société

Le cheek point

Et si l'on écoutait un peu mieux la parole des femmes?

On a lu cet article de Buzzfeed qui remet en cause l’idée d’une “libération de la parole des femmes” et on vous le conseille. 
© instagram.com/christyleehughes
© instagram.com/christyleehughes

© instagram.com/christyleehughes


“‘2017, l’année qui a libéré la parole des femmes’, ‘L‘Année où la parole des femmes s’est libérée’, ‘Et la parole des femmes se libéra’. L’affaire Weinstein et ses suites, selon l’expression consacrée, ont provoqué un ouragan, à l’échelle mondiale. On sait déjà qu’il y aura un avant et un après Weinstein. Mais ‘l’année de la libération de la parole’, vraiment? A force de voir l’expression martelée en titre de journaux -y compris sur BuzzFeed– on finirait par croire qu’avant ce fameux article du New York Times révélant les accusations contre le producteur hollywoodien, les femmes préféraient se murer dans le silence. Pourtant, les femmes n’ont pas attendu ce mois d’octobre 2017 pour dénoncer les viols, le harcèlement sexuel au travail, ni pour tweeter sur le sujet. En France, on se souvient, entre autres exemples, des grandes mobilisations féministes contre le viol dans les années 1970 et 1980, des mobilisations au moment de l’affaire Dominique Strauss-Kahn puis de l’affaire Denis Baupin. Aux Etats-Unis, le témoignage d’Anita Hill avait secoué la société américaine et mis sur le devant de la scène la question du harcèlement sexuel au travail en 1991… soit il y a bientôt trente ans!”

Dans un article publié sur Buzzfeed et intitulé “Ce n’est pas la parole des femmes qui s’est libérée, c’est nous qui avons commencé à écouter”, la journaliste Marie Kirschen remet en question l’idée que la parole des femmes s’est soudainement libérée en 2017, et propose de remettre en question notre capacité d’écoute. Des institutions à la presse, en passant par les expériences individuelles, Marie Kirschen recadre le propos en mettant chacun·e face à ses responsabilités. 

A lire le plus rapidement possible sur Buzzfeed


3. #Masaktach, le #MeToo marocain contre le harcèlement

Depuis trois mois, le hashtag #Masaktach (“je ne me tais pas”, en arabe dialectal marocain) se diffuse sur les réseaux sociaux. Derrière ce mot, une mobilisation contre les violences faites aux femmes, alors qu’une étude d’ONU Femmes indique que 63% de Marocaines reconnaissent avoir été victimes de harcèlement sexuel.
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

4. “Naissance de la jalousie”: Marion Seclin signe une série sur le polyamour

Si vous ne deviez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait le premier épisode de la série Naissance de la jalousie, écrite par Marion Seclin, où la monogamie n’est pas la norme. 
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

5. Comment les règles modifient la voix

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait cette chronique d’Aliette de Laleu sur France Musique qui évoque les modifications qu’entraînent les règles sur la voix des chanteuses lyriques. 
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes

7. Avec son roman "Jeune fille modèle", Grace Ly œuvre pour une meilleure représentation des Asiatiques en France

Dans son premier livre, Grace Ly raconte l’adolescence de la jeune Chi Chi, née de parents asiatiques à Paris. Un récit à la première personne, dans lequel l’autrice pose un regard doux sur la relation entre parents et adolescents tout en dépeignant le racisme anti-asiatique en France.  
© instagram.com/christyleehughes - Cheek Magazine
© instagram.com/christyleehughes