société

Le cheek point

Et si l'on écoutait un peu mieux la parole des femmes?

On a lu cet article de Buzzfeed qui remet en cause l’idée d’une “libération de la parole des femmes” et on vous le conseille. 
© instagram.com/christyleehughes
© instagram.com/christyleehughes

© instagram.com/christyleehughes


“‘2017, l’année qui a libéré la parole des femmes’, ‘L‘Année où la parole des femmes s’est libérée’, ‘Et la parole des femmes se libéra’. L’affaire Weinstein et ses suites, selon l’expression consacrée, ont provoqué un ouragan, à l’échelle mondiale. On sait déjà qu’il y aura un avant et un après Weinstein. Mais ‘l’année de la libération de la parole’, vraiment? A force de voir l’expression martelée en titre de journaux -y compris sur BuzzFeed– on finirait par croire qu’avant ce fameux article du New York Times révélant les accusations contre le producteur hollywoodien, les femmes préféraient se murer dans le silence. Pourtant, les femmes n’ont pas attendu ce mois d’octobre 2017 pour dénoncer les viols, le harcèlement sexuel au travail, ni pour tweeter sur le sujet. En France, on se souvient, entre autres exemples, des grandes mobilisations féministes contre le viol dans les années 1970 et 1980, des mobilisations au moment de l’affaire Dominique Strauss-Kahn puis de l’affaire Denis Baupin. Aux Etats-Unis, le témoignage d’Anita Hill avait secoué la société américaine et mis sur le devant de la scène la question du harcèlement sexuel au travail en 1991… soit il y a bientôt trente ans!”

Dans un article publié sur Buzzfeed et intitulé “Ce n’est pas la parole des femmes qui s’est libérée, c’est nous qui avons commencé à écouter”, la journaliste Marie Kirschen remet en question l’idée que la parole des femmes s’est soudainement libérée en 2017, et propose de remettre en question notre capacité d’écoute. Des institutions à la presse, en passant par les expériences individuelles, Marie Kirschen recadre le propos en mettant chacun·e face à ses responsabilités. 

A lire le plus rapidement possible sur Buzzfeed


1. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

2. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

3. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

5. Avec Carlotta With, Charlotte Crousillat revisite la cuisine végétarienne à Marseille

À 28 ans, la Marseillaise Charlotte Crousillat gère Carlotta With, un restaurant végétarien dans le 6ème arrondissement de la cité phocéenne, et entend encourager l’entreprenariat féminin dans sa ville. Elle a répondu à notre interview “Top Cheffe”. 
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

6. Caroline De Haas explique pourquoi elle met son compte Twitter en pause

La militante féministe Caroline De Haas a annoncé qu’elle allait prendre de la distance avec Twitter pour échapper à un flot de violences quotidiennes. Elle explique pourquoi le réseau social n’est “pas safe d’un point de vue mental”.
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes