société

Le Cheek point

La lettre d'adieu de l'illustratrice Muriel Douru à Paris

On a lu ça pour vous et on vous le conseille. 
© Muriel Douru
© Muriel Douru

© Muriel Douru


“Chère amie, cela fait maintenant 20 ans que je vis avec toi. Nous sommes un vieux couple et je peux donc être tout à fait sincère avec toi. Tu m’as donné beaucoup de bonheur, c’est grâce à toi que j’ai trouvé du travail, que j’ai rencontré l’amour et mes merveilleux amis. Quand je t’ai connue, tu m’impressionnais grandement…”

C’est par ces mots, et par une ribambelle de dessins, que l’illustratrice Muriel Douru fait ses adieux à la capitale, dans un post intitulé Paris je t’aime mais je te quitte et relayé par le Huffington Post. Repérée pour ses posts engagés contre l’homophobie ou pour le végétarisme, Muriel Douru signe une BD en ligne pleine de douceur et de poésie pour expliquer son rapport à Paris et son départ vers d’autres horizons.

A lire (et à regarder) le plus vite possible sur le blog de Muriel Douru


1. Pompes funèbres dépassées, hôpitaux de fortune: Sara, Madrilène, raconte son confinement en Espagne

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappé·e·s de plein fouet par l’épidémie. En Espagne, le nombre de morts du Covid-19 a dépassé  celui de la Chine. Pour Cheek, Sara, 22 ans, étudiante en philologie et habitante de Madrid, raconte le quotidien entre quatre murs. La capitale comptabilise plus de la moitié des décès du pays.      
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru

2. Avec le confinement, le sexisme toutes voiles dehors

Charge mentale multipliée, injonctions à faire du sport et à continuer de s’épiler… Le confinement, plutôt que donner un répit aux femmes et à leurs corps, accentue les stéréotypes de genre.
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru

3. La pissaladière de Julia Sedefdjian

Ce n’est pas parce qu’on est confinées qu’on arrête de bien manger. Julia Sedefdjian, la plus jeune cheffe étoilée de France, nous confie sa recette de pissaladière. 
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru

4. Les femmes, ces héroïnes en première ligne de l'épidémie de Covid-19

Infirmières, auxiliaires de vie, aides à domicile, hôtesses de caisse… Souvent précaires, les métiers les plus sollicités dans ce contexte de crise sanitaire sont aussi très largement occupés par des femmes. Une situation qui appelle, plus que jamais, à valoriser le travail du “care”.
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru

5. Confinement quasi-total, optimisation de la queue au supermarché… Valentina, Milanaise, raconte son confinement en Italie

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les États-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. L’Italie est aujourd’hui le pays où les cas ainsi que le nombre de décès sont les plus nombreux. Le gouvernement a dû adopter des mesures drastiques, que décrit pour Cheek Valentina, 26 ans, qui habite Milan. Témoignage.
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru

6. Le confinement, une bonne nouvelle pour le féminisme?

On a lu pour vous cette excellente tribune de la philosophe Camille Froidevaux-Metterie sur le site de Libération et on vous la conseille fortement. 
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru

7. #Stayhome ou comment les réseaux sociaux ont gentrifié le confinement

Cours de cuisine ou de yoga, conseils de lecture, planning d’activités pour les enfants… Depuis le début du confinement, les réseaux sociaux regorgent de contenu positif, enrichissant, a priori accessible à tous. Mais pour les plus précaires, les injonctions à la positivité et les images de familles modèles peuvent être d’une extrême violence. 
© Muriel Douru - Cheek Magazine
© Muriel Douru