société

Elle a fondé Cyclique, un site d'informations dédié aux règles

En lançant un site d’informations sur les règles baptisé Cyclique, la trentenaire Fanny Godebarge entend déconstruire les clichés sur nos cycles menstruels. 
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata

L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata


Lorsqu’elle parle des règles, il est difficile d’arrêter Fanny Godebarge. C’est à cette jeune femme de 31 ans que l’on doit déjà l’excellente initiative Clean Your Cup, qui répertorie les établissements du monde entier dans lequel il est possible de rincer sa coupe menstruelle en toute discrétion dans les toilettes. Un an et demi plus tard, la trentenaire lance Cyclique, un site d’information dédié aux règles pour toutes les femmes et les hommes qui s’interrogent sur le sujet.  

Née à Roanne, Fanny Godebarge a étudié la communication, l’image et la sociologie entre Paris et Montréal. Aujourd’hui, elle accompagne des artistes, travaille avec des festivals et fait de la modération pour certains sites. “Voilà pour ma vie professionnelle”, lâche-t-elle avant de parler de “sa vie de femme” dans laquelle “[s]on parcours de règles a beaucoup joué”. La jeune femme explique avoir été “réglée très jeune”, en parle comme d’un traumatisme, se souvenant des douleurs violentes qui accompagnaient son cycle et l’empêchaient même parfois d’aller au collège. Va s’ensuivre “une vingtaine d’années d’errance médicale”. “J’avais des règles hémorragiques, des douleurs pelviennes et des maux de dos atroces”, raconte-t-elle. Fanny Godebarge est atteinte d’endométriose, mais ne le sait pas encore. Elle est très rapidement “mise sous pilule”, de ses 12 à 21 ans.  Une fois adulte, la jeune femme commence à se poser des questions, “sur [s]on corps, [s]a sexualité”, et se demande pourquoi elle a été “bourrée d’hormones” pendant toutes ces années. À l’arrêt de la pilule, elle constate que sa libido change: “J’ai radicalement changé de sensations et de rapport à mon corps.

Pendant 20 ans, je me suis demandé si je n’étais pas folle.

C’est au Canada qu’elle découvre la coupe menstruelle, elle a 26 ans: “Je n’en avais jamais entendu parler avant! J’ai eu un choc visuel quand j’ai commencé à l’utiliser car c’est la première fois que j’ai vraiment vu mes règles. Avant ça, je n’avais jamais été confrontée à mes fluides corporels, ça a été un tournant dans ma vie de femme”, assure-t-elle. Après des années de tampons, Fanny Godebarge dit avoir alors noué un rapport “beaucoup plus cru” et “plus sincère” avec son corps. Il y a quelques mois, le diagnostic est tombé: nodules endométriosiques sur la vessie. À l’opération -qui consiste à sectionner la vessie et à porter ensuite quelque temps une sonde urinaire-, elle a préféré la reprise de la pilule en continu, qui stoppe les règles et, par la même occasion, le développement de l’endométriose. “Il n’y a toujours pas de traitement, précise Fanny Godebarge, c’est une maladie dont on parle très peu. Pendant 20 ans, je me suis demandé si je n’étais pas folle, on me disait de prendre du Doliprane et on sous-entendait que j’étais une chochotte…

 

 

#1in10 🔻 L’endométriose touche 1 personne sur 10 en âge d’avoir ses règles et j’en fais partie. Cette #maladie sous diagnostiquée peut nous pourrir la vie et les #traitements sont – pour le moment – quasi inexistants. J’ai fait le choix de prendre une pilule #progestative en continu pour stopper mes règles et ne plus en #souffrir jusqu’à nouvel ordre. Ce que me propose les #gynécologues et chirurgien.ne.s est une opération pour retirer les nodules présents sur ma vessie, mes ovaires et mon colon. Quelle joie! Au retour de mes #règles – si j’arrête la pilule – la maladie va continuer d’envahir mon corps et mes organes. On fait quoi alors? On ne banalise en aucun cas les #douleurs #menstruelles et on soutient la #recherche et les associations qui militent pour la #reconnaissance de la maladie et des souffrances liées @endofrance @endomind_fr @infoendometriose @superendogirl @endoeducation 🔴 — #cyclique #cleanyourcup #cyc #cupsafe #menstrualcup #menstruationmatters #period #health #periodpositive #menstrualactivism #bloody #endo #endometriose #soutien #mobilisation

Une publication partagée par CYCLIQUE (@cyclique_cleanyourcup) le

 

Fanny Godebarge souhaite que ce qu’elle a vécu n’arrive pas à d’autres femmes. Avec Cyclique, elle entend répondre à toutes les questions que ces dernières se posent sur leurs cycles menstruels pour en finir définitivement avec les tabous qui les entourent. On lui a posé quelques questions. 

Cyclique, c’est quoi?

C’est une plateforme collaborative sur les règles et le corps. L’idée, c’est d’inviter des personnes à prendre la parole et à témoigner sur ces sujets pour déconstruire les tabous, pour donner des informations aux jeunes et aux moins jeunes. 

Que peut-on y lire?

Tu peux lire des articles d’actu écrits par des bénévoles aux profils différents, qui ont une expérience ou des faits marquants à raconter; ou bien des articles plus scientifiques comme ceux d’Élise Thiébaut, des témoignages aussi, et bientôt des portraits de gynécologues et de sage-femmes. Je souhaite que tout le monde puisse s’y retrouver. Et puis, on retrouve bien sûr le référencement des établissements “cupsafe” dans le monde.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de lancer ce site?

Quand j’ai lancé Clean Your Cup il y a un an et demi, c’était vraiment le résultat du hasard. Un jour, je me suis retrouvée en galère avec ma cup, et je suis tombée sur ce bar dans le 20ème arrondissement qui avait des toilettes où j’ai pu la nettoyer. J’ai ouvert une note sur mon téléphone pour écrire l’adresse et c’est comme ça que la liste a commencé! Ensuite, c’est allé assez vite, nous avons désormais plus de 600 ambassadrices et nous sommes présentes dans plus de 30 pays. L’aspect dissident et militant de la démarche me plaisait. Puis, j’ai créé le compte Instagram de Clean Your Cup, j’y parlais beaucoup des règles et j’ai constaté que beaucoup de femmes se posaient une multitude de questions sur le sujet, il y a une grande méconnaissance de leurs corps. Une fois, j’ai fait une story sur la vulvodynie, une maladie méconnue, et j’ai eu énormément de réactions. Après ça, je me suis dit que c’était nécessaire d’informer les femmes, d’écrire sur des problématiques précises, de publier des témoignages dont les gens peuvent s’inspirer pour trouver des réponses à leurs questions. 

Les règles, ça tache, mais ce n’est pas sale!

Quel est ton objectif?

Mon but, c’est de pouvoir à terme créer des ateliers et des évènements destinés aux jeunes, aux adolescents, qu’il s’agisse de filles ou de garçons, pour expliquer et déconstruire les clichés liés aux cycles menstruels. Par exemple, que ce n’est pas forcément normal d’avoir de fortes douleurs pendant ses règles, qu’il ne faut pas se moquer de ses camarades lorsqu’elles ont leurs règles, etc. Finalement, c’est un prétexte pour communiquer des valeurs comme la bienveillance, le respect des autres et un rapport plus sain à son corps. 

Pourquoi ce nom, Cyclique?

Parce que les femmes sont cycliques et en plus, les trois premières lettres de ce mot forment l’acronyme de Clean Your Cup!

Quelle pourrait être la baseline de Cyclique?

Et si on changeait les règles.

 

Ton voeu le plus cher avec Cyclique

Qu’il y ait moins de tabous, et qu’on remette les règles à leur juste place, c’est-à-dire à celle d’un phénomène biologique, et qu’elles ne soient pas une source de dégoût. Beaucoup d’idées sont figées, ancestrales: dans certains livres religieux, on peut lire que la femme est impure lorsqu’elle a ses règles. Il faut lutter contre ces stéréotypes qui sont véhiculés depuis la nuit des temps. Les règles, ça tache, mais ce n’est pas sale!

Propos recueillis par Julia Tissier

Pour soumettre un projet ou une contribution à Cyclique, vous pouvez écrire à cette adresse: bonjour@cyclique.fr. 


4. “J'ai été conçue grâce à un don de sperme”

Née d’un don de sperme il y a 28 ans, Pauline Pachot se bat au sein de l’association PMAnonyme pour le droit d’accès aux origines des enfants nés de dons de gamètes en France. À l’occasion de la diffusion sur Téva du documentaire Né d’une PMA, dans lequel elle apparaît, nous l’avons rencontrée à Paris.
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata  - Cheek Magazine
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata

5. Lutte contre les féminicides: pourquoi l’Espagne est beaucoup plus efficace que la France

Alors que Marlène Schiappa annonce un “Grenelle des violences conjugales”, Nicole Belloubet révèle une série de mesures pour lutter contre les féminicides. Des dispositions qui, pour la majorité, existent en Espagne depuis plus d’une décennie.
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata  - Cheek Magazine
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata

7. Comment la broderie est devenue cool et féministe

Aux quatre coins du globe, des brodeuses inspirées et engagées mettent leur talent au service de la lutte contre les inégalités en publiant des oeuvres émouvantes et militantes.
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata  - Cheek Magazine
L'équipe de Cyclique © Gaëlle Matata