société

Le Cheek Point

En classe, les élèves vont enfin savoir à quoi ressemble un clitoris

On a lu cet article sur la découverte du clitoris par les collégiens et lycéens, et on vous le conseille.
© Marie Docher
© Marie Docher

© Marie Docher


“Pour la première fois cette rentrée, certains élèves pourront manier en cours de SVT un modèle imprimé en trois dimensions de l’organe, le seul du corps humain uniquement dévolu au plaisir. On doit le petit objet de dix centimètres (la taille moyenne de l’organe, dont seule une petite partie est visible de l’extérieur) en plastique biodégradable, le premier modélisé à échelle réelle et en 3D, à Odile Fillod. La chercheuse française indépendante, également auteure d’un blog de vulgarisation scientifique, veut en faire un outil d’éducation sexuelle, et familiariser les élèves avec l’organe. (…)

Les professeurs espèrent, avec ce support pédagogique, sensibiliser à la question du plaisir féminin, souvent ignoré par les élèves. D’autant que les séances d’éducation à la sexualité, censées être assurées trois fois par an en vertu d’une loi votée en 2001 (et qui doivent présenter une ‘vision égalitaire entre les femmes et les hommes‘ depuis cette année), n’ont pas forcément lieu, ou de manière parcellaire. ‘C’est important d’expliquer aux élèves que la femme a aussi du plaisir‘, estime la professeure Marie Bourdais. Et que ce plaisir n’a rien de plus mystérieux ni de plus cérébral que le plaisir masculin‘, ajoute Odile Fillod.”

Le clitoris, ce grand inconnu, débarque dans certains salles de classes de nos collèges et lycées, et tant mieux! Libération revient sur le les tabous qui demeurent autour de cet organe dédié au plaisir féminin et sur la nécessité de familiariser les élèves avec cette partie de l’anatomie des femmes dès leur plus jeune âge.

À lire le plus vite possible sur le site de Libération.


3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
© Marie Docher - Cheek Magazine
© Marie Docher

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
© Marie Docher - Cheek Magazine
© Marie Docher