société

Comment des femmes ont fait du mot “bitch” une arme féministe

Fut un temps où le mot “bitch” dans les chansons était un instrument de réification de la femme. Mais depuis les années 90, de nombreuses artistes se le sont réapproprié pour en faire une arme féministe.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”


Subvertir la sémantique et les symboles ennemis pour en détourner complètement le sens est un stratagème aussi vieux que la guerre culturelle elle-même. Le site Dazed s’est penché sur une illustration contemporaine de ce phénomène de récupération, dans le champ de la musique. Le mot “bitch”, insulte machiste par excellence usée jusqu’à la corde dans la pop culture pour dévaloriser les femmes, est devenu dans les années 90, sous l’effet de sa réappropriation par des artistes féminines, le fer de lance d’une contre-offensive féministe.

Les Inrocks logo

 

Virulence machiste

Retour en 1983. La tendance à disqualifier les femmes d’un vulgaire “bitch” prononcé en insistant bien sur le dépréciatif “b” réalise une première percée avec New York New York, de Grandmaster Flash (“the bitch left him without a second thought”).

 

 

La tendance se généralise dans les années 90, et l’utilisation du mot pour renvoyer les femmes à leur prétendue infériorité devient banale, de Smack My Bitch Up des Prodigy (1997) à Bitches Ain’t Shit de Dr. Dre et Snoop Dogg, en passant par Wonda Why They Call U Bitch (1996) de Tupac.

 

 

Contre-offensive féministe

Parallèlement cependant, des femmes artistes commencent elles aussi à utiliser le mot honni, pour renvoyer l’insulte puissance 10 à leurs contempteurs misogynes. Queen Latifah lance ainsi en 1993, dans U.N.I.T.Y cette phrase: “Everytime I hear a brother call a girl a bitch or a ho/ Trying to make a sister feel low/ You know all of that gots to go.

Quelques années plus tard, démentant l’idée selon laquelle ce n’était qu’une mode éphémère, “bitch” devient un cri de ralliement et de solidarité des femmes en lutte contre le statu quo patriarcal. Dans Queen Bitch (1996), Lil Kim se présente ainsi comme “a diamond cluster hustler/ Queen bitch, supreme bitch”, affirmant son pouvoir de rivaliser avec les rappeur masculins. La métamorphose de l’usage du mot “bitch” est accomplie complètement avec Baddest Bitch (1999) de Trina, dans lequel elle “redéfinit ‘bitch’ comme une femme intelligente, autonome et maître de sa sexualité”, comme le souligne Dazed. De manière inattendue, elle prend ainsi le contre-pied du slut-shaming.

 

 

Féminisme pop

Cette revanche par le langage eut un tel effet qu’elle dépassa les frontières du hip-hop. Ainsi dans Trip my Wire, la chanteuse de Garbage chante: “I’m a bitch, babe/ And I’m on fire.” Madonna acte cette nouvelle définition en 1996 en déclarant: “Je suis coriace, ambitieuse et je sais exactement ce que je veux. Si ça fait de moi une salope, OK.

Ces artistes ont-elles réussi à neutraliser totalement l’aspect oppressif du mot “bitch” dans la pop culture? Les ambassadrice du féminisme pop ne sont en tout cas pas près de revenir en arrière. Madonna lance ainsi dans Bitch I’m Madonna: “You’re gonna love this, cause I’m a bad bitch”, tandis que Lady Gaga déclare être une “free bitch, baby” dans Bad Romance. En France cependant, la polémique provoquée par le titre Sale pute (une traduction possible de ‘bitch’) en 2009 témoigne encore des mésententes et incompréhensions que peut susciter l’usage de ce mot.

Mathieu Dejean 

Ce papier a été publié initialement sur Les Inrocks.

Les Inrocks logo


1. Les Incels, la communauté masculiniste qui acclame l'attaque de Toronto

Les Canadiens découvrent avec effroi que la tuerie de Toronto, qui a fait 10 morts et une quinzaine de blessés dont une majorité de femmes, a été commise par Alek Minassian, un masculiniste membre des Incels, une communauté de  “célibataires involontaires” vouant aux femmes une haine sans limite. 
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

2. Violences gynécologiques: une réalisatrice met les médecins au pied du mur

Avec son court-métrage Paye (pas) ton gynéco, la réalisatrice Nina Faure souhaite faire entendre la voix des femmes victimes de violences gynécologiques et demander des explications aux représentant·e·s de la profession.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

3. Avec “Ta Mère Nature”, Ophélie Damblé nous initie à l'agriculture urbaine

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cet épisode de Ta Mère Nature, dans lequel Ophélie Damblé nous fait découvrir la Prairie, une friche urbaine implantée à Pantin.
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

5. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”

7. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna” - Cheek Magazine
Capture d'écran du clip “Bitch I'm Madonna”