société

Le Cheek Point

Après la charge mentale et émotionnelle, voici la charge sexuelle

On a lu pour vous cet article sur la charge sexuelle publié sur le site de Slate et on vous le conseille fortement. 
Capture d'écran de “Pretty Woman”
Capture d'écran de “Pretty Woman”

Capture d'écran de “Pretty Woman”


Vous vous préparez avec soin pour échauffer votre conjoint. C’est vous qui prenez rendez-vous en cas de maladie sexuellement transmissible. Vous vous inquiétez du plaisir de votre partenaire plus que du vôtre. Félicitations, vous êtes une femme en couple hétérosexuel.

Les concepts de charge mentale et de charge émotionnelle (‘emotional labor’ en anglais), popularisés en France par la bédéaste Emma depuis 2017 ont éveillé les consciences face à l’inégale répartition de la logistique et du travail domestique dans les foyers mais, aussi, au souci plus intangible de l’autre et de ses émotions. Une division sexuelle du travail qui hiérarchise d’un côté les activités masculines valorisantes et agréables tout en reléguant aux femmes, de l’autre, la majorité des tâches ingrates, peu considérées et invisibles. Des concepts qui concernent aussi notre intimité: aux uns l’insouciance, aux autres les emmerdes?

Dans cet article publié sur le site de Slate, la journaliste Clémentine Gallot (Ndlr: collaboratrice de Cheek Magazine) analyse la charge sexuelle qui pèse sur les femmes dans les couples hétérosexuels: susciter le désir, s’occuper de la contraception ou encore s’assurer de la jouissance de l’autre sont autant de tâches qui reviennent systématiquement au sexe féminin. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
Capture d'écran de “Pretty Woman” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Pretty Woman”

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
Capture d'écran de “Pretty Woman” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Pretty Woman”

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
Capture d'écran de “Pretty Woman” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Pretty Woman”

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
Capture d'écran de “Pretty Woman” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Pretty Woman”

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
Capture d'écran de “Pretty Woman” - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Pretty Woman”