société

Comment Disney séduit la génération Y

C’est officiel, Emma Watson va jouer le rôle principal dans le prochain remake de La Belle et la bête. Les adaptations cinématographiques des dessins animés de Walt Disney se multiplient, les produits dérivés fleurissent et tout ça semble beaucoup plaire à la génération Y. Pourquoi? Explications en trois temps. 
© Walt Disney Studios Motion Pictures France
© Walt Disney Studios Motion Pictures France

© Walt Disney Studios Motion Pictures France


Des princesses Disney réinterprétées –mariées indiennes ou héroïnes de World of Warcraft, à l’application gore où il faut pratiquer une césarienne sur l’un des personnages de La Reine des neiges en passant par la typologie imaginaire des différents pénis de princes, c’est officiel: la génération Y est obnubilée par l’univers quasi-centenaire de Disney. Comment la compagnie d’animation charme-t-elle les adulescents, fans du Roi Lion (1994) comme de La Princesse et la grenouille (2009) ou de Frozen (2013)? Réponse en trois temps. 

 

1. En recrutant des égéries iconiques de la génération Y

En fin limier, Disney sait enrôler les actrices en vogue pour booster ses entrées au box-office. Comment résister à Emma Watson, l’interprète d’Hermione -idolâtrée par tout fan de la saga Harry Potter-, devenue depuis mannequin, diplômée de l’université de Brown et ambassadrice pour les femmes à l’ONU, et dont les discours sont repris par la presse internationale? Élue personnalité féministe 2014 par Ms. Foundation for Women, la jeune Britannique succède à d’autres héroïnes, à l’instar d’Angelina Jolie ou de Kristen Stewart. À quand un Disney avec Jennifer Lawrence?

 

2. En remixant nos souvenirs d’enfance

Disney fait appel à notre nostalgie. Comme Emma Watson l’explique dans le post Facebook où elle officialise sa participation au remake de La Belle et la bête, ce dessin animé “représente une large part de son enfance”. Ainsi, depuis quelques années, les rééditions en version blockbuster des dessins animés de notre jeunesse se multiplient, à l’image d’Alice au pays des merveilles en 2010, de Maléfique en 2014 ou encore de Cendrillon, dont la sortie est prévue en mars prochain. À chaque fois, le scénario est réadapté, et il est difficile de se rappeler le conte original. Par exemple, dans le film de Tim Burton, Alice est une jeune femme amnésique de 19 ans, qui doit tuer un dragon et réinstaurer le règne de la Reine Blanche. On est assez loin de la promenade burlesque de Lewis Carroll, qui a inspiré de nombreux philosophes.

 

3. En soignant son merchandising

Si les jouets de La Reine des neiges font un carton tel qu’ils ont fini par détrôner la fameuse poupée Barbie, ils ne sont pas le seul aspect du merchandising fignolé par la multinationale transatlantique. Les chaussures (Del Toro Shoes, Van’s, Chie Mihara), les fringues (Neff, Paul & Joe, le label danois Wood Wood) ou encore les sacs (Olympia Le-Tan): les visuels Disney envahissent tous les secteurs. Et s’incrustent d’ailleurs jusque dans notre intimité, comme le montre cette ligne de sous-vêtements inspirés des tenues des princesses Disney. Pas sûr qu’on ait envie de porter ça, ni de jouer à la princesse trop longtemps. Mais l’imagination du service marketing est sans limite.

Mathilde Delhaume 


2. Elle continue de recevoir des publicités de grossesse après la mort de son bébé, et pousse un coup de gueule

On a lu pour vous cette lettre ouverte, publiée sur Twitter mardi 11 décembre, dans laquelle la journaliste Gillian Brockell pousse un coup de gueule contre les réseaux sociaux qui continuent à lui envoyer des publicités en lien avec sa grossesse après la perte de son bébé. 
© Walt Disney Studios Motion Pictures France - Cheek Magazine
© Walt Disney Studios Motion Pictures France

3. Une nouvelle ère pour les Irlandaises: l'avortement enfin légalisé

Le jeudi 13 décembre 2018 marque un tournant historique pour les droits des femmes en Irlande. Après la victoire du “oui” au référendum en mai dernier, le Sénat vient d’annoncer la légalisation de l’avortement. 
© Walt Disney Studios Motion Pictures France - Cheek Magazine
© Walt Disney Studios Motion Pictures France

4. Réduire le temps de travail pour l'égalité femmes-hommes? C'est le pari d'une asso belge

En Belgique, l’association féministe Femma va passer à la semaine de quatre jours afin d’offrir à ses employé·e·s plus de temps libre. Objectif? Donner l’occasion aux hommes de se charger davantage des tâches ménagères, un domaine encore et toujours largement pris en charge par les femmes.
© Walt Disney Studios Motion Pictures France - Cheek Magazine
© Walt Disney Studios Motion Pictures France

6. Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique

Fondatrice de la marque de vêtements Super Marché, Monia Sbouai pratique l’upcycling. Après avoir parcouru les friperies parisiennes, elle transforme ses trouvailles en trench chic ou en combinaison décontractée. Rencontre. 
© Walt Disney Studios Motion Pictures France - Cheek Magazine
© Walt Disney Studios Motion Pictures France

7. Hannah Gadsby se paye les hommes qui font des “monologues sur la misogynie”

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de ce discours d’Hannah Gadsby dans lequel elle s’attaque à ceux qui différencient les hommes bons des mauvais selon des critères très subjectifs.
© Walt Disney Studios Motion Pictures France - Cheek Magazine
© Walt Disney Studios Motion Pictures France