société

Le Cheek Point

Coupe du Monde: le harcèlement de rue toujours vainqueur

On a lu pour vous cette chronique publiée sur Madmoizelle à propos du harcèlement subi par les femmes lors des rassemblements pour la Coupe du Monde et on vous la conseille.   
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine

© Benjamin Levain pour Cheek Magazine


Soyons honnête dès le début: je ne suis vraiment pas fan de foot. […] Par contre, je suis fan de gens contents, et de liesse, et de joie, et de positivité. (Et de bières.) Je ne crache donc jamais sur l’opportunité d’aller voir un match dans un bar, entourée de potes arborant le drapeau français sur leurs joues, applaudissant ou huant les actions à l’écran. C’est ce que j’ai voulu faire, cette année. Sauf que… je suis une femme. […]

Le harcèlement de rue n’a pas disparu, mais dans ma vie, il a diminué. Ça fait TRÈS longtemps que je n’ai pas eu cette impression d’être… une proie. En danger. Ça m’avait pas manqué, putain. C’est en partie pour ça que je suis restée chez moi ce dimanche, jour de finale. J’aurais aimé vivre la liesse populaire, mais j’avais pas envie de me faire emmerder. J’avais peur pour ma sécurité. […]

Ces hommes ont gâché la fête de ces femmes, les ont parfois forcées à se réfugier finir le match chez elle, les ont privées du plaisir qu’ils savouraient avec tant de ferveur: celui de célébrer la victoire en public.

Dans la chronique La Coupe du Monde m’a rappelé qu’en tant que femme, je reste parfois une proie publiée sur Madmoizelle le 16 juillet, la rédactrice en chef Mymy rappelle que, pendant la Coupe du Monde, les femmes restent en danger dans l’espace public. Au milieu de types bourrés un peu trop tactiles, les femmes sont nombreuses à avoir dénoncé les agressions sexuelles dont elles ont été victimes: des hommes les ont prises par la taille, embrassées de force, leur ont touché les seins, les fesses, le sexe, ont collé leur entrejambe à elles. Ainsi, alors que les hommes n’hésitent pas à tomber le pantalon pour célébrer la victoire, les femmes se restreignent pour se protéger. Combien sont-elles à s’être privées de la liesse nationale par peur des hommes? Une nouvelle preuve que, dans l’espace public, les hommes et les femmes sont loin d’être égaux.

À lire le plus rapidement possible sur le site de Madmoizelle.


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Benjamin Levain pour Cheek Magazine