quand je lui explique le principe de la charge mentale; il entend le fait qu’il doit lui aussi être acteur mais ne sait pas le mettre en pratique, surenchérit Amélie. À 37 ans, j’ai l’impression de devoir l’éduquer.” Malgré ces récits peu engageants, Marie Duru-Bellat est optimiste. Sur le long terme, la répartition de la charge mentale évoluera positivement, estime la sociologue. Outre le fait de se libérer d’un poids, il s’agit d’enrayer les modèles inégalitaires qui se perpétuent malgré nous. Pour veiller à ce que ce soit le cas, ne rien céder.

Floriane Valdayron

* Le prénom a été changé.


1. Enora Malagré: “Il faut dire que l’endométriose pourrit la vie!”

Dans un témoignage aux allures d’essai politique, Enora Malagré revient sur ses années d’errance médicale et de souffrance et raconte sa cohabitation difficile avec l’endométriose, une maladie qui touche environ une femme sur dix en France. 
“Premières vacances” © The Film - Cheek Magazine
“Premières vacances” © The Film

2. Sophia Aram rit jaune sur la polémique autour du voile

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce billet de Sophia Aram qui revient sur la polémique chère à la France autour du port du voile dans les lieux publics. 
“Premières vacances” © The Film - Cheek Magazine
“Premières vacances” © The Film

4. Que disent de notre société les rumeurs de grossesse chez les célébrités?

Jennifer Aniston, Camila Cabello ou encore Rihanna… Nombre de célébrités voient leurs corps et leurs poids scrutés sous tous les angles, dans le but de détecter une éventuelle grossesse. Un procédé ne datant pas d’hier, qui enferme les femmes dans ce que la société attend d’elles.
“Premières vacances” © The Film - Cheek Magazine
“Premières vacances” © The Film

6. Guillaume Meurice se paye les anti-PMA et c'est très drôle

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Guillaume Meurice qui livre son compte-rendu de la manifestation anti-PMA. 
“Premières vacances” © The Film - Cheek Magazine
“Premières vacances” © The Film

7. Enora Malagré raconte comment l'endométriose a pu lui gâcher la vie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce témoignage d’Enora Malagré pour le Huffington Post, où elle raconte comment l’endométriose lui a gâché son Festival de Cannes. 
“Premières vacances” © The Film - Cheek Magazine
“Premières vacances” © The Film