société

La vidéo du jour

“Corps Médical”: le nouveau docu qui dénonce les violences gynécologiques

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait le documentaire Corps Médical, qui s’attaque aux violences gynécologiques et obstétricales.
DR
DR

DR


Je ne sais pas si je considère ce que j’ai vécu comme une agression sexuelle ou un viol mais en tout cas ça a été trop loin par rapport aux limites que j’ai entre les jambes.” Inès, 19 ans, fait partie des six femmes victimes de violences gynécologiques qui témoignent dans le documentaire Corps Médical, disponible sur YouTube depuis le 9 juillet et repéré par MadmoiZelle. Les journalistes Luna Darling Légitimus et Océane Viala, donnent la parole à ces femmes qui se sont senties déshumanisées, voire agressées, par leur gynécologue.

Si le médecin et auteur Martin Winckler rappelle que “le médecin n’a pas le droit de poser la main sur vous sans votre autorisation”, le consentement de la patiente est encore trop rarement évoqué. Juliette, 22 ans, raconte qu’à 14 ans, “un médecin urgentiste a inséré deux doigts [en elle] sans [son] consentement alors qu’[elle] ne connaissai[t] pas cet endroit de [son] corps”. Entre agressions sexuelles, malveillance de médecins refusant de renseigner sur les contraceptions parallèles et violences à l’accouchement, les humiliations sont fréquentes et les femmes, choquées, n’osent pas répliquer. Un tabou bien caché derrière la porte close des salles d’auscultation, qu’il reste à faire sauter.

 

 

Alexandra Vépierre


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
DR - Cheek Magazine
DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
DR - Cheek Magazine
DR