société

Le Cheek Point

Non, s'assurer du consentement de son partenaire sexuel ne “casse pas l'ambiance”

On a lu pour vous cette chronique du Monde, dans laquelle Maïa Mazaurette se demande comment “ne pas casser l’ambiance sexuelle” en parlant consentement, et on vous la conseille. 
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films

Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films


Il y a encore quelques mois, ‘l’ambiance sexuelle’ constituait un sujet léger. C’était le bon temps. On pouvait ricaner sur la plage devant des conseils improbables. […] 

Depuis, il y a eu #metoo. La question de l’ambiance est devenue une zone de conflit: pour les adeptes d’une séduction expéditive, pour les défenseurs des zones grises, la vérification du consentement casse l’ambiance. On apprenait au passage que cette sympathique ‘bonne’ ambiance surfe sur nos silences, nos ignorances, nos transgressions parfois. On remarquait aussi que les libidos sont bien fragiles, pour être terrassées par une simple demande de permission. Dans quel monde vit-on, si abuser ses partenaires casse moins l’ambiance que s’assurer de leur motivation? […]

Le problème vient en partie de nos représentations. La relation sexuelle réussie, ‘made in Hollywood’, repose sur un idéal de fluidité. Toute interruption, hésitation, constitue un échec, un accroc dans la sacro-sainte alchimie. Au cinéma, cela donne des acteurs qui attrapent des scolioses et des échardes en forniquant dans les escaliers de leur immeuble, alors même qu’il leur reste à peine trois marches à grimper. Combien de parties génitales coincées dans des fermetures Éclair, au nom de l’urgence?

Dans sa chronique Comment ne pas casser l’ambiance sexuelle?Maïa Mazaurette déconstruit l’idée selon laquelle une formulation claire et explicite du consentement de son ou ses partenaire(s) sexuel(s) serait un tue-l’amour. Entre analyse de l’injonction aux rapports sans “baisse de régime” ou “coup de mou”, et énumération d’éléments moins “sexys” que la verbalisation de l’envie de son acolyte, l’article rappelle avec subtilité quelques règles de respect et de bienveillance indissociables d’une relation sexuelle réussie. Et de conclure: “La ‘bonne’ ambiance consiste surtout à faire attention au bien-être physique et émotionnel de nos partenaires, face à une culture érotique qui aimerait nous faire croire que c’est plus sexy, authentique ou spontané (rayez les mentions inutiles) quand on ne fait pas attention”. 

À lire le plus rapidement possible sur le site du Monde.


1. “Kiffe ta race”, le podcast qui traite des questions raciales sans tabou

Dans ce nouveau podcast intitulé Kiffe ta race et produit par Binge Audio, Rokhaya Diallo et Grace Ly évoquent les questions raciales dans une discussion détendue et partagent leurs expériences personnelles. 
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films	 - Cheek Magazine
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films

3. Et si on arrêtait d'associer sodomie et soumission des femmes?

On a lu pour vous cet article de Slate sur la mauvaise réputation de la sodomie chez les hétérosexuel·le·s, et on vous le conseille.
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films	 - Cheek Magazine
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films

4. Liberté, Pilosité, Sororité: ce collectif féministe veut libérer les poils des femmes

Le collectif non mixte Liberté, Pilosité, Sororité a vu le jour cet été sous l’impulsion de Noémie Renard. Nous avons posé cinq questions à ces femmes qui ont pour objectif de défier la “norme du glabre”. 
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films	 - Cheek Magazine
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films

5. Quand Marion Seclin, Camille Giry et Justine Lossa parlent règles sans pincettes

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de ces trois jeunes femmes qui s’attaquent au sujet encore très tabou des règles, avec beaucoup d’humour.
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films	 - Cheek Magazine
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films

7. Témoignage: “A 30 ans, on m'a diagnostiqué un cancer du sein”

Sophie, 36 ans, a été diagnostiquée il y a six ans. Un cancer du sein, à son jeune âge, n’est pas courant. Devenue mère après sa guérison, la trentenaire n’a jamais été en conflit avec ce corps qui a tant changé pendant la maladie. Elle raconte.
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films	 - Cheek Magazine
Jérémie Renier et Marine Vacth dans “L'Amant Double”, ©Mars Films