société

La vidéo du jour

Un court-métrage efficace sur la lutte contre les violences faites aux femmes

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle-ci.


Tétanisée, Inès ne dort plus, appréhendant la sortie de prison de son ex-mari. Elle imagine les coups et les menaces de mort qu’elle pourrait de nouveau recevoir. Elle a raison de s’inquiéter, Paul finit par venir l’agresser. Son salut, elle le doit au téléphone d’alerte qui lui a été délivré par la justice pour joindre des secours. Ceci est une fiction, plus précisément un court-métrage, intitulé Ligne de protection, réalisé par Virginie Kahn à la demande du Conseil général de la Seine-Saint-Denis et qui sera diffusé aujourd’hui dans une quinzaine de salles de cinéma à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. 

En 2009, le département de la Seine-Saint-Denis acceptait d’expérimenter le dispositif Femmes en très grand danger. Depuis quelques mois, il est généralisé dans toute la France. Le portable d’alerte, rattaché à Mondial Assistance, est délivré sous décision du Parquet. En cas de besoin, un(e) téléassistant(e) localise immédiatement la victime et envoie les forces de l’ordre. Jusqu’ici, 172 victimes ont été admises dans le programme. En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon ou de son ex.  

C.B.


4. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s - Cheek Magazine

5. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro” - Cheek Magazine