cheek_societe_habillage_desktop

société

Interview contributrice

Elle a soutenu Cheek: Sarah Sauquet, prof de lettres et créatrice d'applis

Grâce à leur généreuse participation lors de notre campagne Ulule, ces femmes et ces hommes ont permis à Cheek de voir les choses en grand. On est parties à leur rencontre. 
© Nicolas Auproux
© Nicolas Auproux

© Nicolas Auproux


Vous avez été plus de 500 à participer à notre campagne de crowdfunding sur Ulule fin 2016 et on ne vous remerciera jamais assez. Pour vous connaître un peu mieux, on a posé quelques questions à nos plus généreux donateurs et donatrices: aujourd’hui, Sarah Sauquet, prof de lettres et créatrice d’une appli qui vise à faire redécouvrir les textes classiques. Nous avions déjà repéré son travail en 2016 et entretemps, cette fervente lectrice de Cheek a publié un livre aux éditions Eyrolles, La Première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement conL’occasion rêvée de prendre de ses nouvelles et de refaire les présentations. 

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes?

Professeure de lettres dans un lycée défavorisé, je suis passionnée de littérature classique. Croyant plus que tout à l’élévation par la culture, et par les livres, je cherche à inciter mes élèves, comme le plus grand nombre, à lire des classiques. En ce sens, j’ai créé plusieurs outils numériques autour de la littérature (blog, applications). Je viens également de publier, aux éditions Eyrolles, La Première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con, un ouvrage drôle et décalé qui revisite les classiques sous l’angle de la séduction. J’essaie, en somme, de vulgariser la littérature classique sans, je l’espère, trop la dénaturer.

Pourquoi avoir soutenu Cheek?

J’ai découvert Cheek Magazine il y a environ un an et demi, et c’est un émerveillement quotidien! Je trouve que c’est un magazine absolument passionnant, qui se renouvelle sans cesse et propose de très beaux portraits féminins, qui donnent littéralement foi en l’humanité. Qu’il s’agisse de faire le portrait d’une célébrité ou d’une personnalité plus anonyme, on sent que chaque sujet est traité avec la plus grande considération, et une honnêteté intellectuelle évidente. Pour moi, Cheek incarne le journalisme à l’état pur (Ndlr: à ce stade, nos têtes ne passent plus les portes).

“En tant que professeur, j’essaie d’expliquer à mes élèves l’extrême importance d’être indépendante financièrement et je les pousse à aller le plus loin possible dans leurs études.”

Le féminisme pour toi, c’est quoi?

Je pense que le féminisme peut s’incarner de plein de façons différentes et qu’il ne se résume surtout pas à une opposition hommes/femmes, comme on a trop souvent tendance à le caricaturer. Pour moi, le féminisme, c’est lutter pour les droits des femmes, mettre en avant les femmes et leurs combats, mais aussi la solidarité dont elles peuvent faire preuve, entre elles.

Au quotidien, comment le mets-tu en pratique?

En tant que professeure, j’essaie d’expliquer à mes élèves l’extrême importance d’être indépendante financièrement et je les pousse à aller le plus loin possible dans leurs études. J’essaie de les aider à prendre confiance en elles, à sortir de leur coquille, à participer en classe mais aussi à aller vers des voies auxquelles elles n’auraient pas nécessairement pensé. Je tente également de les inciter à sortir d’un consumérisme imbécile; et de leur expliquer qu’il y a d’autres modes d’expression et de singularisation que la séduction ou l’opposition! Enfin, leur proposer des lectures d’auteures, qu’il s’agisse de George Sand, Daphné du Maurier ou Fatou Diome, est une démarche essentielle. Les garçons y sont d’ailleurs particulièrement sensibles.

“De manière générale, les femmes qui incarnent et promeuvent la liberté m’inspirent.”

La ou les femmes qui t’inspire(nt)?

Il y en a beaucoup, et cela va de Camille Emmanuelle, l’auteure de Sexpowerment, à Elisabeth Badinter, en passant par Natacha Polony ou l’avocate Mary Plard, qui s’occupe des paternités imposées aux hommes. De manière générale, les femmes qui incarnent et promeuvent la liberté m’inspirent.

Ta chanson féministe par excellence?

Vous allez rire: Être une femme, de Michel Sardou.

Et ton film?

Norma Rae, avec Sally Field.

Le livre féministe que tout le monde devrait avoir lu?

Femmes qui courent avec les loups, de Clarissa Pinkola Estes: un appel à faire ressortir la “femme sauvage” qui est en nous! Dix ans après sa lecture, je ne m’en remets toujours pas!

Propos recueillis par la Cheek Team 


2. Chez Ikambere, à Saint-Denis, on accueille les femmes migrantes atteintes du VIH

À Saint-Denis, l’association Ikambere accueille et accompagne les femmes migrantes atteintes du VIH. Seule structure d’Ile-de-France à offrir ce service, elle reçoit des femmes originaires d’une vingtaine de pays, d’Afrique subsaharienne en majorité, et leur offre soutien moral, activités et accompagnement administratif. 
© Nicolas Auproux - Cheek Magazine
© Nicolas Auproux

3. En lisant cet essai, vous saurez tout sur l'histoire de la misogynie

En dépit des efforts des féministes pour en démasquer les effets, la misogynie reste une attitude largement répandue dans les sociétés actuelles. Dans un essai intitulé Qu’est-ce que la misogynie?, Maurice Daumas analyse sa longue histoire et met à nu les formes de son discours.
© Nicolas Auproux - Cheek Magazine
© Nicolas Auproux

6. À Jérusalem, les femmes resteront à l'écart au mur des Lamentations

Alors que le gouvernement israélien avait promis de créer un espace mixte au mur des Lamentations, à Jérusalem, il est revenu hier sur cet engagement, suscitant la déception de nombreuses femmes à travers le monde.
© Nicolas Auproux - Cheek Magazine
© Nicolas Auproux

7. Sexisme dans la publicité: la data montre que rien n'a changé

Publicis, Google, Alibaba et une dizaine de grands groupes viennent d’annoncer le lancement d’ Unstereotype Alliance, une initiative d’une ampleur inédite visant à lutter contre les stéréotypes dans la pub. Dans le même temps, le Geena Davis Institute, spécialiste de la représentation du genre dans les médias, a obtenu grâce à la data-science et au machine learning une analyse approfondie de 10 ans de représentation de la femme dans la publicité.
© Nicolas Auproux - Cheek Magazine
© Nicolas Auproux